Corse Net Infos - Pure player corse

4e université populaire de Presenza Paolina : "Possibilités d’une île 2. Nouvelle Calédonie Corse même avenir?"


Rédigé par le Mardi 11 Septembre 2018 à 19:15 | Modifié le Mardi 11 Septembre 2018 - 19:32


La prochaine université populaire de Presenza Paolina se déroulera le 16 septembre 2018 à 13h30, à Isula Rossa, au Cinéma le Fogata, elle aura pour thème « le statut juridique de la Nouvelle Calédonie et la sociologie actuelle de la Corse ».


4e université populaire de Presenza Paolina : "Possibilités d’une île 2. Nouvelle Calédonie Corse même avenir?"
Lancé à la fin de l’année 2016 le Cercle de réflexion Presenza Paolina est constitué de 280 personnes, dont un bon nombre d’universitaires (locaux, nationaux et mondiaux), d’élites politiques (locales et nationales) à l’image de Henri Malosse, Vincent Carlotti ou Paul-André Colombani, d’entrepreneurs de la société civile insulaires et de citoyens corses et non-corses. 


"En d’autres termes, Presenza Paolina entend représenter un corpus de la société civile (femmes, hommes, jeunes, étudiants, travailleurs, chômeurs, intellectuels, artistes, entrepreneurs, artisans, hommes politiques, personnages publics, et citoyens lambda). Notre utilité citoyenne réside dans notre  diversité, ce qui nous place en « dehors » du champ politique.  Cette pluralité ou diversité constitue le tissu, l’entité et l’unité du groupe. L’ambition d’un tel engagement ou regroupement citoyen est de faire du cercle de réflexion Presenza Paolina un rapprochement dans l’altérité entre les insulaires et le Monde. 
"En effet, l’idée qui nous anime au sein de PP est de faire reconnaître la question Corse actuelle dans un cadre plus large que le champ politique, mais pas forcément plus complexe" affirme Thierry Dominici l'un de ses animateurs.
"Depuis plusieurs mois, en amont du politique, nous cherchons des outils efficaces pour apporter aux citoyens insulaires des éléments de compréhension permettant une lecture de la période de changement que rencontre l’île depuis 2015. Car force est de constater que ce n’est pas la victoire du nationalisme qui est historique mais la période de crise du système de représentation clanique. Ce rappel  revêt un intérêt particulier, dans la mesure ou l'espace du politique se voyait jusqu’en 2015 confisqué, peut-être plus encore qu'ailleurs, par des entrepreneurs politique qui usèrent et abusèrent du rapport clientélaire pour asseoir un pouvoir sans partage sur la société de fait dépolitisée. De sorte, qu’il y aurait eu en 2015 une volonté citoyenne nouvelle de changement et le nationalisme légal en a été l’embrayeur et maintenant le gestionnaire."
"Si au quotidien Presenza Paolina évolue dans le monde des réseaux sociaux (seul espace disposant d’un temps mondialisé), d’une manière cyclique (au regard de la conjoncture et du contexte politique) notre cercle de réflexion propose  d’investir le terrain en élaborant des outils de rapprochements  populaires (universités et cafés populaires)."



L’un des outils consiste à mettre en place des universités populaires qui répondraient directement aux contingences sociétales du moment. Les trois premières en raison du contexte politique ont eu pour objectif d’éclairer les citoyens sur les processus de réappropriation collective de nos institutions et sur les différentes dynamiques d’émancipation sociales et politiques.

Ces trois universités nous ont permis d’aborder l’identité corse d’aujourd’hui, de souligner  la  prégnance d’une forme de « nationalisme inclusif » qui fausse certaines interactions, et, enfin, d’aborder l’épineuse question de la place effective de l’île dans le droit constitutionnel français. Avec  ces trois universités nous avons pu conclure que les questions inhérentes aux droits à l’autodétermination des Peuples subissent aujourd’hui une réorientation fondamentale et globale. Lors de le leur conférence respective, tous les spécialistes invités (en droit, en philosophie, en sociologie et science politique) ont fait observer que l’enjeu n'est plus d’établir des formes de reconnaissance juridiques, permanentes ou figées dans le temps, mais au contraire de s’assurer que la démocratie régionale constitutionnelle Corse demeure ouverte aux différents projets d’émancipations des citoyens insulaires, car, comme l’expliquait Cornélius Castoriadis « une société autonome ne peut être instaurée que par I'activité autonome de la collectivité ».  

 

La prochaine université populaire se déroulera le 16 septembre 2018 à 13h30, à Isula Rossa, au Cinéma le Fogata, elle aura pour thème «  le statut juridique de la Nouvelle Calédonie et la sociologie actuelle de la Corse ». Pour ces regards croisés entre les deux îles, Presenza Paolina a invité deux intervenants, deux universitaires de marques : la Maître de Conférences spécialiste de l’étude des statuts ultra-marins et des Etats associés Léa Havard (Université de Bordeaux) et, le professeur en sociologie, et membre de Presenza Paolina, Jean-Louis Fabiani (Université de Budapest) auteur d’une « sociologie de la Corse »





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie