Corse Net Infos - Pure player corse

Festa di a cultedda Corsa in Cutuli e curtichjatu (3 è 4 d’aostu) : Le « savoir-faire » d’une filière


Rédigé par José Fanchi le Lundi 30 Juillet 2018 à 15:10 | Modifié le Lundi 30 Juillet 2018 - 18:02


Initié depuis trois ans en partenariat avec l’ADEC et la Chambre de Métiers de la Corse et u sindicatu di i cultellaghji Corsi, la fête du couteau corse revêt une toute autre allure et continue de plus belle à Cutuli e Curtichjatu le week-end prochain. La désormais traditionnelle manifestation a été présentée hier matin à la Chambre de Métiers en présence de MM. Jean-Christophe Angelini, président de l’ADEC, François Ottavianti, président de la CRMA de Corse, Jean Biancucci, maire de Cutuli, Patrick Pianelli, (CRMA) et Jean-Dominique Susini, président du syndicat des couteliers


(Photos M. L)
(Photos M. L)
Le  couteau relève d’un savoir-faire qui remonte à la découverte du travail des métaux. Il doit néanmoins son apogée à la construction d'épées, d’armures et d'engins de guerre. Un art difficile dont une démonstration sera faite ce vendredi en fin d’après midi sur les hauteurs d’Ajaccio. Nous aurons droit  à un spectacle haut en couleur, car c’est dans une chaleur intense, avec force, finesse et précision que l’artisan modèle son œuvre.
Au rythme de la musique de ses coups répétés autant qu’assourdissants, il chauffe, façonne, transforme, pile, coupe, travaille son angle d'approche, module sa pression et crée son œuvre en révélant toute la puissance à cette matière désormais soumise, alors qu'au préalable elle parait immuable. Le savoir-faire du forgeron est vaste et ses techniques très précises Il crée, improvise aussi car il est amené à réaliser des objets extrêmement divers, qu’il s’agisse de couteaux, fers à cheval, chaudrons et autres œuvres d’art dont il a le secret. Le couteau a fait partie des premiers outils fabriqués par l'homme. D'abord en pierre, puis en fer ou en acier, il a été indispensable à la survie de l'espèce et fait encore aujourd'hui partie des incontournables de notre quotidien. Le couteau est simplement le prolongement de la main.


Le couteau a une âme…
Durant des lustres, l’artisanat coutelier insulaire fut l’un des plus performants du bassin méditerranéen. Le couteau corse à une âme qui a donné sa suprématie à notre artisanat vieux de deux millénaires. L’avènement d’une coutellerie artisanale le relégua à la portion congrue mais depuis quelques décennies, un mouvement de fond s’est opéré et l’artisanat de qualité a aussitôt refait surface avec les techniques ancestrales de la production des métaux selon les règles de la coutellerie corse traditionnelle.  
Ils sont une trentaine aujourd’hui, tous des professionnels, qui ont décidé de se fédérer et de défendre leur rôle de défense et de promotion du couteau corse traditionnel. Comme les couteliers, il existe actuellement plusieurs milliers  d’entreprises qui jouent un rôle prépondérant dans le développement économique et social. La qualité de leurs produits contribue au maintien d’une économie rurale et un rempart à la désertification de l’intérieur.
image_20.png image.png  (106.49 Ko)

Une charte de qualité
Le syndicat régional des couteliers a initié depuis quelques années une démarche collective portée par la Chambre Régionale de Métiers et proposé aux services de la Collectivité de Corse via l’ADEC, une action collective pluriannuelle visant à accompagner les efforts de restructuration de la filière et à valoriser les « savoir-faire » des couteliers. Cela dans le but bien précis de défendre les intérêts d’une profession, largement concurrencée par des productions d’importation avec comme objectifs :
  • D’organiser et fédérer la profession et divers acteurs du secteur au travers d’une démarche de filière
  • De défendre le secteur de la coutellerie traditionnelle corse au travers d’une charte professionnelle avec un signe de qualité et sa déclinaison
  • De promouvoir le secteur de la coutellerie comme vecteur de développement économique et culturel afin de préserver son identité
  • D’aider à la modernisation des outils de production
  • De favoriser la transmission des « savoir-faire »
Il s’agit d’une initiative visant à renforcer la dynamique économique par le développement des entreprises existantes et à promouvoir une image d’authenticité et de qualité qui vise à défendre les intérêts d’une profession comme chacun sait fortement concurrencée.  Il s’agit pour nous de fédérer les structures en place autour d’un projet basé sur une « charte de qualité »  véritable fondement d’une prochaine labellisation. La marche en avant a été entamée avec l’élaboration d’un cahier des charges  et la mise en place un label « couteau corse » s’intégrant dans la marque territorialisée « Corsica Made » mais aussi l’élaboration d’une stratégie de communication, la création d’un site Internet et autres participations aux foires et salons et la mise en place des formations de type compagnonnage. La machine est en marche et l’opération lancée il y a plusieurs années récolte sa part de lauriers.
« La mise en place de cette charte professionnelle et sa déclinaison en termes de communication a permis de préserver l’identité des couteaux corses et de défendre les intérêts d’une profession. Ces « savoir-faire » permet notamment au consommateur de différencier les productions locales des contre façons et des imitations, en lui apportant toutes les garanties nécessaires sur l’authenticité  et la qualité des productions réalisées par nos artisans » a expliqué Jean Biancucci et précisé également que cette charte des couteliers corses concerne toute leur production et repose sur deux niveaux, à savoir :
  • 1er niveau : fattu in Corsica, concerne la plus grosse partie des couteliers
  • 2e niveau : Excellence, concerne Jean-Do Susini, de Ville di Pietrabugno et Xavier Biancarelli, de Porto-Vecchio
En ce qui concerne le poinçon, il reprend le symbole de la Corse avec des matériaux qui servent souvent à la fabrication des manches de couteaux. Il est apposé sur tous les modèles des artisans labellisés avec la déclinaison « cultella tradiziunale » pour ceux qui fabriquent les modèles traditionnels.


Vendredi 3 et samedi 4 août à Cutuli
Vendredi 3 : inauguration à 18 heures et jusqu’à minuit, exposition, vente et démonstrations
Samedi 4 : de 10 à 19 heures, expo, vente et démonstrations
J.F.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie