Corse Net Infos - Pure player corse

Syndicat CGT de la Collectivité : Lettre Ouverte aux élus de la Corse


Rédigé par le Jeudi 26 Juillet 2018 à 00:14 | Modifié le Jeudi 26 Juillet 2018 - 00:30


"Lettre Ouverte aux élus de la Corse" : c'est le titre de la lettre ouverte endu publique, mardi, par le syndicat CGT de la Collectivité de Corse


En dépit d’une communication interne lénifiante et faussement consensuelle, la Collectivité de Corse peine à se mettre en place et le dialogue social risque à tout moment d’être rompu.
Il y a eu deux années de préfiguration au cours desquelles la CGT n’a eu de cesse de recentrer les débats sur le service public, l’équilibre territorial, les métiers et conditions de travail des agents. Tout ce travail a été rayé d’un coup de crayon, au profit d’études menées par des cabinets de consultants extérieurs.
Et aujourd’hui, il n’est plus question de feuille de route politique et d’actions sur les territoires, mais seulement d’organigrammes, de postes, d’économies et très clairement de remise en cause des conditions d’emploi des agents quelle que soit leur catégorie.


On nous avait promis de mettre l’administration en ordre de marche avec la bourse aux emplois mais il n’en est rien, bien au contraire. La nomination des directeurs – qui n’est que le préalable à la mise en place des services - est repoussée de semaine en semaine depuis début juin et cela sans raison ou en tout cas sans raison avouée. Du coup, sans cap ni réelle structuration, la collectivité s’enlise, les agents perdent confiance et motivation et au bout du compte c’est le service public qui est mis en danger.


La CGT pose des questions aux élus de la Corse : quelles politiques publiques pour notre Ile et pour les agents du service public ?
Quelles réflexions, quels débats et quelles décisions quant aux conditions particulières de la mise en place du service public dues à l’insularité, la désertification du rural, le démembrement des compétences des communes et des ex départements, l’économie du tourisme et son hyper saisonnalité ?
Comment résorber la précarité ?


S’abritant derrière les ordonnances et la loi, l’administration ouvre des chantiers à foison qui créent plus de tensions que d’harmonisation et stigmatisent les agents des anciennes collectivités, en particulier ceux de Haute-Corse.
A aucun moment, une mise en relation entre la réalité des territoires, les effectifs des trois anciennes collectivités et les services rendus à la population, n’a éclairé le débat. Seuls des chiffres bruts sont assénés: temps de travail théorique, heures supplémentaires, astreintes...

 

 

L’objectif est la co-rédaction avec les syndicats d’une délibération à soumettre au prochain vote de l’Assemblée de Corse qui entérinerait la perte d’avantages acquis, au nom d’une convergence étonnante avec la position actuelle du gouvernement sur les conditions de travail des agents et la casse du service public... Le boucher demande au cochon de se rendre à la charcuterie...
Pour notre part, nous ne nous résignons pas et nous solliciterons auprès des Présidents et des différents groupes des entretiens afin de poser clairement les enjeux des discussions actuelles et défendre les intérêts des agents et du service public.

La CGT interpelle les élus de la Corse :

  • -  La collectivité de Corse va-t-elle supprimer des avantages acquis pour les personnels au mépris de la réalité des territoires et des conditions d’exercice de leurs missions ?
  • -  La collectivité de Corse va-t-elle entendre la réalité des agents de terrain et leurs craintes pour l’avenir des services publics de proximité ?



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie