Corse Net Infos - Pure player corse

Assemblea di a giuventù : La question du développement territorial préoccupe la jeunesse


Rédigé par Pierre BERETTI le Lundi 30 Octobre 2017 à 23:56 | Modifié le Mardi 31 Octobre 2017 - 08:26


Une assemblée de jeunes corses qui n’est pas là pour faire de la figuration mais qui doit être le reflet de la jeunesse de l’île, nous annonçait-on lors de sa création. Et ils l'ont prouvé. Certains sont encore à l’université et pourtant l’emploi, l’environnement, l’agriculture et le développement de l’île de manière plus générale, les préoccupent. C’est avec bon nombre de questions et d’arguments que les jeunes conseillers de corses sont venus en session à la CTC attendre des réponses de leurs homologues de l’Assemblée de Corse.


Après la dernière session de l’Assemblée de Corse, ça a été au tour de l’Assemblea di a giuventù de se réunir autour de grandes thématiques. Comme pour leurs homologues « séniors » les jeunes conseillers ont entamé leur séance avec les questions orales. De nombreuses thématiques ont animé les débats comme la divagation animale, le tourisme, l'harmonisation de la gestion financière entre les services de la DRFIP et le fonctionnement de la nouvelle Collectivité Unique, l’emploi, la production laitière et les impacts néfastes du tourisme. Les travaux de l’après midi ont concerné les questions énergétiques et numériques. Lors des questions orales qui ont animées la matinée, la jeunesse corse s’est exprimée à travers ses conseillers sur la question plus large du développement de la corse dans son ensemble. Une question qui n’a certainement pas laissé de marbre le Conseil Exécutif


« Nous sommes en 2017, la Corse accuse un retard de développement conséquent, un fait qui ne souffre d’aucune opposition, a présenté Luiggi Delogu pour le groupe Custruimu l’avvene. Pour combler ce retard, on nous annonce plusieurs décennies nécessaires de travail de la part des élus politiques, par le biais d’une coopération entre les différents appareils institutionnels qui seront amenés à régir la Corse, principalement l’Europe, l’Etat, la Collectivité unique, et les intercommunalités. Or, il semble qu’une partie de la société corse ne pense pas à l’organisation de notre future société, ni à l’avenir de notre peuple, car il s’agit bien de l’avenir du peuple corse dont nous parlons, mais bel et bien à faire perdurer ce que j’appellerai une « politique de consommation », décidée ponctuellement, sans réflexion en amont vis-à-vis des de ses conséquences et dans l’intérêt d’un petit nombre de personnes » Et le jeune conseiller a étayé son propos avec des exemples marquants comme l’organisation du congrès des pompiers sur une zone urbaine mal adaptée ayant fait perdre 15 à 80% du chiffres d’affaire aux commerçants, la baisse du nombre de lits sur le nouvel hôpital face à une démographie pourtant plus forte sur Ajaccio, ou encore l’extension péri urbaine dont les dommages collatéraux d’aménagement routiers seront à la charge de la CTC. Quelle est votre vision du développement urbain et sociétal de la Corse pour les générations à venir ? ».  

Du côté du Conseil Exécutif à l’aube d’une nouvelle élection et garante de son bilan, la question était primordiale face à une jeunesse inquiète.  « Nous sommes issus de ce courant politique qui n’a eu de cesse depuis cinquante ans de dénoncer diverses manœuvres freinant le développement de notre île. Au delà de ces stratégies mortifères, le clientélisme et le clanisme ont capté une partie considérable des fonds alloués à la Corse au détriment de l’intérêt général et de l’avenir des corses. Nous accusons aujourd’hui un retard de développement considérable. Nos infrastructures ne sont toujours pas à la mesure des enjeux de notre temps. Un corse sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté et les inégalités se creusent. Le temps est désormais à l’action et en particulier à la construction d’un nouveau modèle économique et social. C’est cette politique d’action que nous avons entrepris de décliner notamment avec le schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation (SRDE2I). A la lecture de ce document stratégique vous pourrez constater que notre conception du développement et en particulier du développement économique est inséparable du respect d’un certain nombre d’équilibres que nous considérons comme fondamentaux. L’équilibre social car il ne peut y avoir d’équilibre sans cette régularité humaine, équilibre culturel car le développement indifférent à ce que nous sommes est un développement sans âme et sans avenir et équilibres territoriaux car notre développement passe par une revitalisation de nos montagnes et du rural et équilibres environnementaux. Ce nouveau cadre d’action doit être nourri, amélioré, renforcé par une volonté démocratique de la majorité des corses et non une minorité d’entre eux ».

Retrouvez toutes les questions orales et motions de la journéehttp://www.corse.fr/assembleecorse/Ordini-di-u-ghjornu-di-a-seduta-di-l-Assemblea-di-a-Giuventu-u-30-d-uttrovi-di-u-2017_a232.html




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 20:51 Rugby : Pari réussi pour le RC Ajaccio

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie