Corse Net Infos - Pure player corse

De Pasquale Paoli à Petru-Ghjuvan Luciani : Un Mémorial et 85 présidents…


Rédigé par José Fanchi le Mardi 19 Décembre 2017 à 19:49 | Modifié le Mardi 19 Décembre 2017 - 20:02


Obélisque ? Mémorial plutôt, élevé à la mémoire de tous les présidents qui se sont succédé à la tête du Conseil Général. Certaines appellations ont également été évoquées, mais celles-ci n’étaient pas contrôlées, dans la mesure où elles avaient trait à de la « flachine,» ce qui n’eut pas l’heur de plaire au dernier président de l’institution qui a finalement préféré en rire…Il y avait foule mardi en fin de matinée dans les jardins du palais Lantivy. Beaucoup de personnel mais aussi des amis et quelques politiques, sans plus


De Pasquale Paoli à Petru-Ghjuvan Luciani : Un Mémorial et 85 présidents…






L’initiative vient de Pierre-Jean Luciani, il ne s’en cache pas et en est même très fier de l’avoir fait. Il l’a répété, mardi, devant un hall de la préfecture copieusement rempli avant de découvrir le monument sur lequel sont gravés en lettres d’or les noms des 85 présidents qui se sont succédé à la tête de l’institution en Corse du Sud et en Haute-Corse.


Le dernier acte
Après l’ultime session il y a quelques jours, c’était hier le dernier acte officiel du Conseil Départemental de la Corse du Sud avec l’inauguration de ce mémorial en grande pompe pour marquer la fin d’une institution. De Pascal Paoli à Pierre-Jean Luciani, ils ont été quatre-vingt-cinq à se succéder depuis 1790.
Des présidents de l’Administration Centrale des Départements du Golo et du Liamone, de Antoine-Jean Pietri à Marc Petrucci, de Joseph Gentili à Jean-Paul de Rocca Serra, le président sortant n’a oublié personne, du Second Empire à la Restauration en passant par la Monarchie de Juillet, la seconde République, le Second Empire et enfin les troisième, quatrième et cinquième Républiques, cette dernière entamée avec le Prince Napoléon-Charles Bonaparte jusqu’à la bidépartementalisation de la Corse en 1975. Les Conseils généraux étaient alors présidés par François Giacobbi et Jean-Paul de Rocca Serra. Ils s’achèveront avec François Orlandi et Pierre-Jean Luciani. 


- C’était donc ce mardi matin la dernière séance, le grand rassemblement ?
- Je le crois aussi, tous les personnels sont là, il ne manque pas grand monde, cela me touche beaucoup. J’ai profité de cette occasion pour rassembler toute l’institution. Malgré la journée de congé, ils sont tous là, c’est réconfortant et je vais m’adresser à eux tout à l’heure pour les remercier du chemin parcouru à leurs côtés. 


- Au pied de l’obélisque ?
- Non, au pied du mémorial, je préfère ce nom. Obélisque ça fait monument élevé à l’architecture sacrée en Egypte alors que mémorial désigne un écrit où est consigné ce dont on veut garder le souvenir, donc en hommage à tous les présidents qui se sont succédé 225 ans durant, qui ont fait marcher toute l’économie et la politique corse économique et sociale. Je pense avoir fait le bon choix.


- En vous rasant ce matin, quelle a été votre première pensée ?
- La dernière apparition en tant que président d’une institution départementale et les quelques mots que je vais dire à tous les personnels avec lesquels j’ai travaillé deux années durant. Je pense à l’immense peine qu’ils ont de quitter leur Département pour se retrouver dans une autre collectivité sans même savoir où ils iront.  Mais je serai là pour les défendre et suivre l’évolution des choses parce qu’à ce jour, il y a du souci à se faire… 
J. F.





Dans la même rubrique :
< >

Corse | Entretiens | Elections | Institutions