Corse Net Infos - Pure player corse
Corse Net Infos Corse Net Infos

CorseNetInfos


Réforme de l’assurance chômage : "Le Gouvernement veut réaliser des économies sur le dos des demandeurs d’emploi"


V.L. le Jeudi 29 Décembre 2022 à 09:26

En Corse aussi la gauche fait entendre son désaccord concernant le projet de décret du gouvernement sur la réforme de l’assurance chômage, qui prévoit une possible réduction de la durée d’indemnisation de 40 %, lorsque le taux de chômage passe sous la barre des 6 %. Pour Dylan Champeau de Inseme a Manca "Le Gouvernement veut réaliser des économies sur le dos des demandeurs d’emploi"



Dylan Champeau
Dylan Champeau
"Un mauvais cadeau de Noël. La chasse aux chômeurs continue". C’est ainsi que Dylan Champeau de Inseme a Manca définit le projet de décret du gouvernement sur l’assurance chômage qui prévoit une réduction possible de la durée d’indemnisation de 40 % et non de 25%, lorsque le taux de chômage passe sous les 6% (il est actuellement à 7,3%).

Dévoilé à la veille de Noël, par le ministère du Travail, ce texte suscite  la colère des syndicats et de la gauche contre l’exécutif. "L’objectif du Gouvernement est affiché : combattre les chômeurs plutôt que le chômage lui-même." ajoute l'ex candidat aux législatives, en se demandant si avec ce projet le Gouvernement a oublié "que ce n’est pas par plaisir que des personnes se trouvent au chômage, et il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver du travail. Pour preuve, en France il y a environ 2,3 millions de personnes au chômage et 350.000 emplois non-pourvus. Par conséquent, c’est bien le travail qui manque, et il conviendrait de créer de l’emploi plutôt que de traquer les chômeurs."

Le jeune élève avocat, qui a baigné dans les idées de gauche depuis son plus jeune âge dresse un bilan très mitigé de la réforme de l’assurance-chômage qui était intervenue en octobre 2021. " De moins en moins d’inscrits à Pôle Emploi perçoivent des indemnités. De plus, le montant des indemnités a diminué de 16 %.  Au total, c’est près d’un chômeur sur deux qui a vu ses droits diminuer, et particulièrement les plus jeunes et ceux qui enchainent les petits boulots." ¨Pour lui "cette réforme était donc déjà particulièrement désastreuse pour la Corse puisque c’est ici qu’on retrouve les salaires les plus bas, mais également beaucoup d’emplois saisonniers et de jeunes sans emploi !"

"Cynisme sur la méthode"
En plus de conditionner la durée pendant laquelle un chômeur est éligible à des indemnisations au taux de chômage national, cette reforme prévoit également d’interdire le versement d’indemnisations aux personnes ayant abandonné leur poste sans préavis. En outre, un travailleur sous contrat à durée déterminée (CDD) qui refuse un contrat à durée indéterminée (CDI) deux fois dans la même année se verra également refuser ses droits au chômage. 

Promise pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron devrait être mise en œuvre le 1er février 2023. Une modification de la règle, au dernier moment, qui passe mal : "Le maître mot est le cynisme. Désormais le Gouvernement entend donner le coup de grâce, en présentant à la veille de Noël son projet de décret espérant sans doute que le projet échappe à l’attention de tous. En outre, c’est sans concertation des acteurs sociaux que le projet a été ficelé…" regrette Dylan Champeau  selon lequel ce n’est pas en appliquant cette méthode que l’objectif de plein-emploi sera atteint dans le pays. "Cynisme également sur le fond, puisque le projet prévoit une réduction de la durée d’indemnisation de 40 % selon le taux de chômage dans le pays, plongeant ainsi les demandeurs d’emploi dans l’insécurité et dans davantage de précarité. Rien n’est donc mis en œuvre pour permettre le retour à l’emploi, il s’agit au contraire de sanctionner le demandeur d’emploi. Cette mesure est stigmatisante car elle traite le demandeur d’emploi comme s’il était responsable de sa situation. Avec cette mesure, les personnes privées d’emploi seront davantage exposées à la pauvreté : moins de droits, moins d’indemnités. La seule motivation du Gouvernement est de réaliser 4 milliards d’euros d’économie sur le dos des demandeurs d’emploi."
 

Photo illustration
Photo illustration