Corse Net Infos - Pure player corse

Rencontres de chants polyphoniques de Calvi : L'ensemble des participants pour un final exceptionnel


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Vendredi 16 Septembre 2016 à 17:27 | Modifié le Vendredi 16 Septembre 2016 - 23:09


Les XXVIIIèmes Rencontres internationales de chants polyphoniques organisées dans la citadelle de Calvi par U Svegliu Calvese connaissent chaque soir le succès. Demain, samedi, ce sera le final avec une programmation exceptionnelle


REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE @Jean-Marie Colonna
REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE @Jean-Marie Colonna

Comme annoncé, dan le cadre des 28èmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi, Diana Saliceti a présenté mercredi soir , son dernier album Forse, mercredi à 18h00 dans la Cathédrale Saint Jean Baptiste. Depuis son île, Diana Saliceti désire prendre racine sur la terre de ses anciens, tout en bâtissant des ponts la menant sur les pourtours de la Méditerranée. C’est ainsi que l’on retrouve dans sa voix des airs de tarentelle italiennes, de fado portugais ou encore d’incantations africaines. Une soirée bien engagée qui s'est poursuivie à 21h30 avec les les chanteurs d’A Filetta qui accueillaient l’ensemble Dialogos et Kantaduri.
Les chanteuses de Dialogos interprètent de précieuses mélodies conservées dans les manuscrits latins, provenant pour certains du monde monastique féminin. Les membres de Kantaduri, porteurs de la tradition orale de ces régions, leur font écho avec les mélodies glagolitiques créant ainsi une mosaïque sonore unique.
Hier, c'est un tout autre programme qui était proposé avec dès 18 heures la chanteuse japonnaise Anna Sato qui présentait son nouveau programme avec le percussionniste de jazz et leader de Nautilus, Toshiyuki Sasaki, en exclusivité pour les Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi.

Née et ayant grandi dans l’île de Amami-Oshima située au sud du Japon, Anna Sato chante le Shima-Uta, un genre musical propre à l’île d’Amami, dans une langue quasi disparue, le Kyo-kotoba. Considéré désormais comme un dialecte, il conserve une élégance et un raffinement qui l’allie parfaitement au Shima-Uta. Anna Sato a ainsi donné à son spectacle une couleur résolument traditionnelle.

À 21h30, c'est le groupe A Filetta présentait Conversation(s) avec la chanteuse libanaise Fadia Tomb-El Hage. Réunis pour la première fois par le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui pour son spectacle Puz/zle présenté en Avignon en 2012, c’est à la demande du festival Île-de-France, édition 2013, que les artistes ont imaginé cette version concert.

Le chant a cappella y apparaît dans toute sa pureté. Chants profanes ou sacrés, interprétés en corse, en arabe ou en syriaque, ils font se rejoindre deux univers et deux traditions musicales dont l’osmose résulte d’une grande écoute et d’une parfaite complémentarité entre les interprètes.
Si chacun d’entre eux garde sa spécificité, ces conversations ouvrent des espaces imaginaires qui doucement se dessinent à travers les mélismes des voix et la fusion des timbres.
De cette rencontre naissent une symbiose unique, une polyphonie limpide, une harmonie intemporelle et poétique rassemblant dans un même élan répertoires corse et oriental.
A noter que ce concert qui affichait complet a fait l’objet d’une captation par les caméras de France 3 Corse Via Stella.
Ce vendredi, au programme à 18 heures Ialma 'Galice) et à 21h20Waed Bou Hassoun (Syrie)

 

Les expositions du Festival

"13 en traits" expo dessins de Bauer,

C'est l'un des dessinateurs de presse habitués des Rencontres. Bauer dessine ce qui passe devant ses yeux ou ce qui s’anime dans sa tête... Ce qui l’étonne, ce qui l’émeut… Et c’est comme si son feutre devenait vivant et bougeait tout seul. Sur ses carnets naissent des images au trait... très au trait...

Exposition des sculptures d’Alexandra Gatti dans le jardin de la Poudrière autodidacte et amoureuse de la nature, Alexandra Gatti trouve son inspiration dans l'environnement préservé que lui offre la Corse.

L'atelier n'existe pas, seuls les arbres et les feuilles l'entourent et l'accompagnent dans ses recherches. Le fil de fer tourne et se retourne, s'oxyde, se colore pour devenir chimères. Une invitation au rêve dans un imaginaire métallique.

Exposition des photographies du festival

Exposition quotidienne des photographies réalisées au cours des concerts de la veille (Jean-Marie Colonna, Silvio Siciliano et Natacha Manarin) et des impressions visuelles des dessinateurs de presse (Philippe Antonetti, Battì, Bauer, Raskal).

Programme du final samedi 17 septembre
- De 15 heures à 17h30 - Cantu à l’asgiu : de l’oratoire Saint Antoine à la cathédrale Saint Jean Baptiste, un parcours ponctué par les chants des confréries de Calvi, de Haute Balagne et de la pieve di a Serra (répertoire sacré et profane)

- 18 heures - ULLA PIRTTIJÄRVI & ULDA (Finlande) / Lumières nordiques dans le ciel du Sud
- 21h30 - Calusgiule à l’ultimu : clôture avec les participants aux Rencontres - Anna Sato, Ialma, Ulla Pirttijärvi, Francesco Viglietti (Naples) - et THE GLAS VOCAL ENSEMBLE (Danemark) Mold
  






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 21:24 Calinzana : A diu Tony

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine