Corse Net Infos - Pure player corse

Le « Momo Challenge » : Un jeu très dangereux qui s’adresse aux adolescents


Rédigé par le Dimanche 19 Août 2018 à 22:38 | Modifié le Lundi 20 Août 2018 - 00:42


Un nouveau jeu viral et dangereux, « le Momo Challenge », est proposé aux adolescents via l’application de messagerie WhatsApp. Plusieurs pays ont déjà signalé le caractère dangereux de ce jeu qui pousse, dans le pire des cas, les jeunes au suicide. La police argentine pense qu’il serait à l’origine du suicide d’une jeune fille de 12 ans à Buenos Aires.


"Le mal intentionné "Momo""
"Le mal intentionné "Momo""
Le guide de ce jeu malsain est le visage terrifiant et inquiétant de « Momo », créé à partir de la sculpture « Mother Bird » - Mère oiseau - d’un artiste japonais, Midori Hayashi. Elle a été réalisée par le studio d’effets spéciaux japonais Link Factory pour les besoins d’un film d’horreur.

Comment ce jeu fonctionne-t-il vraiment ?

Ce challenge venu du Japon est accessible à tout le monde. Il suffit de contacter un numéro sur un compte What’s App et d’attendre une réponse. En général, un « Salut, je suis Momo ! ». C’est à partir de là que commence une manipulation avec menaces et chantage.
Si l’adolescent accepte de venir jouer avec Momo, des instructions sont données qui devront être suivies à la lettre sous peine de représailles : divulgation d’informations personnelles, apparition du visage de la photo vers 3 heures du matin, sort, images très violentes… Des actes dangereux peuvent être demandés dans le but de rencontrer un jour « Momo ».
Les adolescents étant, à cet âge, très sensibles aux agressions psychologiques,  des troubles peuvent apparaître tels que l’anxiété, la dépression, ou des insomnies.
Le harceleur caché derrière son numéro What’s App bombarde de messages effrayants, nombreux et très longs sa victime qui se retrouve rapidement sous emprise. Il est évident que l’objectif de ce harcèlement est de jouer avec des personnes jusqu’à ce qu’une, plus fragile, se plonge dans des terreurs et des croyances qui vont la mener jusqu’à un acte irréversible : le suicide. Les plus chanceux ne seront que (sic !) psychologiquement affectés.

Les polices de plusieurs pays alertent sur ce jeu

Ce challenge pourrait être la cause du décès d’une fillette de 12 ans en Argentine. Des échanges via sa messagerie What’s App auraient été retrouvées dans son portable. L’auteur serait un jeune homme de 18 ans qui aurait incité l’adolescente à se suicider par pendaison.
Le compte « Momo » sur la même messagerie serait lié à trois numéros originaires du Japon, du Mexique et de Colombie. L’origine du jeu est encore inconnue.  Les pays d’Amérique du Sud sont les plus touchés par ce fléau au point que Mexique a lancé une campagne de sensibilisation à la dangerosité de ce challenge.
Le plus terrible, c’est que de nouveaux comptes sont régulièrement créés sur la messagerie.

Appel à la vigilance des parents

Les parents doivent être informés sur les dangers potentiels de ce jeu qui répand sur les réseaux sociaux à grande vitesse. Il faut bien expliquer aux adolescents de ne pas entrer en contact avec cet horrible « Momo ». Si cela est déjà fait, leur dire de ne pas se laisser manipuler car derrière cet affreux personnage s’en trouvent d’autres tout aussi affreux et très mal intentionnés.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie