Corse Net Infos - Pure player corse



Violences faites aux femmes et confinement : situation préoccupante en Corse


Livia Santana le Mardi 31 Mars 2020 à 19:19

Depuis le 17 mars, date du début du confinement, certaines associations corses qui luttent contre les violences faites aux femmes ont relevé une hausse significative des signalements. En Haute-Corse, tous les services de l'Etat sont mobilisés pour venir en aide aux femmes victimes de violences qui sont, depuis ce lundi 30 mars, de plus en plus nombreuses.



Photo : Pixabay
Photo : Pixabay
Partout en France le confinement fait considérablement augmenter le nombre de violences faites aux femmes. Selon le ministre de l'intérieur, depuis le début de la crise le nombre de violence aurait augmenté de 30%.

La Corse n'est pas épargnée par ce phénomène comme le souligne la déléguée aux Droits des Femmes et à l’égalité, Dominique Nadaud : "Jusqu'à présent nous n'avions pas plus de cas que d'habitude mais depuis ce lundi 30 mars, on commence à voir le nombre de cas augmenter significativement. Rien qu'aujourd'hui nous avons eu trois situations vraiment préoccupantes de jeunes mamans qu'il faudra déplacer."  

Laetitia Maroccu, présidente de l'association "Donne e surelle"  basée en Corse-du-Sud s'inquiète également. Pendant la deuxième semaine de confinement, 4 nouvelles femmes sont venues vers l'association pour signaler des violences. Un chiffre significatif puisqu'habituellement se sont en moyenne 10 femmes par mois qui se dirigent vers la jeune association qui n'a pas pour but premier de prendre en charge les violences conjugales. 

Des services de l'Etat et associations prêts à agir 

 Si dans les jours à venir, le nombre de victimes augmente, Dominique Nadaud affirme que des places dans des logements individuels sont encore disponibles bien que le centre d'hébergement d'urgence collectif Maria Stella ait fermé à cause de l'épidémie de Coronavirus.

Malgré le confinement, tous les services de l'Etat, et leurs partenaires associatifs, travaillent activement pour prendre en charge les victimes dans la lignée du protocole départemental mis en place fin 2018. 
Francine Grilli, directrice du CIDFF (Centres d'information sur les droits des femmes et des familles) de Haute-Corse tient à le répéter : " Tous les services de l'association ,que ce soit les psychologues ou les aides juridiques, sont toujours à l'écoute des victimes."

Prochainement, Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a annoncé que des "points d’accompagnements éphémères" pourraient être mis en place devant les supermarchés et les centres commerciaux de plusieurs grandes villes françaises. L'association Donne e Surelle travaille, d'ores et déjà, sur ce projet à Ajaccio.


Comment alerter les autorités lorsque son "bourreau" est confiné dans le même appartement ? 

Ne pouvant pas téléphoner aux services habituels, certaines femmes ont privilégié les réseaux sociaux pour s'adresser aux associations. C'est le cas par exemple des 4 femmes qui se sont dirigées vers Donne e Surelle : "Sur les 4 victimes de violences, 3 nous ont envoyé un message sur Facebook et une via Twitter", déclare Laetitia Maroccu. 
Le CIDFF  en complément de ses lignes téléphoniques, a décidé de créer une adresse mail pour le confinement : droitsdesfemmesetfamilles2b@gmail.com

Bientôt le signalement en pharmacie 

Dans son annonce, Marlène Schiappa a également indiqué que les femmes victimes de violences pourraient très bientôt s'orienter vers les pharmacies pour demander de l'aide.
Pour les victimes qui seraient en présence de leur compagnon,  elles n'auront qu'à dire "J'ai besoin d'un masque 19" pour lancer un signal d'alarme à l'employé qui appellera alors les forces de l'ordre pour lui venir en aide. 

Cependant,  les associations tiennent à souligner que "tout le monde à son rôle à jouer dans la lutte contre les violences faites aux femmes". Ainsi,  si en tant que voisin, vous entendez des signaux alarmants appelez le 17. Cela pourra peut-être sauver une vie.

Si vous subissez des violences plusieurs numéros à contacter:

  • 3919 accessible de 9h00 à 19h00 du lundi au samedi (gratuit et anonyme)
  • La plateforme en ligne https://arretonslesviolences.gouv.fr 
  • 0800400235 numéro vert du CIDFF, 24 heures/24 tous les jours, anonyme et gratuit. 0603291862 contact directe avec la directrice du CIDFF de Haute-Corse/ droitsdesfemmesetfamilles2b@gmail.com
  • La CORSAVEM : 04.95.34.04.85 ou au 06.84.25.59.33 en cas d’urgence
  • Par appel ou SMS au 0644250932, la présidente de l'association Donne e Surelle pour la Corse du Sud 
  • donnesurelle@gmail.com / Facebook et twitter Donne e Surelle 
  • Association Femmes solidaires : - Pour la Haute Corse : 04 95 33 33 46 et 06 19 27 87 60. -  Ajaccio : 06 24 65 40 88. -  Porto-Vecchio : 06 30 84 71 43 / 06 30 04 34 00 / 06 17 69 59 40. Psychologue Danièle MIFSUD reste accessible au 06 12 15 91 21.


Cellule de médiation des tensions et conflits intrafamiliaux
La période de confinent, anxiogène, peut exacerber les tensions au sein des foyers  (promiscuité, école à la maison, télétravail, relations parents-enfants, relations de couple ….)
L’accueil se fera au 04 95 58 50 57 et les personnes selon les besoins seront orientées vers des psychologues .





















Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047