Corse Net Infos - Pure player corse

A Calvi, deux artistes victimes d'un dégât électrique depuis 2015…


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Samedi 10 Février 2018 à 17:36 | Modifié le Samedi 10 Février 2018 - 19:01


Deux artistes, le verrier Dominique Campana et la la plasticienne Carol Haas, propriétaires d'une galerie à Calvi ont été victimes le 31 août 2015 de coupures de courant sur la ligne haute-tension de 20 000 volts survenues sur le bassin de vie de Calvi. Résultats, plusieurs commerçants et créateurs ont subi des dégâts sur leurs installations. Pour Dominique Campana et Carol Haas, ce sont les deux fours de fabrication qui ont été touchés, réduisant à néant leur activité. Depuis, leur compagnie d'assurance et EDF se renvoient la balle…


A Calvi, deux artistes victimes d'un dégât électrique depuis 2015…

Le 31 août 2015, sur CNI nous avons relaté  un incident sur la ligne haute-tension de 20 000 volts à l'origine de coupures de courant dans le bassin de vie de Calvi. Ces coupures n'ont pas été sans conséquences pour plusieurs établissement et ateliers.
Le réseau électrique a été sérieusement perturbé entre 18h30 et 20h30 à Calvi et dans les villages alentours.
Immédiatement à pied d'œuvre, les techniciens d'EDF ont, semble t-il, été ontraints d'effectuer des micro coupures pour localiser le secteur défectueux et réaliser au plus vite les réparations.
Malheureusement, nous l'avons dit, ces coupures et baisses de tension n'ont pas été sans conséquences pour plusieurs établissements et particuliers.


Parmi ces victimes, deux artistes: Dominique Campana, verrier et Carol Haas, plasticienne qui dirigent un atelier d'art dans le centre de Calvi.
" Le 31 août 2015, au moment des coupures, nous étions en pleine fusion de verre (1 200°). Le lendemain, nous avons constaté les dégâts sur nos fours : résistance cassée , intérieur des fours fissurés...
Sans  cet outil de travail indispensable, c'est notre unité de production qui était réduite à néant.
Bien évidemment, nous avons aussitôt pris contact avec notre assureur Axa Calvi et, peut-être un peu naïvement nous avons pensé que nous serions rapidement indemnisé et que nous pourrions reprendre notre activité. En attendant nous vivions sur les pièces déjà. réalisées. Au fil du temps hélas, nous avons rapidement déchanté"
explique Dominique Campana.


" Ce qui nous paraissait simple a rapidement tourné au cauchemar pour nous. Nous nous sommes retrouvés au coeur d'une bataille entre Axa et EDF  et depuis, chacun se renvoie la balle sans se soucier le moins du monde de notre cas.
A ce jour  nous avons touché une provision de 10 000€ alors qu'il faut vau strict minimum 36 000€ pour faire repartir ces fours.
En attendant le bon vouloir de ces personnes, nous n'avons d'autre ressource que de créer en lieu et place de notre atelier un glacier. Une activité qui n'a rien à voir avec notre métier, mais en attendant il faut bien que l'on mange".

Cette situation, pour le moins ubuesque, ne peut continuer ainsi pour nos artistes qui ne demandent qu'à poursuivre leur œuvre de créativité dans un univers qui est le leur.
Espérons que cet appel du désespoir soit entendu par ceux qui sont en charge ce dossier…




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie