Corse Net Infos - Pure player corse


Peut-on(encore) sauver la Corse et (les corses) ? Fabrice Bonardi : "rien n’est perdu, tout se transforme et tout se réinvente"


Armelle Petipa le Mardi 7 Juillet 2020 à 17:27

Fabrice Bonardi est l’auteur de « L’ombre au tableau » et de « Tizzano », romans où la Corse est évoquée de manière poétique, mais aussi d’un essai au titre significatif, paru en 1989 : « Corse, la croisée des chemins. »
31 ans plus tard, il publie pour Harmattan un nouvel ouvrage : « Peut-on (encore) sauver la Corse et (les corses) ? » 
CNI a rencontré l'auteur sur les hauteurs du Valincu.
Décryptage



Fabrice Bonardi pose de nouveau la question du destin du peuple corse. Dans l’avant-propos, ce peuple est figuré comme « un arbre multiséculaire, aux racines plongeant au cœur de la terre, au feuillage toujours renaissant, aux fruits comme autant de victoires », et que des bucherons extérieurs ont tenté et tentent encore d’abattre. La pandémie du corona, survenue dans le contexte des menaces qui planent sur l’existence même du peuple corse mettrait ainsi les corses devant un choix crucial : s’inscrire à marche forcée dans une économie mondialiste malade et mortifère, ou opter pour une culture plus « naturelle », ancrée dans un développement durable réinventé.
L’auteur, citant le neuropsychiatre Boris Cyrulnik qui souligne le « sentiment diffus et équivoque de la dépossession »  ressenti par les Corses, soutient que « La Corse n’est pas juste un endroit, mais un élément structurant de l’être corse. » Ce sentiment exacerbé d’un « identitarisme », le mot est utilisé, entre un peuple et sa terre éveillera probablement, et de nouveau, les foudres d’un  anti-corsisme largement répandu  dans l’hexagone : Fabrice Bonardi considère ainsi qu’à tant accabler les Corses de tous les travers du monde, certains auraient même créé ce peuple, si toutefois il n’existait pas…
Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « Faire Front », le constat est achevé d’une destruction presque consommée de cette terre bénie des dieux qu’est la Corse, et avec elle de son peuple. Des taux maximum de chômage et de pauvreté, une agriculture exsangue, des menaces d’une pollution grave, un tourisme mal pensé sonnent effectivement le glas d’une économie menée par un Etat à l’encontre des spécificités et des richesses insulaires. L’auteur pose alors la question de la compatibilité entre l’appartenance à la France et l’existence du peuple corse. Une question qui ne pourrait être résolue qu’au travers du prisme "nationaliste"… 
Fabrice Bonardi s’attache à montrer comment s’est historiquement organisée la dépendance de la Corse à l’égard de la France et les étapes majeures d’une lutte pour la survie d’une conscience culturelle et politique proprement corses. Cette rétrospective précise et documentée nous fait revisiter les événements qui devaient aboutir à la création du FLNC. Force est de constater  au travers de cette évocation que la France n’a jamais envisagé la Corse que comme « un territoire comme les autres ». L’Etat, finalement, n’aura su qu’étouffer la voix d’un peuple aspirant à une liberté légitime, bâillonnée par les conflits de L’Histoire du colonialisme, et qu’accentuent les spécificités incontournables d’une géographie, d’une langue et d’une culture uniques.
La réflexion porte ensuite sur la possibilité d’un développement proprement insulaire, pour les Corses, et sur l’aspect hautement salvateur d’une agriculture vraie et « d’une décroissance verte », comme leviers principaux de ce développement. Le salut de l’identité collective corse est également relié à la notion de diaspora. Etant donné le niveau de tension actuel entre l’Etat français et la Corse, un tel plaidoyer pour un développement autonome de la Corse s’exposera probablement à une caricature visant à lui faire endosser un hypothétique repli nationaliste.
La dernière partie du livre évoque l’espoir pour la Corse et les Corses, d’initier, au sortir de la pandémie du Covid, de vraies solutions en matière de production auto-suffisante. Dans les secteurs de l’agriculture, de l’aromathérapie, de la gestion raisonnée de ses ressources, de l’exceptionnelle créativité de ses start-ups, cette « Corse en tête » déborde indéniablement d’une énergie pouvant être porteuse d’avenir. Repenser pour les refonder ou les revaloriser, les secteurs du tourisme (en faire un tourisme de proximité), de l’artisanat, de l’environnement, des transports, des ressources naturelles, serait ainsi la première étape d’un grand plan de sauvetage de la Corse, explicité avec clarté à la fin de la réflexion. Reste à savoir si les corses sont prêts à se sauver eux-mêmes en donnant l’exemple d’un développement autosuffisant, durablement tourné vers la consommation raisonnée et solidaire. L’île se retrouverait alors au-devant de la scène dans un combat de premier ordre, le seul sérieux engageant le devenir de l’Humanité. 
 

Peut-on(encore) sauver la Corse et (les corses) ?  Fabrice Bonardi : "rien n’est perdu, tout se transforme et tout se réinvente"
- En 1989 vous écriviez dans Corse, la croisée des chemins « La Corse est unie dans sa géographie, dans son histoire, dans sa langue, elle le sera demain dans sa volonté. » Qu’en est-il en 2020 ? 
- La réponse a été donnée par les urnes ! Lors des élections territoriales de 1991, les nationalistes obtiendront le score alors historique de 25 % des suffrages. Les élections territoriales de 2010 les positionneront au centre du débat politique grâce à un score de 36 % des voix. En 2015, la liste d’union nationaliste sortira majoritaire des élections territoriales. En décembre 2018, lors du passage à la collectivité unique, elle totalisera plus de 56 % des suffrages. Et cela alors que le vote concerne non pas le seul peuple corse, minoritaire sur sa terre, mais toute la population de l’île.
 
- Votre avant-propos donne le ton : « C’est ainsi qu’en l’année 2020, une infime couronne mortuaire pouvait changer la face du monde et celle de la Corse. Covid 19 était son nom de guerre. » Est-ce l’impérieuse nécessité du confinement face au virus, alliée à un sentiment de dilatation toute personnelle du temps, qui vous a poussé à cette interrogation majeure : « Peut-on (encore) sauver la Corse (et les corses ?) ».
- Le virus et le confinement massif qui est venu couronner son arrivée ont permis à chacun de prendre conscience de la fragilité des économies bâties sur la mondialisation : des colosses aux pieds d’argile ! En Corse, dont la dépendance aux importations du continent a été pensée et organisée depuis Paris de longue date, la crise sanitaire a suivi le conflit maritime qui a vidé en quelques heures les rayons des magasins alimentaires. C’était une deuxième alerte. La troisième pourrait être fatale à ce qu’il reste d’économie productive corse, alors même que la survie du peuple corse ne peut passer que par ses producteurs, ses artisans, ses petits commerçants. Le confinement n’a fait que donner une urgence nouvelle à un ouvrage qui était "dans les tuyaux". 
 
- Ce tableau d’une Corse en résistance au rouleau compresseur de la mondialisation grâce aux initiatives en faveur d’un développement économique centré sur les intérêts de son peuple est-il le fruit d’un écologisme assumé ?  
- L’écologisme renvoie à des notions politiques, ou plutôt politiciennes qui ne paraissent pas adaptées. Cultiver la Corse pour manger au gré des saisons des fruits et des légumes qui ont le goût de ce qu’ils sont plutôt que d’ingurgiter en février des tomates et des fraises gorgées de pesticides, est-ce de l’écologie, du nationalisme, ou du bon sens ? Il y a plusieurs réponses possibles, bien sûr ! L’idée est que la dépendance de l’île aux importations, qui avoisinent les 98 %, est une monstrueuse aberration. Cela s’inscrit dans la disparition programmée de toute la production, puis de la culture, et enfin du peuple lui-même. Il est quand même singulier que sur cette île dont on a décrété la pauvreté, on ait pu construire 17000 résidences secondaires en cinq ans et accueillir 5000 nouveaux résidents chaque année n’ayant pour la plupart même pas un lien affectif avec l’île ni avec les Corses.
 
- « Disparaître avec Paris ou survivre sans », voilà un choix pour le moins radical ! Il est vital selon vous, pour les Corses, à l’heure actuelle ? 
- C’est à cette question que le livre tente de répondre ! Ici je me contenterai d’évoquer la conclusion du célèbre rapport du Hudson Institute conclusion selon laquelle l’État ne disposait en Corse de deux options : la première consistait à accélérer l’érosion de l’identité culturelle corse en encourageant une immigration massive en provenance de la Métropole pour atteindre au plus vite 500.000 habitants en majorité non corse. La seconde était de conserver et l’identité culturelle corse en développant le potentiel de l’île dans le contexte corse. Chaque Corse est en mesure d’apporter sa propre réponse quant au choix fait par l’État depuis 1972... 
 
- Comment analysez-vous l’actualité des relations entre la Corse et Paris ? Pensez-vous qu’il y a là le ferment d’une ouverture, ou au contraire les prémisses d’une rupture du dialogue ? Comment envisagez-vous, en conséquence, les actions et les réactions insulaires en cas de rupture consommée du couple Corse-France ? 
- Je ne vois pas d’ouverture côté Paris. Il y a un monde entre le discours du candidat Macron en Corse, et celui qu’il tient lorsqu’il revient comme Président. Il est pour cela dans la continuité de ses prédécesseurs. La victoire politique des nationalistes corses a ainsi été escamotée, voire niée. Le sentiment diffus que les principales victoires du peuple corse ont tenu à l’existence d’un contre-pouvoir clandestin s’instille dans l’esprit de nombreux Corses : face aux virus véhiculés par la mondialisation, certains d’entre eux avaient anticipé le port du masque… D’un autre côté, il n’a pas été forcément habile de la part de nos élus de poursuivre dans les revendications avant d’avoir résolu les problèmes cruciaux auxquels les Corses sont confrontés dans leur quotidien. Cela a pu donner au pouvoir central l’opportunité de nous renvoyer à un bilan en demi-teinte.
 
- Etant donné le niveau de tension actuel entre l’Etat français et la Corse, ne pensez-vous pas qu’un tel plaidoyer pour un développement autonome de la Corse, risque de passer à nouveau, pour une revendication nationaliste de mauvais aloi, dans un contexte, qui plus est, de mondialisation économique ? 
- Cela semble démontrer qu’on ne peut pas envisager un développement de la Corse tourné vers les intérêts du peuple corse dans le contexte de l’idéologie nationaliste française. En ce sens, le terme de nationalisme peut paraître déplacé concernant la Corse, car il est souvent perçu comme synonyme de rejet de l’autre, de repli sur soi, de fermeture. Rien à voir avec la Corse ! Le nationalisme corse tend au contraire à équilibrer les relations avec la métropole, et à développer les échanges avec les partenaires naturels, méditerranéens ou non. A titre personnel, je préfère le terme de Nationaux, à l’instar des Corses de l’indépendance, voire celui de patriotes. Le nationalisme corse, c’est avant tout une question de bon sens !
 
- Les corses sont-ils prêts à se sauver eux-mêmes en relevant le défi d’un développement autosuffisant, durablement tourné vers la consommation raisonnée et solidaire ? 
- C’est la grande question. On peut l’espérer, on peut se persuader que "oui, ils en sont capables", ou que "non", cela n’y changera rien : eux seuls ont la réponse ! Bien sûr, le pessimisme est souvent de rigueur en Corse, les insulaires doutant volontiers de leur peuple. Etonnant d’ailleurs alors que c’est justement ce peuple qui a donné au monde la première constitution écrite démocratique ! Pour revenir à votre question, elle semble contenir des éléments de réponse en elle-même. Dans l’absolu, il pourrait donc être à craindre que "non", bien sûr. Sauf qu’en l’occurrence, la question ne se pose pas seulement au regard de la survie du peuple corse, mais au regard de la survie de l’humanité elle-même : cette humanité que la mondialisation conduit à vitesse accélérée vers le néant.
 
- Que vous inspire, in fine, cette déclaration d’Abraham Lincoln : « La Démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. » ?
- La déclaration d’Abraham Lincoln reprend effectivement la définition littérale de la démocratie. Pourtant les choses ne sont pas si simples, parce que les peuples peuvent être versatiles… Lincoln s’est élevé contre l’esclavage, alors même que le peuple sudiste était majoritairement esclavagiste. Le « peuple » n’a pas forcément raison, l’histoire du siècle passé est d’ailleurs là pour nous le rappeler cruellement. La démocratie française n’est-elle pas aussi la domination d’un peuple sur d’autres peuples ? Le peuple corse, quelle que soit la définition que l’on en retienne, s’est choisi des représentants nationalistes. La démocratie exigerait la mise en œuvre du programme que les électeurs insulaires ont plébiscité. Le refus systématique opposé par l’État à toute revendication corse est significatif d’une démocratie confisquée par la loi du plus fort. Le peuple islandais, par exemple, a exercé une authentique démocratie, instaurant un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Pour cela, les Islandais ont nationalisé les banques, mis les banquiers en prison et encadré très rigoureusement le personnel politique…

















    Aucun événement à cette date.



Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047