Corse Net Infos - Pure player corse

Stéphane Deguilhen expose ses sculptures à la Drac de Corse à Ajaccio


Rédigé par le Samedi 7 Novembre 2015 à 19:26 | Modifié le Dimanche 8 Novembre 2015 - 00:23


Stéphane Deguilhen sculpteur à Levie, expose ses œuvres du 4 au 18 novembre à la DRAC de Corse. Une exposition gratuite de ses sculptures, sous le thème « L’animal : du végétal au minéral », qui souligne les forces naturelles en puissance sur l’île s’alliant pour sublimer la vie qui s’y est construite.


Stéphane Deguilhen expose ses sculptures à la Drac de Corse à Ajaccio
Cet enseignant en physique chimie abandonne l’éducation nationale  pour se lancer dans la sculpture dans les années 2000. Une passion qu’il associera, dans son village de montagne, à celles pour les animaux sauvages, la nature et ses reliefs caractéristiques et les essences locales abondantes présentes dans la forêt (châtaignier, olivier, noyer et souches de bruyère). Une recherche permanente et obsessionnelle le plonge dans ses travaux, appliquant des visions de structures tridimensionnelles, d’abord étudié lors de ses études de physique, et que la sculpture permettra de faire émerger du fond de son esprit. Des sculptures aux lignes de force volontairement accentuées pour faire ressortir et souligner l’impression recherchée et donner le maximum d’expression.  
 
Le concept de travail sur la forme préexistante
Lorsque Stéphane Deguilhen rentre en Corse, il préfère aider un ami à préparer du bois de chauffage, qu’ils vont débiter en forêt. Des souches qu’il récoltera, il en récupérera une  qui sera le point de départ d’une forme de communication entre lui et le végétal. Le sculpteur y voit une tête de taureau, et  travaillera très peu la souche, pour lui faire révéler son anamorphose. Il y rajoutera uniquement les cornes. La tête de taureau donnera le « la » de la symphonie qui traverse le végétal, l’animal, le minéral. Viendront ensuite les aigles, jusqu’à cette dernière sculpture, particulière, plus aboutie, où rien n’est ajouté : une souche au premier coup d’œil, qui devient une tête de tigre lorsque l’observation se prolonge. « J’interprète la forme préexistante d’une souche en intervenant le moins possible ».
 
L’œuvre du Sisyphe heureux
L’essentiel est donc pour l’artiste de regarder, d’observer, de lier connaissances physiques et biologiques à la maîtrise de l’outil. Mélange de faune et de flore sauvages insulaires, expression des forces et coopérations naturelles qui naissent du végétal pour se transformer en animal, et s’immortaliser minérales. Les sculptures de Stéphane Deguilhen racontent la force du vivant en Corse. Un rendu artistique né de recherches issues d’une réflexion autodidacte qui offre une œuvre insufflant  la force et l’énergie de la terre corse.

La Tête de Taureau

Cette œuvre emblématique a marqué un tournant dans la carrière de l’artiste. Remarquée au Salon d’Automne du Grand Palais et retenue pour la section des artistes français lors d’une exposition, elle lui a permis de connaître des collectionneurs, de nouer des contacts avec les acteurs du monde artistique. Elle fut ensuite exposée au Louvre avec la Société Nationale des Beaux-Arts, qui lui décernera la médaille d’argent. Stéphane Deguilhen recevra par la suite  une médaille d’argent pour l’ensemble de son œuvre lui assurant la reconnaissance de l’Académie des Arts, Sciences et Lettres. L’aboutissement de cette reconnaissance sera la participation à l’Exposition Universelle de Milan, en 2015, où la tête de taureau fut le centre de l’intérêt des Italiens.

Du premier moule à la patine : la naissance d’une œuvre
 La première étape qui donnera naissance  à une sculpture de Stéphane Deguilhen est la réalisation d’un moule élastique en élastomère à partir de la forme originale de la sculpture, dans lequel sera appliqué de la cire liquide.. Dans une seconde étape un « moule de potée » est créé autour de l’épreuve en cire, qui sera ensuite mis au four à une température entre 200°C et 300°C.  La cire fondra et s’évacuera, laissant un espace vide qui sera occupé par le bronze liquide. Puis à une température de 600°C cuira le « moule de potée » et le noyau où sera coulé le bronze en fusion (1100°C).
Une fois refroidi, le bronze est sorti de son « moule de potée » au moyen de maillet et/ou de ciseaux, c’est le « décochage » de l’œuvre. C’est alors que plusieurs artisans interviendrons (soudeurs, ébarbeur, ciseleur), jusqu’au patineur qui travaillera la couleur définitive de la patine. Elle se déclinera du marron au vert, grâce à un processus d’oxydation de la surface du métal, obtenue à l’aide d’acides. Lorsque la couleur souhaitée est atteinte, l’oxydation est arrêtée à l’aide d’un revêtement protecteur (vernis ou cire).
 
Principaux sites d’expositions
1998 : Participation aux 3èmes Rencontres d’Art Contemporain à Calvi.
1999 à 2003 : 1ères réalisations et commandes publiques.
2004 : réalisation d’une tête de sanglier pour le Musée de la Corse.
2005 : participation au programme européen «Leader +» (valorisation des essences naturelles et du patrimoine) .
Exposition à l’espace Van Gogh à Arles sur le thème des taureaux
2006: Création d’œuvres pour le Musée de l’Alta Rocca (2ème nuit des musées), exposition «Et l’animal fit l’homme».
2007 : Création in situ d’un cheval monumental pour la mairie de Mêla (Corse du Sud) .
2008 : Participation à la Biennale de Sculpture Animalière de Rambouillet.
2009 : Exposition au Grand Palais à Paris
2012 : Exposition au Carrousel du Louvre dans le cadre de l’exposition annuelle de la Société Nationale Beaux Arts.
2014 : Entrée dans la collection de Jacques Gineproexpert, collectionneur et critique d’art , officier du mérite de l’ordre culturel.
Exposition au Grand Palais dans le cadre du salon d’automne Art en Capital, section des artistes indépendants.
2015 : Exposition au Grand Palais dans le cadre de l’Exposition «Art en Capital»
Exposition Universelle de Milan Pavillon Italien
Exposition personnelle au Musée de Corse
 
Renseignements
Sculptures de Stéphane Deghilhen,
Exposition ouverte du 4 au 18 novembre dans les locaux de la direction régionale des affaires culturelles de Corse (DRAC) à Ajaccio
1, chemin de la Pietrina (entrée sous le porche de l'immeuble Oasis)
De 10h à 13h en semaine et de 10h à 16h le samedi et dimanche.
Entrée libre




Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine