Corse Net Infos - Pure player corse

Inseme per a Corsica : Per a maestria di u sistemu educativu


Rédigé par le Mardi 26 Mai 2015 à 22:43 | Modifié le Mardi 26 Mai 2015 - 22:48



Loi Fillon, Darcos, Châtel, Peillon…..la France se déchire à propos des réformes éducatives au gré de ses ministres de l’Education. Querelles idéologistes des « anciens » contre les « modernes », à chacune de ces réformes on retrouve les mêmes éléments de débat !
La dernière réforme en date, portée par Mme Vallaud-Belkacem prévoit la suppression de certaines classes bi-langues, remplacées par le renforcement d’une deuxième  langue étrangère à partir de la 5ème ; l’enseignement des langues régionales sur les moyens des établissements, en complément des EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire)  bien loin de la loi d'orientation et de refondation de l'école de  juillet 2013 qui  établissait dans la loi des pratiques pédagogiques d'enseignement des langues régionales; la réduction du nombre d’heures des options grec et latin, leur substitution par une initiation aux langues anciennes au sein du français, une intégration au sein des EPI et enfin le renforcement de l’autonomie des collèges qui pourront définir 20% des enseignements. On pourra avoir, tout au long du collège certains sujets d’Histoire obligatoires quand d’autres seront facultatifs.

 

Inseme Per a Corsica s’interroge sur les conséquences de cette réforme en Corse. Quels seront ses effets sur les classes bilingues? Quelle sera la place de l’enseignement de la langue corse en tant que matière optionnelle ? Quelles suites pour le plan LINGUA 2020, dont les orientations ont été définies et votées à l’Assemblée de Corse. Un plan pour une normalisation de la langue et des actions en faveur d’une société bilingue. Quels moyens seront attribués en termes de formation des enseignants pour appliquer une telle réforme?
A l’heure d’une aspiration de la société corse pour un statut de coofficialité , Inseme per a Corscia exprime sa profonde inquiétude et réaffirme son exigence d’une amplification de l’enseignement de la langue corse, du renforcement des moyens de formations, ainsi que  la généralisation de l’apprentissage de notre Histoire au travers notamment des manuels scolaires. Avec cette énième réforme, et après celle récente sur les rythmes scolaires,  il convient pour la société corse de s’interroger sur un système éducatif, dont les dispositions sont définies à Paris. Système où les langues dites régionales et identitaires ne font pas partie des préoccupations d’un Etat centralisateur et jacobin!

 

Inseme per a Corsica rappelle l'appartenance du corse à l'espace roman et notre héritage latin, comme le démontre  la toponymie et les spécificités sémantiques du lexique de notre langue. Nous sommes tous des enfants d’Homère et de Virgile et à ce titre nous revendiquons comme modèle éducatif,  à l’inverse de celui de la réforme,  « l’élitisme pour tous ! »
Dans le domaine de l’éducation, comme c’est déjà le cas dans  un grand nombre d’autres régions européennes, la Corse doit avoir la maîtrise de ses choix. Car  il s‘agit d’initier une politique éducative de qualité et qui prenne en compte notre culture, notre histoire, notre identité afin de permette à notre jeunesse d’affronter les enjeux de demain !





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Novembre 2018 - 21:52 Corsica Cristiana : A Diu a Prete Mondoloni

Communiqués | L'université | L'estru piuvanu