Corse Net Infos - Pure player corse

Conseil départemental de la Haute-Corse : Une dernière session studieuse avant les adieux en Décembre


Rédigé par le Jeudi 16 Novembre 2017 à 17:29 | Modifié le Vendredi 17 Novembre 2017 - 00:47


Les grilles de la préfecture fermées, en prévision de l'arrivée des manifestants de la CGT, auraient pu laisser croire que l'assemblée départementale de Haute-Corse fermaient ses portes elle aussi. Mais c'est une autre session, celle-là toute dédiée à la fin du conseil présidée par François Orlandi qui rédigera, au mois de Décembre, l'avis de décès de la collectivité…


Conseil départemental de la Haute-Corse : Une dernière session studieuse avant les adieux en Décembre
L'heure n'était donc pas encore aux adieux jeudi matin dans la salle de délibérations Jean-Leccia, mais avant d'entamer les derniers travaux de fond de la collectivité départementale, François Orlandi n'a pas manqué d'évoquer cette fin proche mais dit aussi sa fierté du travail accompli aux cours des deux années qui viennent de s'écouler et durant desquelles tous les services et tous les personnels - et pas seulement ceux du département - ont fait preuve "d'abnégation et de loyauté".
Bref, on n'a pas fermé ce jeudi matin au Conseil départemental de la Haute-Corse mais cette fin, proche, était dans toutes les têtes, à l'heure de la lecture de l'audit financier 2016 de la collectivité ou de celui du bilan de mandature. 


Au terme de la présentation par un cabinet indépendant de l'audit, qui a mis en exergue les efforts consentis par la collectivité sur bien des plans, François Orlandi se plaisait à souligner que le Conseil départemental apportait "dans la corbeille de la future collectivité unique un Département qui va lui permettre de continuer à investir sans avoir à supporter le poids d'une gestion antérieure qui aurait pu l'hypothéquer. Le bébé que nous amenons dans la corbeille est un bébé bien portant contrairement à ce que l'on a voulu parfois laisser entendre".
Un résultat obtenu sans emprunt qui, pour François Orlandi, est dû aux "collaborateurs, à l'ensemble des agents du département avec la compréhension de nos partenaires élus, représentants les communes et le monde associatif, qui ont su entendre et comprendre qu'il y avait eu des priorités à définir. C'est ce que nous avons fait malgré des circonstances exceptionnelles - 7 épisodes climatiques dont une alerte rouge, ce qui ne s'était jamais produit - mais nous avons maintenu l'investissement autant pour la réhabilitation des secteurs sinistrés que pour l'investissement neuf,  nous avons maintenu nos aides aux communes, nos aides au monde associatif. Et le Département, je le rappelle a été, durant cette période,  le premier prescripteur de travaux publics loin devant d'autres structures, loin notamment devant la région, qui sont des acteurs majeurs dans ce domaine."
François Orlandi pouvait, dès lors, afficher, comme il l'a dit, "une fierté empreinte de la modestie du devoir accompli qui n'est pas du tout une vanité déplacée..."


Un propos qui a reçu un écho favorable de l'assemblée aussi bien du côté de la majorité, de Pierre-Marie Mancini notamment, que de de l'opposition où Michel Rossi qui, satisfait de l'audit, a regretté " que l'on s'arrête si tôt" et Anne Avenoso qui après avoir souligné à son tour cette bonne gestion a voulu mettre l'accent sur les mandats qui avaient été dévolus aux femmes, ce qui ne s'était jamais produit jusque là, ainsi que sur la gestion de emprunts toxiques entreprise par le président du conseil.
Entre temps et très brièvement, Pierre Ghionga avait quant à lui, avait tenu à  affirmer que les  trois majorités auxquelles il avait appartenu n'avaient pas, elles aussi, à rougir du bilan laissé, ce à quoi a adhéré François Orlandi qui pour sa part a bien souligné que ce résultat n'était pas "celui d'un homme ou d'une femme, d'un groupe ou d'un autre. C'est véritablement un résultat collectif auquel tout le monde a largement participé"


Un consensus que l'on a retrouvé avant l'heure du déjeuner après la lecture du rapport d'activités au terme duquel Pierre-Marie Mancini s'était élevé contre un communiqué récent de la municipalité bastiaise évoquant… "l'équité" qui était pratiquée à l'office public de l'habitat de la Haute-Corse. José Gandolfi notamment, lui a répondu, que la remarque s'adressait sans doute aux gestions précédentes et, après avoir précisé que ni le président de l'office et pas davantage sa directrice ne siégeaient au sein de la commission d'attribution des logements, présenté ses… excuses à Pierre-Marie Mancini !

Dans le courant de l'après-midi plusieurs rapports ont été soumis à l'approbation des conseillers départementaux.
A noyer aussi que le conseil départemental a voté une contribution de 510 000 € pour le surcoût de la campagne feu de forêts et a rajouté 70 000 € pour l'entretien du parc automobile du Sdis de Haute-Corse.


 




Corse | Entretiens | Elections | Institutions