Corse Net Infos - Pure player corse

Amin Maalouf et Guidu Benigni ont reçu le Prix des lecteurs de Corse


Rédigé par le Samedi 11 Janvier 2014 à 13:16 | Modifié le Samedi 11 Janvier 2014 - 13:53


Le Prix des lecteurs 2013, a été décerné vendredi dans le salon vert de la Collectivité Territoriale de Corse, en présence de Paul Giacobbi, député de la Haute-Corse et président du conseil exécutif de Corse et Dominique Bucchini,président de l’Assemblée de Corse. Deux ouvrages parus en 2013 on été primés, l’un en langue corse « L’Affreschi di a Santa Trinita » de Guidu Benigni paru aux éditions A Fior di Carta et le second en langue française « Les désorientés » d’Amin Maalouf membre de l’Académie Française édité par Grasset. Tout deux ont reçu un prix de 5 000 euros.


Amin Maalouf, écrivain franco libanais a déjà obtenu le Prix Goncourt en 1993 pour son ouvrage « Le Rocher de Tanios ». Aujourd’hui avec ce nouvel écrit, l’auteur met en scène Adam qui après vingt-cinq ans d’exil en Europe revient dans son orient natal, à la demande de son ami d’enfance mourant, avec lequel il était brouillé. De ce retour vers le passé, surgiront les souvenirs de guerre, de ses amitiés, de ces moments à débattre et à partager… Ce voyage devient alors un long questionnement sur ce que sont devenus tous ses amis, sur les chemins opposés qu’ils ont pu prendre, sur le bien et le mal, les idéaux et la politique, le courage et la fuite… Un chemin dans l’introspection, un regard sur les autres vingt-cinq ans plus tard, qui changera peut-être le destin d’Adam.
 
Guy Begnini ancien militaire, métier qui a comblé son goût des voyages, est aussi passionné d’histoire et de chevaux, écrivain (Prix du livre corse pour « Amadeu, u Turcu » Albiana, 2002), parolier (I Muvrini, Diana di l’Alba)…   « L’Affreschi di a Santa Trinita » est son dernier roman historique:
U capitanu Ors'Antone avia resu u so fiurinu d'argentu à Saveriu è ringraziendu lu, avia dettu :
- È ci hè una altra ragiò. Ancu di più impurtante. A vita chè aghju vissutu à traversu à tutte e mo vicende a m'hà insignata. Dopu à un silenziu, vistu l'ascoltu primurosu di u giuvanottu : "U stintu di a rivolta. Eccu l'altra ragiò. Esse ribellu ùn hè sempre, cum'elli a pretendenu certi, un pessimu difettu. Esse ribellu vole dì chì qualchì volta l'omu deve andà contr'à e lege imposte chì l'assuffocanu è u volenu sottumette à tutti patti, ch'elle sianu lege civile o religiose. D'una certa manera sfidà a sucietà, i parenti, u putere è ancu a murale. Una scelta di libertà, eccu u veru di a rivolta, una scelta di libertà. A capisci quessa ?"
Ne simu quì à l'epuca medievale, quella di u Quattrucentu è di u svegliu d'una sucietà surtita da l'addurmentu causatu da a sottumissione à i puteri signurili è religiosi. A rivolta di a "terra di u cumunu", sbucciata in cor di u seculu scorsu ci hè per assai. (http://www.afiordicarta.net/pages/l-affreschi-di-a-santa-trinita.html)
 
 





Dans la même rubrique :
< >

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine