Corse Net Infos - Pure player corse

35e fiera di a Castagna di Bucugnà : Culture, terroir et filière castanéicole


Rédigé par Vincent Marcelli le Dimanche 17 Décembre 2017 à 23:52 | Modifié le Lundi 18 Décembre 2017 - 00:13


La 35e édition de a fiera di a castagna, qui s’est achevée après trois jours, a confirmé la notoriété d’un événement ancré dans le paysage culturel de l’île. Près de 20000 personnes étaient présentes autours des 130 stands à disposition du public. Il a été, bien sûr, question, de production de farine de châtaignes avec la présence de 7 producteurs, mais aussi d’artisanat et de culture. L’occasion, à travers cette vitrine, de faire le point sur la filière…


35e fiera di a Castagna  di Bucugnà : Culture, terroir et filière castanéicole






Malgré le froid qui a sévit durant tout le week-end, la grêle tombée non loin du village et d’autres manifestations notamment à Ajaccio, la foire de Bocognano a confirmé, si besoin est, qu’elle bien la toute première de Corse en termes de notoriété derrière « A Santa » même si cette dernière rencontre des difficultés. Signe que cette foire, la première des foires à thèmes nées à l’époque du riacquistu, a toujours. Pour preuve, ils étaient entre 15000 et 20000 à prendre le chemin de Bocognano durant tout le week-end. Sous le chapiteau, 132 stands. Sept producteurs de farine de châtaignes, et de la production sous toutes ses formes : miel, vin, huiles, biscuits divers, cédrats confits, terrine. Côté artisanat, poteries, couteaux, bijours, jouets en bois…bref pour tous les goûts et toutes les bourses…Quelques nouveautés, « Callisthé », des thés aux arômes de l’île, « stella inzuccherata », biscuits ou les chocolats de Lionel et Josiane Colomb Bereni. Trois invités : des producteurs venus Venasca (Piémont) une ville jumelée depuis l’an dernier avec Bocognano (fromages, crème de châtaigne, confiserie), les produits des Basques d’Eztigar (piment d’espelette, cidre, charcuterie, fromage) et l’ail rose de Robert Molinier, qui vient pour la troisième fois à Bocognano.
« Malgré le froid, le public est venu en nombre, souligne Denis Moretti, président du foyer rural, qui organise, chaque année, la foire, toutes les conditions étaient réunies pour cette édition s’inscrive dans la continuité des précédentes. » Au-delà de cette vitrine sur laquelle est venue se greffer une veghja tradiziunali préparée par « u ricordu di Petru Pà », la santé de la filière a été mise en exergue par le Groupement Régional des Producteurs et Transformateurs de Châtaignes et Marrons de Corse (GRPTCMC) et le syndicat AOP


farine de châtaigne corse, farina castagnina corsa…
« On a réussi, malgré le cynips  à maintenir le nombre de producteurs (80, souligne Carine Franchi, animatrice de la filière, grâce à des soutiens, des indemnisations et un dispositif national. Mais la partie est loin d’être gagnée. Avant le cynips, nous étions (2010) à 110 tonnes par an, nous en sommes à 35 cette année, rendue encore plus difficile par la sécheresse. Mais nous avons l’espoir d’un retour. Le taux d’émergence du torymus est en hausse dans certaines zones sensibles mais au niveau végétal, l’arbre s’adapte. Attaqué, il se recroqueville d’où moins de photosynthèse et donc absence de fruits. Aujourd’hui, les feuilles commencent à revenir. Mais il faudra attendre encore 4 à 6 ans pour avoir une meilleure production. Sachant qu’il nous faudra apprendre à vivre avec le cynips. En espérant que d’autres insectes nuisibles ne viennent pas contrarier, de nouveau, nos producteurs…»
Vitrine d’un filière qui fut, il y a 35 ans, l’une des premières à éclore, la foire à fermé ses portes mettant en exergue la grande qualité des organisateurs…
 
 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie