Corse Net Infos - Pure player corse


Nanette Maupertuis : « Ne tapons pas sur l’Europe ! C’est notre seule planche de salut sur le plan économique »


Nicole Mari le Mardi 14 Avril 2020 à 14:15

Conseillère exécutive en charge des affaires européennes et internationales, présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), Nanette Maupertuis a rempilé, en février dernier, pour représenter la Corse au Comité européen des régions (COR). Lors du sommet d’investiture à Bruxelles, elle a été élue par ses pairs, vice-présidente de son groupe Alliance Européenne, représentante de la délégation française au bureau du COR, mais surtout vice-présidente de la toute puissante COTER (Commission de la politique de cohésion territoriale). Ses avis sur la coopération territoriale et l’entrepreneuriat dans les îles faisant autorité, le magazine Politico l’a désignée comme l’une des 10 personnalités les plus influentes parmi les 329 élus régionaux européens. Elle explique, à Corse Net Infos, à quel point, l’Union européenne (UE), malgré son retard à l’allumage, est essentielle pour sortir de la crise sanitaire et économique liée au COVID19.




Nanette Maupertuis, conseillère exécutive en charge des affaires européennes et internationales à la Collectivité de Corse, présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), membre du Comité européen des régions, vice-présidente du groupe Alliance Européenne, représentante de la délégation française au bureau du COR, et vice-présidente de la COTER. Photo Michel Luccioni.
Nanette Maupertuis, conseillère exécutive en charge des affaires européennes et internationales à la Collectivité de Corse, présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), membre du Comité européen des régions, vice-présidente du groupe Alliance Européenne, représentante de la délégation française au bureau du COR, et vice-présidente de la COTER. Photo Michel Luccioni.
- L’Europe a finalement, avec maints retards et difficultés, accouché d’un plan d’action face à la crise du COVID19. Peut-on dire : enfin ?
- Oui ! Era ora ! Il était temps que les Européens se mettent d’accord sur un plan qui n’est, pour l’instant, qu’un plan d’urgence. Il est à déplorer que la décision politique ait mis autant de temps à émerger. Toutes les tergiversations des dernières semaines entre les pays, que l’on appelle les Frugaux – Allemagne, Autriche et Pays-Bas – qui sont pour la rigueur budgétaire et l’application stricte du pacte de stabilité, au regard des pays qui souffrent douloureusement de la crise économique, comme l’Italie, ont été calamiteuses en termes politiques. Elles n’ont pas donné aux peuples européens la vision d’une Europe forte et unie face à une crise globale et systémique qui appelle des réponses basées sur la solidarité et une grande coordination des politiques publiques. C’est le moment de prouver ce que le mot « Union » veut dire !
 
- Ce ratage politique de l’Europe en ces circonstances dramatiques vous-a-t-il surpris ?
- Non ! L’Europe était déjà souffrante sur un plan politique au moment où la crise sanitaire est apparue. Souvenons-nous du Brexit, mais aussi de la crise migratoire à laquelle elle a été incapable de faire face, et auparavant de ses manquements lors de la crise économique grecque. Son projet politique était déjà fortement écorné. Lorsqu’arrive le choc du COVID19, il est tout à fait logique, même si c’est anormal, qu’elle n’ait pas su répondre en temps et en heure, d’une seule et même voix, aux attentes des populations en détresse. D’autant qu’elle n’est pas compétente dans le domaine de la santé. Par contre, si elle se met d’accord sur le plan politique, l’Europe a les moyens techniques pour agir sur le plan économique. Elle doit le faire avec un discours de solidarité et d’union, mais en s’appuyant sur les régions et en les mettant au centre des discussions, de la réflexion et des actions.
 
- Pourquoi ?
- La gestion de la crise passe par l’implication des institutions régionales et territoriales qui sont plus proches des citoyens. On a vu sur le terrain, notamment dans l’Est de la France, se manifester des élans de solidarité interrégionale dans le domaine médical sur la base de fonds européens ou de fonds régionaux en participation avec des fonds Etat. Il est très important que l’Europe et le Conseil européen en particulier aient conscience de l’importance de l’échelon régional sous peine de voir resurgir des relents de discours très jacobins, des discours de rigueur budgétaire qu’ont déjà tenus les Frugaux, voire des relents populistes qui ont surgi dans les contextes grec ou britannique… et qui prospèrent sur l’idée que l’Europe ne fait absolument rien. C’est faux ! Je le répète : l’Union fait et a les moyens techniques de faire.
 
- La cohésion territoriale est remise en cause dans le programme d’action post 2020. La crise du COVID ne la remet-elle pas de fait au cœur des priorités ?
- Absolument ! Les politiques de cohésion et de coopération territoriales européennes, aujourd’hui plus qu’hier, dans la situation d’urgence que nous connaissons, mais aussi demain, dans le cadre d’une reconstruction ou d’une relance, sont absolument nécessaires. Il semble que la Commission européenne et certains Etats l’aient compris. Le COR et la COTER ont été saisis d’un avis de la Commission qui porte sur deux aspects : d’abord, l’assouplissement dans la gestion des fonds structurels européens, notamment le FEDER et le FSE destinés au tissu productif, aux entreprises comme aux salariés et aux chômeurs. Elle demande, ensuite, d’éviter une centralisation des décisions au niveau des Etats pour toute la période post 2020. Le Parlement européen sera saisi le 16 avril sur cette question.

Nanette Maupertuis, lors de la séance d'investiture du nouveau Comité des régions à Bruxelles en février.
Nanette Maupertuis, lors de la séance d'investiture du nouveau Comité des régions à Bruxelles en février.
- Cette gestion calamiteuse de la crise du COVID fait dire à certains pays que l’on peut se passer de l’Europe. Est-ce le cas ?
- A mon sens, non ! On ne peut pas se passer de l’Europe ! Cela remettrait en cause un certain nombre d’acquis très forts depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est pas au moment où on doit affronter une crise qui risque d’impacter les économies européennes au même niveau que la crise de 1929 que l’on doit se passer du projet politique européen et de toute l’intelligence collective sous-jacente. L’Union, ce sont quand même des outils monétaire et budgétaire qui ont, certes, des travers, mais qui donnent aussi une force de frappe absolument nécessaire dans une perspective de reconstruction. Autant l’Europe n’est pas suffisamment armée, y compris sur le plan de son appareil juridique et règlementaire, pour affronter des situations d’urgences, autant elle a la capacité, si les Etats-membres s’entendent et s’appuient sur les échelons régionaux, de lancer un véritable plan Marshall, ce qu’aucun Etat tout seul ne peut réaliser. Pour cela il faut une véritable volonté politique. Enfin, il ne faut pas oublier que la 2nde guerre mondiale est en partie fille de la grande crise de 1929 et de l’accession au pouvoir des fascistes et des populismes exacerbés qui en a résulté en Europe. Aujourd’hui un repli des économies européennes sur elles-mêmes serait très préjudiciable. Alors, ne tapons pas trop vite sur l’Europe ! C’est notre seule planche de salut sur le plan macro-économique, c’est aussi un gage de paix. 

- Les conséquences économiques du confinement risquent d’être dramatiques. Quels sont les scénarii possibles selon vous ?
- Je ne jouerai pas les Madame Soleil pour une crise dont personne ne connaît ni l’amplitude, ni la durée. Quelque soit le scénario, il dépend indiscutablement d’au moins deux variables : la dynamique de la pandémie et les modalités du déconfinement. La gestion compliquée de la crise par l’UE comme les hésitations des Etats-membres reflètent bien cette incertitude. Néanmoins, un accord est survenu. C’est cela qu’il faut retenir. Tous les Etats ont accepté de remettre en cause l’orthodoxie budgétaire. Les discussions ont été plus serrées concernant le mécanisme européen de stabilité (MES) qui permet notamment à l’UE d’aider un Etat en difficulté, mais en l’astreignant à des critères et à des réformes structurelles. Cependant, les 27 ont réussi à voter un plan de 410 milliards €. Il faut aussi saluer la réponse monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui a injecté plus de 750 milliards € pour générer de la liquidité et faciliter les opérations de crédit au sein du système productif. S’y ajoute un accord de la Banque européenne d’investissement (BEI) qui met à disposition 25 milliards € pour garantir des prêts bancaires à hauteur de 200 milliards €. Enfin, des aides permettent aux Etats de financer le chômage partiel avec le fonds SURE doté de 100 milliards €.
 
- N’est-ce pas les Etats qui financent ce chômage partiel ?
- Certes ! Mais ce fonds aidera les Etats les plus en difficulté, là où l’assurance de chômage partiel est faible. De plus, l’assouplissement du règlement européen relatif aux aides d’Etat et le soutien de la BCE permettent aux Etats-membres de mettre en place plus rapidement les mesures sectorielles que nous connaissons aujourd’hui. Sans cela, l’ampleur de la réponse ne pourrait pas être la même. Aujourd’hui, la crise sanitaire a mis 3 millions de salariés en chômage partiel en France et des millions en Europe. Le chômage partiel évite les licenciements, cela permettra à l’économie de repartir très rapidement à la fin de la pandémie.
 
- Etes-vous favorable aux Corona Bonds ?
- Comme de nombreux économistes européens, je suis favorable à la mise en place de Corona Bonds, c’est-à-dire l’émission d’obligations – un emprunt européen - pour relancer les économies en crise. J’ai signé la pétition les réclamant. Les 27 ne sont pas encore parvenus à un accord parce que ces Corona Bonds impliqueraient une solidarité des différentes dettes européennes, ce que les Frugaux ne voient pas d’un bon œil. Ils craignent une contagion en cas de récession globale.
 
- Ces mesures seront-elles suffisantes ?
- Non ! Certainement pas ! Les politiques nationales et européennes s’égrènent au jour le jour par manque de visibilité sur la nature et l’ampleur de la crise et sur la durée de la récession à laquelle nous serons confrontés. Le Plan Marshall européen, qui est en cours d’élaboration, demandera un esprit de solidarité, une coordination absolument nécessaire entre tous les Etats et toutes les institutions européennes, ainsi qu’une gouvernance multi-niveaux qui associe, à la fois, le supranational, le national et le régional. Le Comité des régions a demandé à y être associé. Les régions devront être le niveau pertinent pour assurer l’articulation entre les plans macroéconomiques européens et nationaux tels qu’ils seront votés et la concrétisation de l’aide aux entreprises, aux salariés et aux plus démunis. Par ailleurs, si plan de relance il y a, il convient de réfléchir à des procédures très simplifiées pour les entreprises, les associations et les porteurs de projets. La complexité des procédures actuelles, qui accompagnent un projet FEDER ou FSE, doit être réduite. Les régions demandent cette simplification. Le niveau de contrôle et de certification devra également être abaissé tout en respectant des règles pour éviter les effets d’aubaine. La force d’un plan de relance réside dans sa volumétrie, sa rapidité et sa simplicité de mise en œuvre.

- Que pensez-vous de la réponse du gouvernement français en matière économique ?
- Il a réagi beaucoup plus vite que sur le plan sanitaire et avec beaucoup moins de tergiversations. Il est vrai que, depuis l’épisode de la crise grecque, les moyens à la disposition des Etats sont désormais connus. La France a lancé un Fonds national de solidarité d’un milliard € auquel participent à hauteur de 258 millions € les régions françaises. La Corse participe à hauteur de 1 million €, la contribution de chaque région étant calée sur le PIB et la démographie. Ce fonds vise à aider les TPE, les artisans, les commerçants, toutes les sociétés de moins de 10 salariés et réalisant moins d’un million € de chiffre d’affaires. Les personnes éligibles pourront bénéficier d’une aide de 1500 € par mois. La Corse, comme d’autres acteurs, a fait valoir que le critère exigible de perte de 70% du chiffre d’affaires pour émarger à cette aide n’était pas équitable dans la mesure où le confinement a débuté en milieu de mois. Bercy a tenu compte de nos arguments et ramené le critère à une perte de 50% du chiffre d’affaires par rapport à 2019. Cela semble technique, mais pour les récipiendaires, l’artisan, le commerçant, l’auto-entrepreneur, c’est du concret.
 
- Les accords bruxellois ont-ils modifié la donne ?
- Oui ! L’Etat et les régions étudient le doublement du fonds de solidarité. La quote-part des régions passera, selon Régions de France, à 500 millions €. La Collectivité de Corse serait, donc, amenée à verser 2 millions € au pot. Cela signifie que l’aide pourrait atteindre, selon les cas, pour les très petites entreprises, 2000 €, voire 5000 € par mois. A l’échelle régionale, nous discutons avec d’autres organismes de financement, comme la CADEC et la BPI, pour faire en sorte que les financements parviennent aux entreprises corses dans des délais les plus rapides possibles. Le président de l’Exécutif, Gilles Simeoni, a invité tous les partenaires bancaires à se réunir prochainement pour un échange sur la fluidité du crédit aux entreprises et aux particuliers.

- A quoi doit s’attendre la Corse dans ce contexte ? Etes-vous inquiète ?
- Bien sûr, je suis inquiète, mais très active. D’une manière globale pour la question sanitaire, même si la situation semble se stabiliser, le confinement reste impératif jusqu’au 11 mai prochain. Donc…Statevine in casa ! L’incertitude est encore grande sur ce qui se passera ensuite, sachant que cela pèsera forcément sur la reprise économique. Je suis également inquiète, évidemment, pour le secteur touristique qui a été, avec les transports, le premier secteur impacté au niveau mondial. Et ce sera, si j’interprète bien l’allocution du Président de la République, vraisemblablement l’un des derniers à être déconfiné. Comme la Corse dépend du tourisme pour ¼ de son PIB, voire 1/3 avec les transports, et connaissant ses effets leviers ou dépressifs sur le reste de notre économie, des difficultés économiques et sociales ne peuvent qu’apparaître. D’ores et déjà, l’avant-saison touristique est fichue. En fonction des règles de déconfinement que le gouvernement établira, y compris dans les autres régions et dans les transports, la saison 2020 pourrait être totalement compromise. Ce qui veut dire qu’une année entière serait perdue pour de nombreux pans de l’économie.
 
- Quel rôle pouvez-vous jouer au niveau local pour éviter le naufrage ?
- L’ATC travaille avec toutes les parties prenantes à établir différents scenarii dans ce domaine. La Collectivité de Corse a déjà mis en place, depuis trois semaines, un plan d’action d’urgence de 30 millions € qui concerne la trésorerie des entreprises, comme le soutien aux plus démunis. Nous sommes complètement mobilisés pour tenter d’amortir le choc, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une crise globale et systémique. Une région, quelque elle soit - ou même un pays - ne peut répondre toute seule à l’ampleur de la récession qui s’annonce. Et je le répète, une grande partie de la solution est dans les mains de l’Europe.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.



L'actualité | Municipales 2020 | Politique | Football | Sports | Culture | PAROLES | I santi | L'anniversari | Diaspora | iPhone | Avis de décès | Carta Bianca | A Table ! Les recettes des lecteurs | Tocc’à voi | Annonces judiciaires et légales













    Aucun événement à cette date.



Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047