Corse Net Infos - Pure player corse

LDH : "Manifeste pour les temps d'avenir" en débat ce 31 octobre à Calvi


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Lundi 30 Octobre 2017 à 19:14 | Modifié le Lundi 30 Octobre 2017 - 22:09


Le Manifeste pour les temps d'avenir, élaboré à l'initiative de la Ligue des Droits de l'Homme signé par cinquante personnes, engagées dans la vie publique, culturelle, associative, dont des ligueuses et des ligueurs a été rendu public le 20 octobre dernier. Toutes partagent la volonté de faire entendre des valeurs humanistes, de poser des questions d'accès aux droits et de développement démocratique dans le débat de la pré-campagne des élections territoriales et au-delà. Pour débattre des questions portées par ce manifeste, une réunion avec  l'association U Svegliu Calvese, se tiendra ce  mardi 31 octobre à 17 heures à La Poudrière à Calvi.


LDH : "Manifeste pour les temps d'avenir" en débat ce 31 octobre à Calvi

Accidents nucléaires, pollutions de l’air, de l’eau, des sols, conflits armés, crises économiques, dérégulations … Nombre d’évènements qui se produisent localement ont désormais des répercussions immédiates sur le reste de l’humanité. Nous vivons dans un monde mondialisé où chaque société est plus que jamais interdépendante des autres, où « chacun est seul responsable de tous ». La définition de nouvelles relations entre le global et le local s’impose comme une nécessité. Dans ce monde recomposé, la Corse est un morceau du ciel de l’humanité.

Nous, signataires, n’oublions pas ce que nous sommes pour ne pas être simplement emportés dans ce monde nouveau. Nous voulons y maîtriser notre destin.

Nous sommes de la Corse de Pascal PAOLI et des libertés à conquérir, de celle de Jean NICOLI et de la résistance aux oppressions. Nous sommes de la Corse des révoltes et des émancipations d’après-guerre, du Riacquistu et des identités métissées, de la Corse de la justice sociale et des grandes grèves de 1989 et de 1995, des mouvements de femmes contre les violences, des mobilisations contre le racisme, pour la fraternité.

Nous sommes de la Corse de l’Aïutu et des Consulte, et nous avançons dans ce monde nouveau avec les femmes et les hommes qui revendiquent la force du droit contre le droit de la force. Nous n’oublions pas que la misère, la terreur et la guerre ont toujours constitué les premiers malheurs de l’humanité.

Les inégalités ne cessent d’augmenter et dans le même temps, la solitude se fait plus menaçante pour les plus pauvres et les plus âgé(e)s. Nous entendons le désarroi qui peut s’exprimer au travers de colères parfois mauvaises, avec des renoncements à la fraternité. Mais tant de chantiers sont à explorer : le partage des richesses, une autre façon de concevoir la propriété, la définition de biens communs, les engagements associatifs et la solidarité, les protections sociales pour tous, une société bilingue où le corse et le français s’épanouissent, se confortent sans vouloir s’exclure… Et l’accès au savoir qui permet à chacun de se libérer des idoles et des vérités toutes faites.

Chaque femme, chaque homme qui réside durablement ici doit pouvoir participer aux affaires de la Cité quelle que soit sa nationalité. Les pauvres sont des acteurs essentiels pour construire une société de l’égalité et de la solidarité. Ni l’origine, ni la fortune ne sont des frontières. Nous revendiquons une Corse du contrat social et nous pouvons toujours étonner le monde.

Nous sommes des artisans de la paix. Nous ne croyons pas à cette fable sécuritaire et autoritaire qui nous protègerait des désordres du monde et qui fait de chaque citoyen un individu à surveiller, et de certains d’entre nous un ennemi intérieur en raison de son origine ou de sa croyance. Devant les actes de barbarie qui atteignent les sociétés partout dans le monde, nous ne voulons pas abdiquer de nos libertés et de notre fraternité.

 

Nous voulons accueillir des enfants, des femmes et des hommes qui fuient la guerre et la misère. Nous dénonçons et refusons la préparation et l’entretien d’activités hégémoniques sur notre sol, à Solenzara et ailleurs, à quelques dizaines de kilomètres de là où se noient tous les jours des personnes qui tentent de traverser la Méditerranée. Nous voulons que soit mis un terme à cette part de guerre qui se fabrique en Corse.

Nous revendiquons un avenir méditerranéen libéré des conservatismes, de la dictature, de la barbarie, de l’empire des puissants de ce monde. Par notre engagement citoyen, ici et maintenant, pour la paix, l’égalité, la dignité, nous rendons possible cet avenir.

« Chacun est seul responsable de tous », écrivons-nous au début de ce texte, y compris les candidat(e)s aux élections territoriales. Nous les interpellons par ce manifeste. Nous sommes aussi tous responsables de chacun. Et nous nous adressons aux citoyennes et aux citoyens, y compris à celles et ceux qui n’ont pas le droit de vote ou d’être élu(e)s, en espérant que notre contribution sera utile pour le débat qui s’annonce.

 

*A l’initiative de la ligue des droits de l’Homme

Version en langue corse - Custrui i tempi à vene - a été réalisée par Jean-Claude Acquaviva.

 CUSTRUÌ I TEMPI À VENE

Accidenti nucleari, pulluzione di l’aria, di l’acqua, di e tarre ; guerre, crise economiche, disordini varii… sò numarosi l’evenimenti à pruduce si lucalamente chì anu cunseguenze subitanie nant’à l’umanità sana. Campemu ind’un mondu apartu induve chì ogni sucetà hè più cà mai dipendente di l’altre, induve ognunu di noi hè rispunsevule di l’altri tutti. A definizione di leie nove trà glubale è lucale da necessaria ch’ella hè, si impone. In stu mondu riassestatu, a Corsica ci hà a so striscia di celu.

Noi signatarii, tinimu à mente ciò ch’è no semu da ùn esse parati da a piena di stu mondu novu ; inseme, ci vulemu ammaistrà u nostru destinu.

Semu di a Corsica di Pasquale Paoli, è di e libertà da cunquistà ; quella di Jean Nicoli è di a resistenza à l’oppressioni. Semu di l’emancipazioni di u dopu guerra, di u Riacquistu è di e indentità misticciate ; a Corsica di a ghjustizia suciale è di e greve maiò di u 1989 è di u 95, di u muvimentu di e donne contru à e viulenze, di e mosse contr’à u razzisimu, pè a fratillanza.
Semu di a Corsica di l’Aiutu è di e cunsulte è andemu avanti in ‘ssu mondu novu cun omi è donne chì rivindicheghjanu a forza di u dirittu contr’à u dirittu di a forza. Ùn ci scurdemu chì a miseria, u tarrore è a guerra sempre anu custituitu e prime disgrazie di l’umanità.

E disuguaglianze crescenu è crescenu torna è a sulitutine hè l’ancisa fatta à i più povari è à a ghjente attimpata. Sigura chì u sintimu u scumpigliu chì spessu si veste di collara gattiva è chì ingabbia a fratillanza. Ma sò tante l’oparate dà visticà : a spartera di e ricchezze, un antru versu di cuncepì a prupietà, a definizione di ciò ch’hè bè cumunu, l’impegni assuciativi è a sulidarità, u prutegge suciale per ognunu, una sucetà bislingua induv’è corsu è francese si possinu spannà, è rispittà… è l’accessu à u sapè chì permette à ognunu di

libarà si di l’iduli è di e verità troppu semplice…

Ogni donna, ogn’omu chì sceglie, campendu quì, un’arradichera prufonda, deve pudè cuntribuì à e faccende publiche qualsiasi a so naziunalità. I puvarelli sò attori fundii di u custruì d’una sucetà di l’uguaglianza è di a sulidarità. Nè l’origini nè a ricchezza ùn ponu cunstituì fruntiere. Rivindichemu una Corsica di u pattu suciale, sempre pronta à stunà u mondu.

Artisgiani di a pace semu. Ùn cridimu manc’à pena à sta favula securitaria è autoritaria chì ci prutegeria da i disordini di u mondu è chì face d’ogni citatinu un suspettu da spià, è di certi, nemichi in grembiu pè via di a s’origine o di e so cridenze. Di pettu à l’atti barbari chì culpiscenu e sucetà in lu mondu interu, ùn vulemu cuncede nè libertà, nè fratillanza.

Vulemu accoglie zitelli, donne è omi minacciati da a guerra è a miseria. Dinunziemu, ricusemu ch’omu appronti annant’à a nostra tarra, in Sulinzara è altrò, azzioni da sottumette altri populi, da impatrunisce si di e so loche, è quessa, à poca distanza di ‘ssi mari duv’elli s’anneganu ogni ghjornu persone chì provanu à franca u mediterraniu. Vulemu fà lu finitu stu principiu di guerra chì nasce quì.

 

Abbramemu un avvene mediterraneu francatu si da i cunservatisimi, a dittatura, l’imperu di i preputenti di stu mondu. Per via di u nostru impegnu citatinu à prò di a pace, di l’uguaglianza, di a dignità, rindimu pussibule un avvene simule.

« Ognunu, hè rispunsevule di tutti » emu scrittu in cima di sta dichjarazione ; ognunu è tutti, ancu puru i candidati à l’alizzioni tarrituriali à vene ed hè per quessa ch’è no li lampemu sta chjama. Semu dinù rispunsevuli d’ognunu è ci addirizzemu à citatini è citatine, ancu a quelli ch’ùn anu u dirittu di vutà o d’esse eletti incù a spiranza chì sta ghjunta nostra pudarà esse utule à u dibattitu chì prestu prestu vinarà à gallu.
*Version corse

Les signataires :

Antoine ACQUAVIVA, Jean-Claude ACQUAVIVA, Marie-Anne ACQUAVIVA, Michèle ACQUAVIVA-PACHE, Jean-Charles ADAMI, Vincent ANDRIUZZI, François-Aimé ARRIGHI, Jean-Marie ARRIGHI, Jean-Pierre ARRIGHI, Pascal ARROYO, François BERLINGHI, Pierre BERTONI, Dominique BIANCONI, Laurent BILLARD, Antonin BRETEL, Frédérique CAMPANA, François CANAVA, Gigi CASABIANCA, Jean François CASALTA, Guy CIMINO, Mathéa COMELLI, Vincente CUCCHI, Jean Sébastien DE CASALTA, Francine DEMICHEL, Alain DI MEGLIO, Orlando FORIOSO, Patrizia GATTACECA, Francis MARCANTEI, Francine MASSIANI, Dominique MATTEI, Christine MATTEI-PACCOU, Ibtissam MAYSSOUR-STALLA, Séverin MEDORI, Miloud MESGHATI, Jean-René MORACCHINI, Gérard MORTREUIL, Marie-Jeanne NICOLI, André PACCOU, Gaston PIETRI, Roger POGGI, Lydia POLI, Patrizia POLI, Elsa RENAUT, Dominique RENUCCI, Didier REY, Cathy ROCCHI, Valérie SALDUCCI, Sampiero SANGUINETTI, Ghjacumu THIERS, Pascal VIVARELLI.

 

 





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie