Corse Net Infos - Pure player corse

Paris : L'âne corse, star du Salon de l'agriculture 2019


Rédigé par Livia Santana le Samedi 2 Mars 2019 à 08:55

Vendredi après-midi le ministre de l'agriculture a reçu en main propre le dossier de reconnaissance de la race âne corse. CNI était présent, on vous explique tout cela.




La ministre des sports, Elizabeth Torelli,Olivier Fondacci et le ministre de l'agriculture
La ministre des sports, Elizabeth Torelli,Olivier Fondacci et le ministre de l'agriculture
Lorsqu'on s'avance un peu dans le pavillon 2 où se trouvent les équidés on ne peut que s'étonner de l'attroupement autour d'un box. Cette agitation est due aux trois vedettes : Ghjunsani, Nebulosa et Serpentinu, les ânes d'Olivier Fondacci. 

"Le berger des ânes"

C'est en 2013 qu'Olivier Fondacci a décidé de faire d'anier son métier ou plutôt "berger des ânes" comme il s'amuse à le dire. Sa passion ne date pas d'hier "Les ânes quand j'étais petit, c'était comme la playstation de maintenant. Je jouais avec on avait rien d'autre et maintenant j'en ai fait mon métier."

Aujourd'hui, il est le plus gros éleveur de l'île et détient plus de 90 ânes. C'est à Santa Riparata di Balagna qu'il propose des balades à dos d'ânes, du portage pour les randonnées, le ramassage des déchets de la plage d'Ile Rousse mais aussi... des cosmétiques au lait d'ânesse ! Une industrie florissante à l'heure du bio et des cosmétiques naturels. 

Un animal chargé d'histoire

Les ânes ont été introduit sur l'île par les étrusques 1200 ans avant notre ère. Pendant longtemps, ils ont été indispensables dans nos villages notamment pour porter de lourdes charges ou encore comme animal de trait. Aujourd'hui, on les retrouve malheureusement plus sur les cadeaux souvenirs que dans les champs. Olivier Fondacci reste optimiste " La valorisation de la race asine corse permettra de remettre au goût du jour un animal historique qui nous a été essentiel."

Une bataille pour la reconnaissance de la race

Les ânes de race corse ne sont que 115 sur l'île. Elizabeth Tonelli, la chargée de mission auprès du conseil du cheval corse, s'est occupé du dossier. "Au début il a fallu que l'on détermine les caractéristiques de l'âne corse et qu'on les recense. Ça a été une longue bataille de dix ans pour faire reconnaître la race mais aujourd'hui on y est arrivé."
Et pour cause hier après-midi le ministre de l'agriculture Didier Guillaume s'est vu remettre en personne le dossier de reconnaissance de la race. Dans quelques mois ce sera officiel l'âne corse deviendra la huitième race française d'ânes.
 


Quelles sont donc ses caractéristiques ?  

L'âne corse est de taille moyenne (1m 15 à 1m29), possède une robe grise tourterelle et la croix de Saint André sur le haut du dos. Ses pattes sont zébrés et charnue, son encolure est bien proportionnée et sa crinière hirsute. Pour Olivier Fondacci "L'âne corse est aussi beau esthétiquement qu'il est utile."
L'info en plus : Un âne ne peut être corse que s'il est né en Corse et a un nom corse. 

L'âne corse au concours général agricole l'année prochaine 

Au salon de l'agriculture Olivier a déjà vendu 6 de ces ânes, la preuve que la race plaît même sur le continent. 
L'ânier devra cependant travailler d'arrache-pied dès son retour en Corse pour tenter, dès l'année prochaine, de décrocher la médaille au concours agricole. Une médaille qu'il pourra, on l'espère, ramener en Balagne !






A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie














Newsletter




Galerie
Galeani
Galeani
Nettoyage Sanguinaires
Nettoyage Sanguinaires
Recyclerie de Corse
Recyclerie de Corse
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Logements sociaux à Budiccioni
Logements sociaux à Budiccioni
Incendie appartement Ajaccio
Incendie appartement Ajacci
Premier bain de l'année à L'Ile-Rousse
Animations de Noël à Porto-Vecchio
Clean walk à Ajaccio
Messe de Noël à Castellucio