Corse Net Infos - Pure player corse

Tour d'Italie: Trois étapes en Corse en 2016 ?


Rédigé par le Vendredi 22 Novembre 2013 à 16:59 | Modifié le Dimanche 24 Novembre 2013 - 02:35


Et si le Giro succédait au Tour de France ? L'idée qui trotte dans la tête de Henri Angelotti, dont le nom restera longtemps associé au cyclisme bastiais, est en train de prendre forme. Jeudi et Vendredi en effet Mauro Vegni, directeur du Giro, était en Corse pour, sous la houlette ,de Henri Angelotti aller frapper aux portes de toutes les collectivités.


Mauro Vegni (deuxième à partir de la gauche), Jacky Padovani, Pierre Mattei et Henri Angelotti à l'extrême droite
Mauro Vegni (deuxième à partir de la gauche), Jacky Padovani, Pierre Mattei et Henri Angelotti à l'extrême droite
Vendredi, après Ajaccio le veille, Mauro Vegni a fait un crochet par San Martino di Lota et Pietranera pour aller rencontrer Jacky Padovani qui est non seulement le maire de la localité, mais aussi le vice-président du conseil général de la Haute-Corse et de la communauté d'agglomération de Bastia.
Il ne pouvait sans doute pas trouver meilleur supporter. En tout cas le maire de San Martino a dit à son hôte combien il était supporter du Tour d'Italie et sans se prononcer sur la suite qui sera donnée aux sollicitations des organisateurs du Giro, Jacky Padovani a dit que l'événement était trop important pour que cette démarche soit ignorée.
"Les représentants du services des Sports du conseil général qui sont là, établiront un rapport. La même démarche sera effectuée auprès de la communauté d'agglomération. Après examen et un accord de principe on pourra mieux se pencher sur le dossier" a souligné l'élu.
Mauro Vegni a bien compris qu'il n'obtiendra pas l'accord des collectivités au terme d'une simple visite.
"Le Giro, qui profitera de l'expérience du Tour de France, ce n'est pas seulement le côté sportif. Le côté sportif, c'est le fil rouge. Non. Le Giro c'est la fête."
Mais cela a, aussi, un coût. Dès lors importe t-il d'avoir l'adhésion de toute la Corse. Puis d'évaluer ce coût.
Pas question pour autant de faire ça à la hâte.
Mauro Vegni estime en effet que pour le Giro  ait une chance de passer par la Corse en 2016, il faudra commencer à se pencher sérieusement sur l'ensemble des dossiers à compter du mois de Février 2014.
Et un dossier, est non des moindres, est celui des transports.
C'est la raison pour laquelle Pierre Mattei, directeur général de Corsica Ferries, avait été convié à la discussion.
Et après l'avoir entendu Mauro Vegni a sans doute été rassuré.
"Pour nous faire traverser le Giro entre Livourne et Bastia sera bien plus facile que transporter la caravane du Tour de France du plus petit port de Corse au plus petit port de la côte méditerranéenne" a précisé Pierre Mattei.
Dès lors, avec cette souplesse des transports pourquoi ne pas envisager trois jours de course en Corse ?
Au niveau de la direction du Giro, on ne serait pas contre.
Affaire à suivre donc...



Rugby | Echecs | Autos Motos | Cyclisme | Autres sports