Corse Net Infos - Pure player corse
Corse Net Infos Corse Net Infos

CorseNetInfos


Sortie livre - « L’esprit, l’art et le corps » de Marie-Claire Benetti Papadacci


Philippe Jammes le Vendredi 29 Décembre 2023 à 07:42

Avec ce livre, paru aux éditions Nombre 7, l’auteure nous offre une réflexion complète sur la mémoire, la psychanalyse, l'art-thérapie et leurs intersections, tout en explorant les questions éthiques et professionnelles qui les entourent. Rencontre…




Marie-Claire Benetti Papadacci
Marie-Claire Benetti Papadacci
- Marie-Claire, quelques mots pour vous présenter…
- Je vis à Ajaccio, je travaille au centre hospitalier de la ville depuis 1995. Mon parcours est atypique, j’ai commencé ma carrière à la Direction des Ressources Humaines, c’est à ce moment que j’ai commencé les études de psychologie. J’avais un contact avec les soignants, les dirigeants, les cadres bref le milieu soignant et administratif. Je me suis inscrite à l’institut de recherche en psychologie et art-thérapie. Tout au long de la formation les concepts psychanalytiques étaient présents et la suite logique était de préparer un master de psychanalyse et suivi d’’un doctorat PhD. Actuellement affectée au Centre Mémoire Ressources et recherche du centre hospitalier d’Ajaccio, j’ai l’opportunité de travailler avec des neurologues des neuropsychologues et surtout d’avoir la chance de converser avec le médecin gériatre ainsi que de recevoir les patients et découvrir le milieu soignant. J’ai exercé le métier d’Art-thérapeute dans différentes structures, L’accueil A Serénita, l’EHPAD de Cargèse, un accueil de jour et le Foyer d’accueil Médicalisé de Guagno les Bains.

- L’idée de ce livre et à qui s’adresse-t-il ?
- « L’esprit, l’Art et le Corps » est mon deuxième livre. Il s’adresse à un public qui s’intéresse à la mémoire, la psychanalyse, l’art-thérapie et leurs intersections. Tout est parti de ce postulat : Dans les institutions actuelles, la mémoire est devenue un objet d’étude, d’évaluation et de stimulation, Comment reprendre et repenser cette question à partir de l’art-thérapie et la psychanalyse ? Comment penser la question de la mémoire, telle qu’elle se présente au CMRR, à partir de l’art-thérapie et la psychanalyse ? En Corse près de 5000 personnes sont atteintes de la maladie Alzheimer. Traiter de cette problématique a été l’aboutissement de toute une série de questionnements et de critiques. J’ai voulu amener le sujet sur la pierre angulaire entre la science la psychanalyse et l’art. On pourrait s’y perdre mais c’est en tissant le lien entre ces domaines que nous pouvons penser que l’un ne va pas sans l’autre.

- Vous y traitez des dysfonctionnements liés à cette maladie : l’oubli, de la mémoire .
- Je pense que l'oubli n'est pas un dysfonctionnement de la mémoire, il constitue sa condition même, sa structure fondamentale. Le terme de mémoire inconsciente ne convient pas pour évoquer des souvenirs dont on se souvient sans se souvenir.  La mémoire peut être affectée par de nombreuses situations pathologiques ou physiologiques. La dépression, le stress, le vieillissement normal, les troubles vasculaires sont des contributeurs majeurs aux troubles de la mémoire. La plainte mnésique est un symptôme complexe favorisé par les phénomènes sociaux. Certains patients qui viennent en consultation mémoire sont des personnes anxieuses qui veulent comprendre pourquoi elles n'ont pas une mémoire parfaite. Dans la maladie neurodégénérative, on oublie ses propres oublis c'est très problématique. Nous ignorons la gravité des troubles. Les symptômes anxieux et dépressifs évalués par des échelles ou des questionnaires auto-administrés ne représentent que 20 % du score de plainte. La plainte « bénigne » apparaît bien, quel que soit l'âge du sujet, comme d'origine psychoaffective.  Freud voulait étudier l'esprit dans sa singularité. C'est une avancée des neurosciences. L'autre participation majeure de Freud fut son « projet pour une psychologie scientifique ». Il serait judicieux de réinjecter la dimension subjective dans le champ des neurosciences puis d'apporter la rigueur méthodologique et scientifique des neurosciences à la psychanalyse. Ce que le sujet exprime le plus puissamment, c'est sa perception du changement d'attitude de son entourage à son égard, la peur du regard des autres, la dévalorisation de lui-même, la peur de perdre le contrôle de sa propre vie.

- Le rôle de l’art-thérapie que vous pratiquez ?
- Je pense que le rôle de l’art-thérapie avec une approche psychanalytique à tout son sens pour permettre de donner les moyens d’exister et d’être acteur de son existence et de ne pas se perdre dans l’oubli. Lors de mes différents échanges, j’ai constaté le difficile travail du deuil. Nous partons de nos éprouvés et expériences pour ouvrir à la nécessaire empathie, qui constitue la base de la relation thérapeutique et offre un passage symbolisant. Le sujet se place en haut de l’échelle poétique et se hisse au-dessus de l’impasse aliénante.

- Vous recevez des adultes mais aussi des enfants … 
- J'exerce en libéral au Centre Fiorella et je reçois des enfants et des adolescents pour différentes problématiques. En Corse, nous ne sommes plus préservés de tous les fléaux. Notre jeunesse souffre du stress, de l'anxiété, des addictions et de problèmes liés à l'éducation, les problèmes familiaux, la technologie et médias sociaux et surtout le manque de perspectives d’avenir. L'écoute, le soutien et l'éducation sont des éléments clés pour réenchanter leur existence et les aider à surmonter ces obstacles.