Corse Net Infos - Pure player corse

"Un autre regard" : Les œuvres du Palais Fesch revisitées


Rédigé par Vanina Bruna le Lundi 21 Avril 2014 à 20:56 | Modifié le Lundi 21 Avril 2014 - 23:31


Le palais Fesch organise, du 23 avril au 12 mai, une exposition temporaire réalisé par les détenus de la maison d'arrêt d'Ajaccio, dans un atelier mené par Vannina-Vassilia Schinrinsky-Schikmatoff.


L'art comme moyen de renouer avec soi et avec le monde

Après sept années d'études à Florence, Vannina qui pratique l'enluminure depuis ses 14 ans, est diplômée en restauration de Livres anciens, elle pratique également la restauration de sculpture depuis son arrivée en Corse et s'est tournée vers l'enseignement de l'Art et les actions dans le social.
Lorsqu'il y a trois ans, elle a débuté son atelier d'arts plastiques au centre pénitentiaire, elle avait de très petits moyens.
Vannina fait partie de ces artistes qui emmène un monde avec elle, une lumière qui lui est propre, avec un cœur énorme. Elle a donc rempli sa mission confiée par le Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation Corse.
Il a fallu susciter l'intérêt chez les détenus. Petit à petit, elle monte des projets avec eux, et l'été dernier elle décide de leur faire repeindre les murs dans la grande cour de promenade. Tous se prêtent au jeu, et au vu de la qualité des travaux, on lui accorde un budget supplémentaire.
C'est donc aujourd'hui un véritable atelier professionnel que dirige la lumineuse artiste au caractère affirmé.
Quelques temps plus tard, Dorastella Valli qui anime l'Atelier d'Histoire de l'Art du Palais Fesch, lui propose de monter un projet en collaboration, les détenus devront choisir parmi la centaine d’œuvres exposées et en faire des reproductions personnelles. Le pari est lancé, et l'artiste fait le lien entre deux mondes qui ne pensaient pas se côtoyer un jour.
Les travaux de ces détenus seront donc exposés du 23 avril au 12 mai 2014, au Palais Fesch.
Nous avons rencontré celle sans qui tout cela n'aurait été possible.

Comment avez vous monté ce projet de collaboration avec le milieu pénitentiaire ?

C'est au départ une idée de Dorastella Valli qui donne des cours d'histoire de l'art à la maison d'arrêt elle l'a proposé au Spip en a discuté avec moi , m'a fait passé un dossier de photocopie d'oeuvres du Musée ensuite il a fallut convaincre les personnes détenues de jouer le jeu et les aider à réaliser des oeuvres valables. 

Qu'est-ce que cela leur a apporté?

Un autre regard sur eux-même, c'est d'ailleurs le titre de l'exposition que j'ai suggéré. Je crois qu'ils ne se pensaient pas capable de réaliser de telles choses. 

Qui sont ces détenus qui se tournent vers l'art?

Des personnes de tous horizons des fois des personnes qui n'ont jamais touché à un pinceau ou un crayon de leur vie et qui se surprennent à aimer ça; d'autres qui dessinaient un peu mais n'avaient pas le temps ou pensait cela sans intérêt particulier.

Finalement c'est un moyen d'humaniser un milieu qui ne l'est plus ? Et vous, en tant qu'artiste, qu'est ce que cela vous a apporté?

Oui tout à fait c'est, selon les paroles même des personnes détenues, un moment de paix, un moment où ils redeviennent des personnes comme tout le monde. Pour ma part, c'est plutôt un challenge à chaque fois, trouver la clef qui déclenchera l'étincelle d'intérêt véritable pour le dessin ou la peinture, et une réelle satisfaction quand la "sauce" prend.

Quelles sont tes méthodes de travail dans un milieu particulier comme la prison? Choix du sujet? Du support?

En général je n'impose pas le sujet, j'ai des modèles très variés que je propose, ils choisissent le support c'est du papier de qualité , et ensuite on touche à toutes les techniques sauf l'huile. Sinon je n'ai pas de limites, j'essaye de les aider à réaliser un désir de peinture. Dans le cas de l'expo au Fesch c'est différent puisque qu'imposé, donc plus dur. Certains ne voyaient pas comment ils pourraient réaliser des œuvres semblables... J'ai offert ça comme un jeu : ne pas reproduire mais ré-interpréter à leur manière, et c'est ce qui a marché.

Avez-vous découvert de vrais talents?

Oui. J'ai trois personnes vraiment talentueuses. Avec chacun un style différent, ce sont un peu les piliers de l'atelier. L'un d'entre-eux c'est investi encore plus que les autres en participant, aussi, à l'embellissement de la cour centrale de promenade, un projet de longue haleine. De telles personnes sont des moteurs, surtout dans ce milieu.

Prochain projet?

Il reste bien des murs à peindre à la maison d'arrêt, et cela a donné des envies au personnel, qui aimerait bien que certains autres endroits soient peint. Après ? Je ne sais pas, je suis, hélas, limitée et dépendante de la politique pénitentiaire
Déjà tout ça c'était inespéré, et ça là-bas ils me le disent souvent.



Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine