Corse Net Infos - Pure player corse
Corse Net Infos Corse Net Infos

CorseNetInfos


"Bienvenue au monastère" à Curbara : dans les coulisses de l'émission avec le frère Baudouin


Maria-Serena Volpei-Aliotti le Dimanche 14 Janvier 2024 à 07:51

Ce vendredi 12 janvier, C8 a donné le coup d'envoi de Bienvenue au monastère, émission présentée par Alessandra Martines dans laquelle six personnalités ont passé une semaine pour une retraite spirituelle au couvent de Curbara. CNI a rencontré le père Baudoin accompagnateur spirituel de l'émission



Crédit photo C8
Crédit photo C8
La chaîne C8 a lancé la diffusion de la nouvelle émission de téléréalité "Bienvenue au Monastère" ce vendredi 12 janvier. Le lieu de tournage atypique n'est autre que le couvent de Curbara en Corse, où six personnalités, dont Fabienne Carat, Clara Morgane, Delphine Wespiser, Paul El Kharrat, Simon Castaldi et Jean-Marc Généreux, ont accepté de vivre l'expérience monastique pendant une semaine, avec la particularité de ne pas avoir le droit d'utiliser leurs téléphones portables ni de parler.

Encadrées par deux guides spirituels, Sœur Catherine Thiercelin de la communauté des Béatitudes et frère Baudouin Ardillier de la congrégation Saint-Jean, les personnalités se sont plongées dans la vie monastique. Le père Baudoin revient sur l'origine de cette aventure singulière : "On peut dire que c'est moi le fautif et responsable pour l'idée de l'émission à Curbara. Mais j’en suis très heureux .Il y a quelque temps, des connaissances travaillant dans les médias m'ont demandé conseil sur des lieux de retraite, et je leur ai toujours évoqué le couvent de Curbara." Pendant trois ans, le projet n'a pas été concrétisé, mais au cours de la troisième année..."La production m'a contacté ". Mais tout ne s'est pas organisé en un claquement de doigts. "Nous n'avons pas accepté comme ça. Ça a été une longue réflexion. Faire une retraite, pour nous, c'est facile. On sait faire. C’est notre métier. Mais le fait d’avoir des caméras, ça a nécessité des règles à definir en amont avec la production. Que ce soit sur le fond et sur la forme. On n'a pas voulu faire une télé réalité avec des caméras installées de partout, avec des clashs toutes les deux minutes. On voulait vraiment filmer une retraite. Mais pour ce soit vrai, il fallait filmer tout ça de manière intelligente. On les a donc autorisé à mettre les caméras et à suivre les gens. Mais dans le respect de la bienveillance pour l’ensemble des participants, pour notre vie à nous, les frères, le couvent, son histoire, la Corse. C'est ce qui était la grande clé de la réussite. Tout le monde a été respectueux et exceptionnel". 

Aucun jugement, aucun à priori
C'est donc le début du tournage en mars dernier. "Nous avons accueilli des personnes que nous avons voulu connaître, pas des VIP. Le VIP s’arrête à la porte d’entrée. Une fois qu’ils ont passé la porte, ce sont les personnes qu'elles sont au fond d'elles. Et c’est ça qu’il leur a fait du bien. Ce le principe de vie chez nous. Nous avons choisi avec eux, de rester dans la discrétion. Nous respectons l’intimité de la personne. C'est vrai, on savait qu’on allait recevoir Clara Morgane. Mais ce qui est drôle, c’est que tout le monde s’en foutait royalement de sa vie professionnelle et en plus les frères ne savaient pas forcément qui elle était. La réflexion ne s’est pas faite de partir des gens.  Que l’on soit une star du porno ou n’importe quoi d'autre. Nous nous en fichons.". 

La retraite monastique s'est déroulée dans le silence, avec des activités simples et des moments de réflexion sur des sujets spirituels. Les participants ont été accompagnés par le père Baudoin et Sœur Catherine tout au long de la semaine. "Nous avions deux rôles un peu différents. Moi j’ai donné le cadre et la structure dans la accompagnement et sœur Catherine était là aussi pour accompagner les invités, et ça leur permettait d’avoir différents regards. Celui d’un frère et celui d’une sœur. C’était une vraie complémentarité". Sœur Catherine fait partie de la Communauté des Béatitudes et déjà habituée aux caméras. Elle a notamment tourné aux côtés de Gad Elmaleh où elle jouait son propre rôle. "C’est une personne incroyable". 
 

Une retraite de silence
Le tournage s'est déroulé discrètement pour garantir la liberté des participants et assurer une véritable retraite. Le père Baudoin souligne "Tout le monde a vécu l’aventure. Tout le monde est entré dans le silence, que ce soit les hôtes ou l’équipe technique. Tout le monde a fait une retraite. À leur arrivée dans le couvent ils ont tous fait waouh! Un peu comme tout le monde au final !  Au début ça a été un peu dur pour les participants. Le monde de la téléréalité et celui d’un couvent sont totalement à l’opposé l’un de l’autre mais durant ces quelques semaines tout sont su cohabiter naturellement. Et petit à petit, tout le monde est entré dans la démarche de ce qui était proposé. Tout le monde est entré dans la prière libre, des activités pour le jardin, pour le couvert. Au cours du séjour, on leur a donné des petits devoirs à faire. Réfléchir sur certains sujets, notamment sur des textes de la Bible, ou une poésie. Sur des questions existentielles de la vie. Chaque jour, il y avait 30 minutes d’entretien avec eux. Sœur Catherine et moi même étions la pour les accompagner dans cette retraite. Nous avons chacun accompagné trois personnes successivement. On a eu des échanges absoluments incroyables avec eux. Ce qui nous intéressait, c'était de savoir ce que ces personnes traversent aujourd’hui. Et que peut-on faire pour les accompagner ?"


Une émission "qu'il ne faut pas manquer"
L'émission, décrite comme un "ovni" par le père Baudoin, mêle humour, bienveillance et émotion. "Il y a tellement de contenu que six épisodes de 50 minutes ne suffisent pas. Les participants ont vécu des expériences très fortes, et il y aura une grande surprise pour ceux qui suivront. Cette émission est à regarder pour comprendre qu'il y a énormément de profondeur. C'est drôle, bienveillant, émouvant, et cela va surprendre les téléspectateurs."


La Balagne à l'honneur
En mettant en avant la beauté de la Balagne, le père Baudoin conclut "Et de mon côté, je n’ai pas gâché mon plaisir en mettant en avant toute la beauté de la Balagne. J’ai un rapport viscéral, subjectif avec la Balagne. J’ai passé mes premières années de mission à Curbara dans les années 2000. J’ai passé trois cartons sur place. Nous avons même créé un pèlerinage sous-marin à Calvi. D’ailleurs nous y serons pendant l’émission. Je ne suis pas Corse et je ne serai jamais mais je les aime. C'est un grand plaisir que de mettre en avant, les trésors de la Balagne parce que ça mérite d’être connu".