Corse Net Infos - Pure player corse

ACA 0-0 ASSE : Deux points qui s'envolent!


le Samedi 1 Décembre 2012 à 00:11 | Modifié le Samedi 1 Décembre 2012 - 02:14


Le match des Ajacciens a été de qualité, ce Vendredi, face à l'AS Saint-Etienne, mais voilà, encore une fois les Oursons n'ont pas réussi à être décisifs. Très rigoureux dans le placement et gênant considérablement les Verts dans leur jeu, les hommes de Dupont on raté le hold-up en fin de rencontre, par Sammaritano. Une belle performance dans l'ensemble, mais toujours entachée d'un manque de réalisme qui commence à faire lourd à domicile. De quoi rassurer grandement, mais pas de quoi satisfaire...


Yoann Poulard a réalisé un match solide, à l'image du reste de l'équipe. Très sollicité, il n'a jamais été battu ni en vitesse, ni dans les airs (Photo Fifa.com)
Yoann Poulard a réalisé un match solide, à l'image du reste de l'équipe. Très sollicité, il n'a jamais été battu ni en vitesse, ni dans les airs (Photo Fifa.com)
AC Aiacciu 0-0 AS Saint-Etienne 

Stadiu F. Coty
Vennari u 30 di Dicembri di u 2012

Tempu : assai piuvicosu ; Tarrenu : grassu è trosciu
Spettatori : Circa 6000

Arbitru : M. Lesage


ACA: Ochoa-Diawara, Poulard, Medjani (cap), Bouhours- Faty, Mostefa-Belghazouani, Diarra(Sammaritano 86a)- Mutu (Cavalli 61a), Eduardo.
 
Add. : A.Dupont
 
ASSE : Ruffier- Clerc, Bayal, Perrin (cap), Ghoulam- Lemoine, Cohade, Clément (Guilavogui 74a)- Hamouma(Mayi 86a), Gradel- Brandao (Alonso 76a).
 
Add. : C.Galtier



U Scontru

C'est sous un déluge de pluie et même parfois du vent que la rencontre va se dérouler. Le terrain, extrêmement imbibé et glissant, a pour autant tenu le choc, chance que n'a pas eu celui d'Ange Casanova deux heures plus tôt, où le match a du être annulé. 
Coté Ajaccien, le groupe au complet permet à Dupont de reconduire la même équipe qu'à Nancy, avec Bouhours à la place de Saad. Et le match ne va pas mettre longtemps à s'animer, puisque l'ACA veut de suite en découdre, face au quatrième de L1. Diarr déborde et donne en retrait, mais le Roumain voit sa reprise repoussée par Loïc Perrin (2a). Le match est alors lancé, et on voit se mettre en place d'un coté une équipe joueuse, généreuse, avec des latéraux très offensifs, et de l'autres, des Stéfanois confiants, et donc pas pressés d'avoir le jeu à leur compte. 
 
Max Gradel plantait la première banderille de l'ASSE, mais tomba sur un Ochoa trop alerte pour être inquiété. Les Ajacciens continuèrent de dérouler avec application, et Ruffier du d'ailleurs s'employer sur une balle en profondeur que Belghazouani ne parvint à ajuster (12a). Dans la foulée, Mutu se procure une belle occasion mais sa tête trop croisée ne trouva pas le cadre (14a). On se l'ACA très bien en jambes, poussé qui plus est par un Timizzolu clairsemé (la faute à la pluie et surtout au vent qui l'accompagne). 
Dès lors, les défenses vont prendre le pas sur les attaques, et le jeu va un peu se ferme, notamment sur les ailes, où l'ACA a pris l'habitude de développer son jeu. Mais les Ajacciens vont se faire peur, et à la 25e minute, c'est Hamouma, servit par Gradel qui voit son tir cadré dégagé en catastrophe par Medjani devant son but! L'ACA va alors s'en remettre aux corners, mais Mutu comme les autres n'arrivent toujours pas à s'y montrer dangereux... De loin, cependant, les arguments sont là, et Mostefa manqua d'un brin de précision pour tromper Ruffier, contraint pourtant à se coucher sur une belle frappe plein axe de l'Algérien (27a). La bataille fait rage au milieu, et les Verts se montrent les meilleur sà la récupération, et aussi dans la conservation. 35e minute, nouveau danger avec Gradel qui frappe cette fois, mais son tir ne fit que frôler le cadre. Eduardo aussi manqua de réussite, bien servit par Diarra. La suite ne donna rien, et la mi-temps s'achève sur un score nul, mais une bonne note d'espoir pour la suite, coté Ajaccien. Face à l'ASSE, très en confiance et maîtrisant le ballon, les Acéistes sont libérés et ne souffrent d'aucune difficulté devant. Manque encore les buts...
 
De retour sur la pelouse, la pluie redouble. Ce qui n'est pas le cas des occasions. Les Verts exercent à leur tour une domination stérile, et l'ACA ne parvient plus à se montrer aussi précis dans la transmission. Toujours aussi peu en réussite, Mutu est remplacé par Cavalli, afin de passer en 4-2-3-1, à l'heure de jeu. Les Stéfanois continuent pourtant d'insister mais se heurtent à une défense robuste, et une charnière centrale des grands soirs, Poulard repoussant tous les assauts d'Hamouma. Puis sur une action de la gauche, Diarra met trois défenseurs à terre en un geste, donne en cloche pour Belghazouani, mais ce dernier rate sa remise du crâne pour Eduardo, et permet à Ruffier de pousser un ouf de soulagement. Pa content Christophe Galtier, l’entraîneur des Verts procède à des changements. Claqué, Brandao doit lui céder sa place à Alonso.
Toujours pas de décision de faite dans le dernier quart-d'heure, et Dupont qui fait renter Sammaritano pour amener plus de fraîcheur. Mais, comme si Timizzolu était maudit, le petit ailier va manquer inexplicablement de tuer le match. Centre de Bouhours pour Eduardo, qui remise pour l'ancien Auxerrois, mais ce dernier perd bêtement son duel face à Ruffier, et ce à 3 minutes de la fin. Le banc Ajaccien est dépité, alors que tout le stade croyait au but libérateur. Les trois minutes de plus données par M. Lesage, auteur d'un bon match par ailleurs, n'ont pas suffit à effacer cette dernière occasion. 
 

L'Aiaccini

Toujours en 4-4-2 avec Mutu en relayeur, l'ACA a réalisé son meilleur match depuis Brest à François Coty. Mais, et comme c'est le cas depuis quelques rencontres, la réussite n'y était cette fois pas. Pourtant toujours aussi motivés et mordant dans le ballon à pleines dents, les Oursons n'ont toujours pas trouvé la lumière dans leur stade. Et ce n'est pas faute d'avoir mal joué! Au contraire, face à une impressionnante équipe de Saint-Etienne, les Ajacciens n'ont pas démérité. Ensuite, comme l'a dit Dupont, "c'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein". 
 
Bien en place défensivement, et opérant un jeu très axé sur les couloirs, les Ajacciens ont adopté une tactique efficace pour pouvoir déstabiliser l'adversaire. Diarra et Belghazouani n'ont pas ménagé leurs efforts, et n'ont pas été récompensés de toutes leurs courses. Bien épaulés par les arrières latéraux, les deux pistons Ajacciens n'ont pas eut la réussite qui aurait dû être la leur. La faute à, comme toujours, ce manque de lucidité dans les derniers gestes, et surtout la finition. A l'image de Mutu, qui encore ce soir a montré des signes d'impuissance, ou Eduardo, plus en vue qu'à Nancy mais qui peine encore à trouver des espaces, l'ACA a encore gâché. Cela dit, le contenu global est on ne peut plus encourageant pour la suite. 

Au milieu, on a été un peu déçu de voir Faty autant à son désavantage. Etonnament, la tour de contrôle de l'ACA n'a pas beaucoup aiguillé ses coéquipiers, notamment en première période, où bon nombre de ballons lui ont échappé. En seconde mi-temps, Faty a réussit à retrouver un temps soit peu de justesse technique et de vista, mais cela n'a pas suffit. Mostefa a quant à lui fait un match sérieux dans l'ensemble, et on regrettera de ne pas l'avoir vu utilisé sa grosse frappe plus souvent avec ce terrain détrempé.

Derrière, pour finir, on peut attribuer un quasi sans-faute à la défense. Cette fois c'est sûr, ces joueurs là se connaissent sur le bout des doigts. Diawara et Bouhours, certes très offensifs, ont fait leur boulot sans coup férir lorsqu'il s'est agit de relancer et de tacler. La charnière centrale est, comme au moins un match sur deux, à créditer d'un excellent bilan. la parie Medjani - Poulard n'a pas finit de faire parler. Romain Hamouma et Brandao peuvent en témoigner, pas facile de les prendre en défaut...

Enfin, Ochoa n'a pas eu trop à se fatiguer, et a été là où on l'attendait. Les deux remplaçants, quant à eux, ont bien apporté, même si Cavalli n'a pas eu vraiment le temps de rentrer dans son match, surtout face à un client comme Guilavogui. Sammaritano a eu la balle du K-O, et n'en n'a pas profité, mais il a contribué à une fin de match des plus encourageantes pour les siens.

L'Avversariu

Galvanisé par leur dynamique, et plus récemment leur qualification pour la demi-finale de CDL, les Verts n'ont pas souffert outre mesure. Mais il faut reconnaître que le match aurait bien pu basculer en leur défaveur, et cela par plusieurs fois. Même si Bayal Sall et François Clerc ont laissé peu d'espaces d'expression aux Ajacciens, les situations dangereuses concédées auraient été couronnées de succès, dans un autre match. 
 
Au milieu, rien à dire de méchant. Ca joue vite, bien, précis, et ça part en contre au quart de tour. Une grosse cylindrée qui peut exploser à tout moment. A n'en pas douter, l'ASSE a été la meilleurs équipe rencontrée par l'ACA cette saison, avec le PSG, à F. Coty. Très équilibrée, alliant forte expérience avec l’insouciance de la jeunesse, cette formation a de quoi aller très haut dans le championnat. Les Cler, Clément, Brandao, Ruffier, sont autant de gages de sécurité que de qualités nécéssaires à une grande saison. Et c'est certainement ce que fera l'ASSE cette année. 
 
Si Brandao n'a pas toujours été bien servi, bloqué qu'il a été par Medjani et Poulard, Hamouma a de son coté fait des misères. Le talentueux joueur formé à Caen n'a pas trouvé la faille, la faute à un rideau de fer qui s'opposait à lui à chaque débordement, mais a encore montré tout son talent. Renauc Cohade, l'autre révélation, a lui aussi montré qu'il était parfaitement à l'aise dans cette formation. Gradel a beaucoup dé-zoné, et a posé pas mal de problèmes, notamment lorsque les latéraux Ajacciens étaient devant. 
 
Défensivement, c'est également très solide. Ghoulam, Bayal, Clerc, Perrin, de quoi décourager plus d'un. L'aisance technique et le sens du déplacement très accru, de quoi donner des matches aussi engagés que celui-ci. Peut-être que sans les 120 minutes de Merecredi dernier dans les jambes, les Verts auraient pu l'emporter, mais ce ne sera pas pour cette fois, car les Stéfanois, malgré leur domination, n'ont pas eu les ressources nécessaires à ressortir le même match que contre Valenciennes, la semaine passée. 
 

U Bilanciu

On pourrait dire très sobrement "peut mieux" faire. Malgré de très bonnes intentions, les Ajacciens ont certes ennuyé cette équipe stéfanoise, au point de manquer de la faire basculer. Mais 
au final, c'est encore une petite contre-performance, et du regret qui en ressort. Cette fois, cependant, le scénario est autre que celui de Sochaux ou même de Nancy. L'ACA n'a pas concédé de but, et s'est procuré trois belles situations, qui auraient été profitable à une équipe en pleine confiance, comme Saint-Etienne par exemple. 
Dans l'autre sens, Saint-Etienne n'avait peut-être pas toutes ses jambes, mais elle avait conservé sa classe et son panache. Cela n'a pour autant pas suffit pour faire trembler l'ACA, qui peut se vanter d'avoir tenu tête à l'équipe du moment, et même mieux que ça. 
 
L'ani detta : 
 
Alex Dupont : "C'est l'histoire du vase à moitié plein ou à moitié vide. Je suis content du comportement de mon équipe. Nous n'avons pas prise d ebuts face à une équipe qui a pal mal d'arguments offensifs. On a tous bien défendu, et aussi bien contrattaqué. On s'est créé des situations intéressantes, notamment en seconde période, et puis on a eu l'occasion au bon moment...je suis un peu en souffrance pour mes joueurs, car ils méritaient les trois points. C'est avec cette volonté, cette "niaque" qu'on va obtenir de bons résultats et atteindre nos objectifs. A l'extérieur, on n'a pas encore manqué d'occasion comme celle de ce soir. Il n'y a pas d'explication rationnel à ce qu'on soit moins efficaces à domicile. Quand je vois la rigueur, la discipline de ce soir, je me dis que ce sera bien sur difficile, mais ce sera sur ces bases-là qu'on sera efficaces. A Montpellier, on ne changera pas notre organisation. On n'est pas en difficulté de ce coté-là. L'équipe a trouvé son style, je n'ai aps envie de changer. On est performants à l'extérieurs, mais il faut avoir la bonne idée de gagner le prochain match chez nous".
 
Christophe Galtier : "On était venu pour l'emporter avec beacoup de respect vis-à-vis de l'adversaire. Il aurait fallut plus d'audace offensivement. On a eu la mainmise, mais c'était aussi volontaire de la part d'Ajaccio. Quand on tire aussi peu dans un match, c'est difficile de marquer. Il aura fallut faire la différence avant l'heure de jeu, car on savait que la dernière demi-heure allait être difficile, parce qu'on sortait de deux gros matches. Offensivement, on a essayer d'alle rle plus souvent possible dans le camp adervese, mais on a été maladroit et on a manqué d'agressivité. Je crois aussi que c'est lié à la fatigue. C'est vraiment très difficile de venir gagner à Ajaccio, et le nul me paraît équitable. De manière globale, c'est une très belle semaine pour l'ASSE".
Olivier CASTEL




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Novembre 2018 - 22:15 Ligue 2 : ​L’ACA défait à Brest (2-0)

Vendredi 23 Novembre 2018 - 22:45 L’ACA impuissant face à Clermont (0-0)

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse