Corse Net Infos - Pure player corse

ACA : La défaite et les honneurs


le Samedi 11 Janvier 2014 à 22:55 | Modifié le Dimanche 12 Janvier 2014 - 15:21


Ovation et applaudissements, au coup de sifflet final. Après avoir rapidement ouvert le score par Eduardo, l'ACA a pêché par deux erreurs, qu'il a payé cash. Un but sur un contre-éclair signé Lavezzi, et un second après un centre de Pastore pour Matuidi. Les spectateurs de François-Coty en ont eu pour leur argent, leur équipe a retrouvé des couleurs face à un PSG surpris, mais toujours aussi bon, intrinsèquement. Une défaite synonyme de progression pour Bracconi.


Ritrattu : Paule Santoni
Ritrattu : Paule Santoni
Stadiu François Coty , Sabbatu l’11 di Ghjinnaghju di u 2014
AC Aiacciu 1-2 Paris SG (1-1)
Spettatori ; Circa 8 500
Tempu : Appena frescu ; Tarrenu : Bonu
Scopi : Eduardo (6a) pà l’ACA ; Lavezzi (41a), Matuidi (74a) pà u PSG
Avvertimenti : Faty, Dielna pà l’ACA ; Van Der Wiel, Ibrahimovicpà u PSG
Artbitru : Sgiò Rainville

ACA : Ochoa – Mostefa, Perozo, Hengbart, Tonucci, Dielna (Diarra 83a) – Faty (Bonnart 69a), Lasne, André (Camara 80a), Cavalli (cap)- Eduardo.
Add. : C.Bracconi
PSG: Sirigu, Van der Wiel, Alex (Pastore 71a), Thiago Silva (cap), Maxwell – Thiago Motta, Matuidi, Rabiot (Marquinhos 81a)- Lavezzi (Lucas 71a), Cavani, Ibrahimovic.
Add. : L.Blanc

U Scontru

Les Oursons entament la rencontre sur les bons rails, après qu'Ochoa ait effectué son premier arrêt sur un coup-franc d'Ibrahimovic. Sixième minute, remontée de balle, Cavalli décale à droite pour Mostefa, qui centre pour André, lequel dévie du bout du pied pour Eudardo seul au second poteau. Le Brésilien pousse le ballon sous le bras de Sirigu et marque!  Timizzolu n'en revient pas!
Départ donc canon pour des Ajacciens décomplexés.
Le PSG réagit, mais Lavezzi bute à son tour sur Ochoa. Dans une action d'école, Eduardo part de la ligne médiane et entraîne Alex dans son sillage. Le Brésilien fixe son compatriote, et pique pour Lasne, qui remise du poitrail pour Cavalli : frappe en pleine course, mais le tir passe à quelques centimètres du poteau opposé (15a). L'ACA joue ! 
Le PSG aussi, mais arrêté. Sur un nouveau coup-franc, Ibra' voit le poteau dévier sa frappe. Mais après une tentative non-cadrée de Cavani, l'ACA se fait finalement avoir. Sur un ballon récupéré dans leur camp, les parisiens accélèrent, Hengbart jaillit et se troue, ce qui donne le champ libre.  Ibrahimovic sert Lavezzi qui marque du second poteau : 1-1. Cher payé...
De retour des vestiaires, Paris met le pied sur le ballon, et l'ACA court après. Lavezzi fait briller la défense, et Ochoa, jusque-là pas inquiété.
Mais l'ACA joue sa chance, et sur un ballon de Cavalli, Eduardo frappe, mais Sirigu parade ! (66a). Malheureusement, à force d'essayer, le PSG fait sauter le verrou. Bonnart rate sa relance, Ibrahimovic donne pour Pastore, qui centre et trouve Matuidi, qui bat de la tête Ochoa, en retard,(2-1).
L'ACA peine à se relever, mais sur un dernier contre, Eduardo déborde et centre, Paul Lasne, seul au point de pénalty, dévisse sa tête, et ne cadre pas! La balle du deux partout est gâchée, et si l'ACA est défait, il n'est pas abattu. C'est  tête haute que sortent les Oursons ! 

L'ACA

Un 5-3-2 efficace, pour le moins. Bracconi, bien aidé par Emon, qui avait, en premier, réussi le coup de l'année au Parc en 2013, avait concocté son match avec minutie. Mostefa se retrouvait à droite, avec à son actif un match sérieux, appliqué, tout comme ses compères de la défense. Seul Hengbart, pourtant si précis et si combattif, et Bonnart, entré en jeu suite à la blessure de Faty, auront failli, amenant chacun un but à cause d'une erreur d'appréciation. 
Au milieu, Paul Lasne et Cavalli on apporté beaucoup offensivement, à un ACA plein d'entrain balle au pied. Enfin, Faty aura montré beaucoup d'abnégation et de volontarisme, alors qu'Eduardo réalise son meilleur match depuis son retour de blessure, avec un troisième but au compteur. 
En résumé, un bloc solide, de l'ambition, du jeu...du neuf ! 

L'Avversariu

Pas encore remis de son match de coupe de France gagné avec panache à Brest, les Parisiens se présentaient à Aiacciu dans une formation classique. Rabiot était cependant titulaire, aux côtés de l'excellent Thiago Motta, véritable métronome tout-terrain, et dont l'aisance peut faire perdre ses moyens à la plus fort des équipes. Laurent Blanc avait donc le choix, Ibrahimovic un peu moins, dans ses gestes. Le Suédois a été inopérant durant 45 minutes, ratant passe sur passe, excepté sur le but de Lavezzi. Celui-ci toujours aussi mobile a pourtant eu u mal à se dépêtrer du marquage serré des Oursons.
Enfin, en défense, la présence d'Alex n'a pas permis grand-chose sur coup de pieds arrêtés, mais a rassuré l'arrière, parfois pris à défaut par la malice d'Eduardo. Mention spéciale à Matuidi pour un match plein.  

U Bilanciu

La marche vers le progrès a démarré ce soir-là. Galvanisés, transcendés, les Ajacciens ont retrouvé leurs jambes, et surtout leurs têtes. L'effet Bracconi? L'effet PSG? Cette fois, si défait il y a eu, la victoire était celle de l'ACA sur lui-même. Un fond de jeu retrouvé, une présence physique de tous les instants, et du caractère, mais jamais d'excès. Et si c'était ça le bon mélange? 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Novembre 2018 - 22:11 Ligue 2 : L'ACA dominé à Grenoble

Vendredi 2 Novembre 2018 - 23:10 Derby : Le GFCA « enfourche » l’ACA (1-2)

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse