Corse Net Infos - Pure player corse

Christian Bracconi : "Pas question d'oublier la dernière saison"


le Samedi 21 Juin 2014 à 12:19 | Modifié le Samedi 21 Juin 2014 - 20:02


L'AC Aiacciu reprendra Mardi à 8h30 le chemin de l'entraînement, avec de nouvelles têtes, de nouveaux objectifs, un nouveau logo, et un nouveau staff. Remaniement intensif au niveau sportif, mais aussi dans les têtes, toujours meurtries par le traumatisme de l'ère Ravanelli. Dans celle de son remplaçant, Christian Bracconi, la plaie est encore ouverte, mais la cicatrisation a déjà commencé. Avant de prendre contact ce Lundi avec son groupe, qui compte désormais deux joueurs nouveaux que sont Lesoimier et Fauvergue, l'entraîneur Ajaccien évoque dans un entretien exclusif ce que sera l'ACA de demain.


Ritrattu : Olivier Castel www.corsenetinfos.fr
Ritrattu : Olivier Castel www.corsenetinfos.fr
- Christian, prêt à relever le challenge de mener une équipe pour la première fois pendant une saison entière ?
- Oui, puisque l’on avait discuté avec les dirigeants, assez tôt en janvier, pour que je poursuivre l’aventure. Je n’ai pas encore signé mon contrat, mais je serai pour deux ans à la tête du groupe. Notre but à tous est de s’inscrire dans un projet de longue durée, mais bien sûr cela dépendra des résultats. Le choix a été mûrement réfléchi des deux côtés, et ne s’est pas fait par défaut. Les dirigeants ont estimé que j’étais la bonne personne, notamment de par ma connaissance du club, et aussi par le travail que j’ai accompli auparavant avec le centre de formation. Les choses se sont doucement mises en place durant l’intérim que j’ai assuré après le départ de Ravanelli.
 
- Justement, l’ACA change d’ère, et l’équipe aussi puisque l’on passe d’un groupe doté d’éléments de niveau international et même mondial (Ochoa, Mostefa, Mutu…) à une équipe de joueurs de second voir de troisième rang. Ça ne vous fait pas peur ?
- Rien ne me fait peur en fait. Pour la L2, le niveau exige de recruter d’autres joueurs, et l’élément financier rentre un peu plus en jeu, et sera aussi déterminant sur la qualité du recrutement. Nous avons surtout besoin de joueurs « d’équipe ». Les clubs qui remontent en L1 ont en commun un bon collectif, des joueurs de tempérament et aussi d’expérience. Elles ont aussi un projet, et on doit surtout s’inscrire dans cette démarche. L’an dernier, certains joueurs n’avaient pas le niveau de la Ligue 1, et certains joueurs de Ligue 2 auraient peut-être mieux fait. Notre but cette année est de recruter des joueurs avec un vrai état d’esprit pour ce championnat et qui connaissent leur poste, ça me paraît déterminant. En point d’orgue, il faut que l’ont réussisse l’amalgame entre l’expérience et la jeunesse, pour que la cohésion soit la meilleure possible. 
 
- Qui sera là pour la reprise Lundi, entre recrues et nouveau contrats pro, et comment sera composé le groupe ? 
- Lundi, il y aura Cédric Kanté, qui a signé et Benoît Lesoimier (et normalement Nicolas Fauvergue, dont la signature a été officialisée après notre entretien). Pour le moment, je ne veux pas m’avancer, il y a des choses que ne sont pas encore définitives concernant les autres joueurs, mais elles devraient vite se mettre en place. Concernant les jeunes, Mickaël Leca et Julien Remiti ont signé un contrat d’un an, et le club attend toujours la réponse d’Issa Baradji, à qui a été proposé un contrat de trois ans. (Aboubacar Camara a refusé le contrat pro que lui proposait le club et s'est engagé en Turquie, à Gaziantepspor ndlr). Le groupe sera composé de 20 à 21 joueurs de champ, et de trois gardiens. 
 
- En ce qui concerne l’encadrement technique, on change également d’équipe puisque qu’il ne reste au final plus personne de celle de Fabrizio Ravanelli…
- Mario Rotondale et Stefano Bruno se sont arrangés avec le club pour convenir de leur départ, et ne font donc plus partie du staff. De plus, j’ai discuté avec Paul Luccacci (préparateur physique remplaçant de Giampiero Ventrone) et nous avons décidé de stopper là notre collaboration. Il est remplacé par Johan Stevanovic, qui s’occupera de la préparation physique pour un an minimum. Yann Daniélou sera mon adjoint, et Thierry Debès reste, bien sûr, entraîneur des gardiens. On va inscrire l’équipe dans un projet de jeu nouveau, avec de plus les compétences de Sébastien Bannier, le nouveau directeur du centre de formation, qui s’occupera d’appliquer la même philosophie à toutes les équipes amateurs, et de faire le lien avec le groupe pro. On veut aussi insister sur la prévention des blessures, avec les kinés et les ostéopathes.
 
- Et cette préparation, ce jeu, comment allez-vous les concevoir ?
- La préparation physique sera beaucoup plus individuelle. Les joueurs subiront dès Lundi les premiers tests physiques et médicaux, et on adaptera le programme suivant les faiblesses et les forces de chaque joueur, en n’oubliant pas qu’un joueur de 20 ans ne peut pas être préparé comme un joueur de 30. Cela dit, il y aura un tronc commun.  Pour ce qui est du jeu, nous ne savons pas encore si nous allons travailler avec un ou plusieurs systèmes, mais ce qui est sûr, c’est que nous allons instaurer des principes offensifs et défensifs directeurs, sur lesquels on s’appuiera tout au long de l’année. Je ne peux pas vous en dire plus mais nous aurons un style de jeu, et on le transmettra au niveau du centre. Nos équipes joueront toutes de la même façon. 

"On préfère avoir un joueur moins doué, mais qui posera moins de problèmes"

L'addestratori è u Prisidenti, pronti pà un'avventura nova (Ritrattu : Olivier Castel)
L'addestratori è u Prisidenti, pronti pà un'avventura nova (Ritrattu : Olivier Castel)
- Parlons du recrutement, on entend encore cette année que l’état d’esprit sera prépondérant, mais on a été déçus par le résultat sur les deux dernières saisons, où certains joueurs ne répondaient pas du tout à ce critère…
- C’est en partie moi qui détermine les profils des joueurs, puisque je fais bien sûr partie de la cellule de recrutement (avec Patrick Vernet et Yoann Poulard, ndlr). Quand on prend Kanté et Lesoimier, on sait que l’on ne se trompe pas sur l’état d’esprit, mais il ne faut pas se tromper sur les autres, donc on va à la pêche aux infos, et dans les recherches que l’on fait, l’état d’esprit rentre en compte. On préfère avoir un joueur moins doué, mais qui posera moins de problèmes. Après, il faudra aussi se mettre dans l’esprit que l’on est en L2, s’imprégner aussi de l’état d’esprit local, de la ville, de la région. Quand un joueur arrive il doit savoir s’adapter, savoir où il met les pieds. Le climat, la manière de vivre, l’histoire, le passé du club…le joueur devra faire l’effort pour se mettre dans les meilleures conditions. Il est hors de questions qu’ils puissent s’imaginer ici en préretraite ou en villégiature. Il y aura un cadre de vie très strict qui sera mis en place par rapport à ça. 
 
- D’ailleurs la spécificité de la ville sera rapidement dans la partie puisque que le derby contre le GFCA arrivera dès le 15 Août. Comment fait-on passer ce message avec des nouveaux joueurs ?
- Je ne vais pas fonctionner en fonction du derby, le mot d’ordre ce sera la culture de la gagne, le désir de bien faire et quelque soit l’adversaire. S’imprégner de nos valeurs, et les développer. Quand viendra le derby, le discours sera forcément plus précis, parce que ce ne sera pas un match comme un autre. On va d’abord penser à faire une très bonne préparation physique, parce que cela conditionne une saison. Quand arrivera ce match, on aura deux matchs très dur dans les jambes (déplacement à Arles, réception de Sochaux), et on pourra se focaliser sur ce match qui va passionner, c’est sûr, toute une ville, mais qui ne vaut que trois points. 
 
- Le club change son image, ou plutôt la fait évoluer avec un nouveau logo, et un retour aux fondamentaux. Comment on transforme ça en motivation pour des joueurs qui ne connaissent pas l’ACA ?
- Le discours mettra en avant l’histoire du club, qui s’écrit avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines. Nous devons nous servir de nos échecs pour construire notre réussite, mais changer de logo ne veut pas dire changer d’histoire. Cela doit faire plaisir à nos supporters de retrouver l’Ours, qui est l’emblème  historique du club. On ouvre désormais une page blanche, avec des choses nouvelles à écrire, et des marques à trouver. Pour autant, il est hors de question d’oublier la saison passée, il faut qu’elle reste dans les esprits.  

- Lundi vous prendrez contact avec votre groupe pour la première causerie. Sur quoi allez-vous insister ?
- Je ne vais pas trop m’étaler, parce que l’effectif ne sera pas au complet, et que certains joueurs sont susceptibles de quitter le club. Mon approche sera assez généraliste, mais on se mettra tout de suite au travail. Les mots clés seront la gagne, le travail, le respect et l’ambition, pour démarrer de la meilleure des façons, et d’entrée faire l’union pour être tous sur la même longueur d’onde. La première semaine sera une découverte pour certains, on a prévu une sortie Mercredi tous ensemble justement pour ça. 
 
- Pour finir, qu’est-ce que vous attendez des supporters ? 
- Qu’ils nous supportent bien-sûr. Ils ont été présents toute la saison dernière, et nous ont encouragé malgré la descente et ne nous ont pas sifflé. Cela montre qu’ils sont proches du club, et que le public est fidélisé. A nous désormais de l’attirer encore plus au stade en étant efficaces, et en appliquant nos valeurs communes sur le terrain. Il faut aussi prendre en compte le fait que cette année est une transition, et on attend qu’ils nous portent au plus haut. On va tâcher de leur donner le change.

Propos recueillis par Olivier CASTEL



S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse