Corse Net Infos - Pure player corse

" La jument de la Corse française"


Rédigé par le Dimanche 9 Juin 2013 à 19:07 | Modifié le Dimanche 9 Juin 2013 - 23:11


Jean Chiorboli poursuit sa pertinente série de chroniques pour Corse Net Infos. Au sommaire du jour : " La jument de la Corse française"


" La jument de la Corse française"
Dans une discussion engagée dans notre groupe sur le nom à  donner à un nouvel élevage de chevaux corses, il était question entre autres choses de chevaux parcourant la voie lactée, de juments, et d'étoiles (https://www.facebook.com/groups/519549144750189/ ).  
Je voudrais faire ici quelques observations (linguistiques) sur les équivalents corses de CHEVAL et JUMENT.
Le célèbre linguiste Gino Bottiglioni (1887-1963) s'est intéressé à la langue corse (c'était pendant la période fasciste de sinistre mémoire). S'il a fait progresser les connaissances dans ce domaine, il a aussi produit quelques analyses pour le moins discutables.
Il a par exemple écrit que le corse GHJUMENTA (en italien CAVALLA) est un gallicisme.
Or dans un registre notarial corse daté de 1606 on fait référence à une GIOMENTA NIELLA STILLATA «jument noire marquée au front d'une étoile blanche».
C'est donc que l'influence du français était déjà  sensible dans la Corse du début du 17e siècle?
Ou alors que le bon vieux Bottiglioni a aussi proféré (c'est le cas de le dire) quelques âneries au sujet du corse.
Nous nous sommes penché sur ce cas dans notre livre sur les noms de lieux (pour les références cf. http://www.albiana.fr/Prova/La-legende-des-noms-de-famille-br/-Appellations-dorigine-corse.html ).
En voici un extrait.

Haro sur la jument (française): ghjumenta

Dans la toponymie corse le type ghjumenta «jument» domine sur cavalla :

  • Col de la Jument (Rogliano) 2B, col
  • Jumenta Grossa (Sartène) 2A, ecar
  • Jumentella (Castifao) 2B, ld
  • Punta Jumentella (Asco) 2B, mont
  • Ruisseau de Jumenta (Sartène) 2A, riv
  • Cavalla Morta (Coti-Chiavari) 2A, ld
De même que l'influence toscane hier, l'influence du français est aujourd'hui considérable. Mais tout ce qui ressemble au français n'est pas forcément gallicisme. Après le cochon et le cheval importés de Pise, voilà donc que la jument corse serait française. C'est ce qu'affirme Bottiglioni, qui dresse une liste fourre-tout de gallicismes. On y relève des exemples effectivement dus à l'influence du français (amusassi «s'amuser»). D'autres formes listées par l'auteur sont imaginaires (trumpà «tromper» dans un énoncé corse ne peut être qu'une plaisanterie). Quant au nom de la jument en corse (ghjumenta) Bottiglioni le considère à tort comme un gallicisme. Les formes issues de EQUA (sarde ebba); IUMENTA (corse ghjumenta); CABALLA (italien cavalla) correspondent en fait à diverses strates de latinité, de la plus ancienne à la plus récente. Le type giumenta existe d'ailleurs aussi en italien (Rohlfs note que l'opposition de genre cavallo/giumenta est caractéristique des variétés du Sud).
Le même type de remarques peut-être fait au sujet de l'adverbe «alors» (en latin classique TUNC). La forme corse tandu (formation analogique à partir de QUANDO/TANTO) appartient à la deuxième strate de latinité (comme en sarde et en italien méridional). Le français alors et l'italien allora (AD ILLA HORA) utilisent une forme plus récente correspondant à la troisième strate, la plus récente.
Au plan de la classification des langues romanes, ces observations s'accordent avec la vision qui place le corse et le sarde dans une zone particulière (de transition pourrait-on dire) entre Romania orientale (italo-roman et balkano-roman) et Romania occidentale (gallo-roman et ibéroroman); le schéma de Lausberg se base sur les langues parlées et non sur les langues littéraires qui sont un produit de l'histoire récente, médiévale et moderne.
Nous ajouterons que même les textes écrits anciens peuvent aussi apporter des informations précieuses sur les aires concernées, ainsi cet extrait de registre notarial daté de 1606 qui fait référence à une giomenta niella stillata «jument noire marquée au front d'une étoile blanche» (stellu «front» et «étoile»). Bottiglioni, pourtant attentif aux concordances possibles entre corse et italien («ancien» ou moderne), a préféré voir dans giumenta un gallicisme. Malgré les efforts du scripteur pour coller à une norme écrite toscane mal maîtrisée, le type de texte que nous venons de citer porte pourtant la marque incontestable du corse de l'époque, qui n'a d'ailleurs pas beaucoup changé: dans un texte de 1936 un personnage dit «U celu hè stellatu cume la jumenta» , expression (presque) intraduisible en français comme en italien (elle joue sur le double sens de stellatu: «étoilé» en parlant à la fois du ciel et du front de la jument qui porte une tache blanche; cf. steddu en sarde).
On signalera que JUMENTUM «bête de somme» a donné dans la plupart des langues romanes des résultats qui se sont spécialisés au fil du temps. Comme on le voit dans le tableau ci-dessous, corse et italien font un usage différent des mêmes étymons latins. CABALLA, éteint en corse, donne le terme italien courant pour «jument»; JUMENTA donne le terme courant en corse pour «jument» (et pour le nom d'un insecte) alors qu'il donne en italien «jument de selle». Quant à PULLITRU et JUMENTU ils donnent en corse «poulain» alors que l'italien se sert du premier pour «poulain» et du deuxième pour «bête de somme». Pour ce dernier sens le corse (courant) utilise fera qui aujourd'hui en italien (moderne) a plutôt le sens de «animal féroce» (FERUS, FERA, «sauvage, féroce»).
Une autre spécialisation sémantique (qui rend encore plus insoutenable la qualification de gallicisme) est donné par les noms d'insectes (sauterelle, mante religieuse) du type ghjumenta di u Signore (Falcucci), ghjumenta sanmartinu (lexique du Muntese, qui donne aussi ghjumenta di i frati pour un des noms de la mante religieuse; cf. cavaddu de vrati à Tempiu en Sardaigne, ou bien cavalletta «sauterelle» en italien).
[…]
Chaque langue, avec son «génie» propre, utilise du vieux pour faire du neuf: des exemples innombrables et instructifs du même type pourraient être cités pour illustrer convergences et divergences entre les divers «dialectes du latin», qu'ils aient ou non accédé au statut de «langue».
Donc «jument» se dit en corse giumenta aujourd'hui comme il y a au moins quatre siècles, bien avant le règne du français, à une époque où le notaire cité pouvait écrire aussi «volino detti popoli che ognuno che havera giacari sia hoblicato ha tinerli ligati et incatinati» (c'est à dire «les habitants sus cités exigent que quiconque possède des chiens aie l'obligation de les garder attachés et enchaînés»). Malgré la graphie approximative et la possibilité de rapporter telle ou telle forme à une influence extérieure, la présence simultanée de giacari (ghjacari «chiens»; =>), giomenta, niella, stillata etc. constitue une «spia linguistica» indéniable d'un usage linguistique qui a sa propre logique interne.
Jean CHIORBOLI 3 juin 2013




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 22 Avril 2018 - 11:04 L'uffiziu Fundariu di a Corsica in Balagna

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine




Derniers tweets
Corse Net Infos : La 17ème Fête de la pêche et de l’eau a fait le plein en Balagne ! https://t.co/9qXX19UdTQ https://t.co/G6kYhijRtw
Dimanche 20 Mai - 09:35
Corse Net Infos : La photo du jour : San Stefanu di Cardu https://t.co/S5L8TFYYKU https://t.co/KDdbONwYYF
Dimanche 20 Mai - 07:50
Corse Net Infos : Le sport automobile insulaire est en deuil, Pierre Orsini s’en est allé… https://t.co/6yh6Olakxk https://t.co/HIB77SxmmL
Dimanche 20 Mai - 00:41
Corse Net Infos : #Langue #Corse #San Nicolao #Ajaccio : Pascal #Marchetti si n'hè andatu https://t.co/wEX0580yFT
Dimanche 20 Mai - 00:17



Newsletter






Galerie