Corse Net Infos - Pure player corse

L'ACA doit se contenter du nul (0-0) face à Nice


le Dimanche 25 Août 2013 à 21:45 | Modifié le Mercredi 28 Août 2013 - 15:35


Au terme d'un match très serré avec peu d'occasions de part et d'autre, Ajacciens et Niçois se sont logiquement quittés sur le score de zéro partout. Pour autant, les Oursons ont eu l'occasion, comme leurs adversaires, de faire basculer la rencontre, mais le manque de précision était trop important. Bien en place, mais peu enclins à construire convenablement, les hommes de Ravanelli récoltent un deuxième point important, à nouveau face à une équipe européenne.


(Ritrattu : Panoramic)
(Ritrattu : Panoramic)
Stadiu F. Coty, Dumenica u 25 d'Agostu di u 2013
AC Aiacciu 0-0 OGC Nice
Avvertimenti : nisunu
Tempu : Beddu ; Tarrenu : Abbastanza bonu
Arbitru : Sgiò Duhamel
ACA : Ochoa- André, Perozo, Zubar, Bonnart – Pierazzi (cap), Mostefa, Pedretti- Diarra (Popescu 82a), Belghazouani (Deville 71a), Mutu.
Add. : F.Ravanelli
OGC Nice: Ospina- Genevois, Gomis, Kolodziejczak, Amavi- Digard (cap), Mendy- Brüls (Pied 67a), Eysseric, Bauthéac (Constant 82a)- Cvitanich (Traoré 92a).
Add. : C.Puel


U Scontru

Le premier quart-d'heure est à l'avantage de l'ACA qui se montre conquérant, face au bloc Niçois. Pour autant, c'est Nice qui frappe le premier, avec un but refusé pour un hors-jeu de Brüls, sur un coup-franc (6a). Après vingt minutes, la tension retombe et l'ACA se fait plus discret, mais toujours présent dans le pressing et les duels. Sur sa première occasion, Cvitanich croit ouvrir le score, mais son lob finit derrière le but d'Ochoa, heureusement (24a). 
Plus rien à signaler avant la pause, les deux formations s'observent, tentent mais ne construisent pas comme elles le devraient. Un score vierge logique déjà, à la mi-temps.
De retour du vestiaire, on trouve un ACA plus lucide, et qui presse plus haut. Premier ballon et frappe de Mostefa, mais Ospina ne s'inquiète pas, et capte (49a). Les Aiglons jouent les contres à fond, sous les cris d'encouragements et les consignes de Puel, et sur un lointain mais puissant coup-franc de Mendy, Ochoa joue la sécurité et boxe une frappe flottante, qui n'est pas sans rappeler le coup-franc de Juninho encaissé par Stéphane Porato, il y a sept ans de cela... 
L'ACA ne ressort plus le ballon et s'enlise dans un jeu stérile et peu imaginatif. Pas de solutions devant, et un milieu qui peine à se montrer productif. Beauthéac s'infiltre tout en vitesse à gauche, la défense vacille, le ballon voyage et il faut une bonne intervention de Bonnart, pourtant pas en verve, pour éviter la sanction  (75a). Ravanelli, excédé, procède à un coaching qui va s'avérer judicieux. Deville et Poescu amènent de la folie dans un match terne des Ajacciens sur le plan offensif. Première banderille avec un appel du jeune Belge dans le dos, signalé injustement hors-jeu. Brandon Deville qui obtiendra un bon corner, dont se charge le Roumain Poescu. L'ailier gauche trouve Mutu au point de pénalty, mais la tête de son compatriote est trop décroisée, et fuit le cadre (83a). Il y a du K-O dans l'air, et sur une dernière offensive rondement menée, Mutu et André combinent, et Deville s'échappe coté droit, et délivre un centre fort pour Stefan Popescu, mais ce dernier est un rien trop court et Ospina peut souffler (86a). 
Monsieur Duhamel sépare les deux équipes sur un nul logique, avec un ACA qui doit encore travailler, notamment en attaque, en attendant un renfort offensif qui semble essentiel. 

L'ACA

Dans un 4-1-4-1 à priori offensif, l'ACA n'a pas montré grand-chose devant. Au contraire, le manque d'occasions commence à inquiéter certains observateurs, tant Mutu se trouve trop souvent esseulé en pointe. 
Au milieu, le trio Pierazzi (toujours devant la défense) ) -Mostefa-Pedretti tient la route, même si l'Algérien a été en deçà de son niveau habituel. Le capitaine, de son coté, continue à montrer beaucoup d'assurance, et surtout des progrès. Benoit Pedretti, malgré ses ballons intelligents, n'a pas eu non plus la réussite avec lui.
Un bon match de Diarra, autant offensivement que défensivement cette fois, et qui confirme, et aussi une belle performance de Perozo, qui semble gagner sa place de titulaire, après trois matches en défense centrale. De son coté, Laurent Bonnart n'a pas été à la fête, et a essuyé nombre de fois les bourrasques sorties de la bouche de Ravanelli. B. André a lui tenu sa place, et semble s'être très bien accommodé de son rôle d'arrière droit. 

L'avversariu

Nice venait pour défendre, avant tout, on le savait. Et les joueurs de Puel l'ont fait, plus ou moins sérieusement, et sont repartis avec un bon point, après une défaite cinglante en Chypre.
Cvitanich était à l’affût, devant, mais s'est heurté souvent à un Perozo alerte, et un Zubar taille patron. Au milieu, l'apport de Mendy se fait de plus en plus sentir, et les contres ont été rondement menés.
La défense, malgré la surprise sur la feuille de match d'Amavi a fait bonne impression. Un Digard toujours aussi intelligent et surtout un Esseyric combatif ont été la clé du système.

U Bilanciu

Deux points en trois matches, cela reste maigre, mais contre des équipes du Top cinq du dernier du championnat, cela ne se refuse pas! L'ACA a toujours des lacunes, c'est indéniable, et les entraînements de la semaine vont tenter d'y remédier. Une rencontre bien gérée, et un point conservé, à défaut d'être multiplié par trois, les Oursons semblent être sur la bonne voie, mais possèdent une marge de progression encore grande. 
Le match à Sochaux, Samedi prochain, devrait permettre de voir plus clair, face à une équipe peut-être plus à la portée des Bianch'è Rossi. Les retours de Lasne, Cavalli et surtout de Faty pourraient donner d'autres possibilités à Ravanelli.

Le sentiment d'Alain Orsoni : ECOUTER




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Novembre 2018 - 22:11 Ligue 2 : L'ACA dominé à Grenoble

Vendredi 2 Novembre 2018 - 23:10 Derby : Le GFCA « enfourche » l’ACA (1-2)

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse