Corse Net Infos - Pure player corse

Sports de pleine nature : Après la tragédie de Soccia, la prévention au cœur du débat


Rédigé par José Fanchi le Mercredi 10 Octobre 2018 à 17:39 | Modifié le Mercredi 10 Octobre 2018 - 19:28


A la suite des événements dramatiques survenus au cours de la saison estivale à Soccia, une importante réunion portant sur la prévention encadrant la pratique des activités de pleine nature était organisée mercredi matin à la préfecture de région, en visioconférence avec la préfecture de la Haute-Corse. La réunion était présidée par la préfète de Corse, en présence du procureur de la République d’Ajaccio, de toutes les autorités et forces de sécurité et de secours de sport en moyenne et haute montagne


(Photos Michel Luccioni)
(Photos Michel Luccioni)
Que s’est-il passé le 2 août dernier à Soccia ?
C'est la question que tout le monde se pose encore après la terrible catastrophe qui est survenue dans le canyon du Zoicu, où cinq personnes, rappelons-le, ont perdu la vie après avoir été emportées par la violente vague qui les a précipitées sur les rochers lors d'une descente en rappel su site.
L'enquête ouverte par le parquet d'Ajaccio pour "suspicion d'imprudence," est encore en cours afin afin que toute la lumière soit faite sur ce drame. C’est le deuxième accident le plus important qui soit arrivé en Corse après celui qui le 24 Septembre 1974 et qui avait coûté la vie à huit personnes dans les gorges du Tavignanu. Un tel accident était survenu également à La Réunion, au cirque de Salazie, en mars 2010, où deux femmes et deux hommes avaient perdu la vie. En Europe, un accident de canyoning avait fait 21 morts en juillet 1999, à Interlaken en Suisse, dans les Alpes bernoises.
 

Une réunion, des chantiers, des enseignements
En accord avec le procureur de la République, la préfète de Corse avait souhaité qu’un retour d’expérience soit fait à la suite de ce dramatique accident. Afin de laisser passer le temps pour le deuil, et permettre le déroulement de l’enquête. C’était donc la réunion qui était organisée mercredi et ce n’est certainement pas la dernière. En effet, la concertation a permis de tirer les premiers enseignements de cette tragédie, afin de déterminer les recommandations susceptibles de renforcer la sécurité de ce type d’activités.
Gendarmerie, SDIS, Parc Régional, Environnement, Météo, Cohésion Sociale, Jeunesse et Sports, toutes les structures de montagne, randonnées, sports de pleine nature sont autant d’organismes qui ont répondu favorablement aux entretiens qui se sont déroulés tout au long de la matinée d’hier.
« Il s’agit d’un retour d’expérience qui ne concerne pas seulement le canyoning qui est une activité sensible mais également tous les sports de pleine nature » a souligné la préfète de Corse, Josiane Chevalier, au cours de la conférence de presse qui a suivi la réunion. Elle a salué la qualité des secours déployés lors de la catastrophe de Soccia.
 

Les mêmes règles pour tous !
Josiane Chevalier a poursuivi.
« Il faut voir sur le terrain de la prévention avec tous les acteurs et notamment les professionnels et leur expérience, comment partager les constats et surtout les actions à mener ensemble. Nous avons évoqué cela tout au long de la matinée et je dois dire que c’était extrêmement riche. On s’est d’ailleurs mis d’accord pour prolonger cet échange autour de groupes de travail avec toutes les thématiques qui ont été soulevées au cours des entretiens de ce matin. Il y a un chantier autour de la formation avec notamment ce que l’un des professionnels a souligné au niveau de la formation continue. Il faut songer également à un chantier partenariat professionnel-institutionnels ainsi que les pompiers qui sont demandeurs. Dans les propositions qui ont été faites, il y a aussi cette notion de contacts plus établis entre les forces de secours et les professionnels pour améliorer la gestion de chaîne de l’alerte.
Autre chantier à établir, celui concernant la communication, la formation, la signalétique, sans oublier le chantier de l’alerte par rapport à la météo. Pour la gestion des incendies, il y a une carte qui est mise à jour par la DRAF, pourquoi ne pas imaginer la même chose au niveau de la météo ? Ce sont des sujets sur lesquels il faut travailler sans pour autant oublier le chantier d’ordre administratif, au niveau des arrêtés préfectoraux car il est inconcevable qu’il n’y ait pas les mêmes règles en Haute-Corse qu’en Corse du Sud. Les arrêtés municipaux, les conventions entre les maires et les professionnels sont à regarder de près au niveau de la légalité. Tous ces groupes de travail vont être prochainement mis en place avec les différentes composantes qui étaient là ce matin. En début d’année, une autre réunion sera organisée pour la préparation de la saison et voir concrètement quelles seront les pistes sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord, sachant bien entendu que le risque zéro n’existe pas. Il faut souvent tirer parti d’un événement douloureux pour avancer. »
 

Eviter que ça se reproduise…
 Le procureur de la République, Eric Bouillard, s’est exprimé à son tour pour justifier sa présence dans une réunion de cette importance :
 « Nous venons de tirer une expérience d’un incident récent, grandeur nature, qui nous a malheureusement tous traumatisés. Cette réunion a été l’occasion d’échanges importants, avec des gens qui connaissent très sérieusement leur domaine d’activité.  Faire de la prévention qui émane du terrain c’est toujours important et cela permet d’avancer. J’étais la aussi pour rapporter aux professionnels l’obligation qu’on a de décloisonner, car il n’y a pas que les questions que peut se poser l’administration, il n’y a pas que les questions que peut se poser l’autorité judiciaire, il y a aussi des questions que peuvent se poser nos concitoyens, à l’image de la maman de la petite fille décédée. Elle m’a posé beaucoup de questions de bons sens à savoir commet est-ce possible que ça se passe et dans ce domaine, il n’y a pas de fatalité. Donc, il va falloir que pour la saison 2019, nous ayons fait notre bout de chemin ensemble pour que de telles choses ne se reproduisent plus. J’apporterai mon concours à l’amélioration de la situation dans toute la mesure du possible. »
 

- Où en est l’enquête sur le drame de Soccia ?
« Comme je l’ai indiqué il y a quelques jours, les premiers compte rendus de l’enquête ont été retournés il y a plusieurs semaines. J’ai communiqué cette procédure à toutes les familles pour les personnes décédées et pour les personnes survivantes. J’attends le retour de leurs observations pour prendre une décision définitive. Les premières conclusions nous orientent plutôt vers la piste d’une imprudence de la part du professionnel qui encadrait le groupe. »   
 
 
Paroles de professionnels…
 Thierry Souchard, représentant du syndicat national des professionnels de l’escalade et du canyon :
 "Je pense qu’il s’agissait d’une réunion très positive qui favorise des premiers contacts avec des professionnels et représentants associatifs et services de l’Etat. Ces échanges permettront d’identifier des pistes pour améliorer la concertation la communication et la sécurité au sens le plus large."
 
Capitaine Marie Sachot, commandant le Peloton de Gendarmerie de Haute-Montagne de Corse :
« De ce genre de réunion avec tous les acteurs, il ressort quelque chose de positif qui permet d’avancer. La collaboration directe entre les groupes de travail et les services de l’Etat sera une bonne chose, surtout entre les services de l’Etat et les socioprofessionnels, associations, Fédérations et les professionnels engagés dans les massifs et les canyons tout au long de l’année. Je pense que c’est la catastrophe de l’été dernier qui a déclenché cette réflexion pour aller vers une évolution dans la prévention et dans l’encadrement des pratiques de pleine nature. La mise en place de groupes de travail va amener à des décisions importantes pour la saison prochaine. »
J. F.
 





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 20:51 Rugby : Pari réussi pour le RC Ajaccio

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie