Corse Net Infos - Pure player corse

A scola di a Trinita di Portivechju in mossa versu l’andatura Zeru Frazu è u bilinguissimu


Rédigé par H.B le Samedi 23 Septembre 2017 à 19:20 | Modifié le Samedi 23 Septembre 2017 - 19:37


19 septembre 2017, les problématiques de maintien des effectifs sont derrière nous et nos chères têtes blondes ont désormais fait le deuil du rythme estival pour vivre au rythme des temps scolaires. Dans les 227 écoles maternelles et primaires de l’île le corps enseignant porte - tout au long de l’année - de nombreuses initiatives pour accompagner les adultes de demain sur le long et difficile chemin de la vie en communauté. Rencontre avec Christine Marchetti, directrice de l’école de Trinité de Porto-Vecchio.


A scola di a Trinita di Portivechju in mossa versu l’andatura Zeru Frazu è u bilinguissimu
- Christine, vous êtes directrice de l'école primaire de Trinité de Porto-Vecchio depuis un an. Cette école entre ville et campagne, littoral et montagne compte 210 élèves, quel est le profil (sociologique, économique et ethnique) de ces élèves ?
- Oui, en effet depuis maintenant septembre 2016 j’ai pris la direction de l’école primaire Michelangeli-Marchetti de Trinité, après avoir été pendant 15 ans directrice de la maternelle, les deux écoles étant séparées jusque-là. On peut donc dire que je connais bien les élèves et les familles de mon école ! Ce sont des élèves de milieux sociaux hétéroclites, principalement d’origine française, mais également une forte présence marocaine et portugaise, et depuis peu polonaise. Ces familles d’origines étrangères sont très bien intégrées. Certaines d’entre-elles, mon équipe et moi-même les côtoyons depuis des années, et des liens de respect mutuel se sont tissés au fil des ans.  


- Rencontrez- vous des difficultés particulières relatives à la situation de l'école ?
- Je ne crois pas que mon école rencontre des difficultés particulièrement différentes des autres écoles ! Bien au contraire, je pense avoir la chance d’être à la tête d’une équipe pédagogique stable, qui se connaît depuis longtemps, animée par le souci du bien-être et de la réussite de chaque élève. Sa petite structure  permet une proximité avec les familles qui facilite notre travail au quotidien.      

A scola di a Trinita di Portivechju in mossa versu l’andatura Zeru Frazu è u bilinguissimu
- Votre école est bilingue et les élèves sont sensibilisés tout au long de l'année à la démarche Zéro Déchet, peut-on parler d'une école pilote et engagée ?
- ​La maternelle (3 classes) est en effet bilingue comme sont amenées à l’être toutes les maternelles en Corse. Au primaire, nous sommes en train de mettre en place la filière bilingue : une enseignante est déjà habilitée, trois autres se sont inscrites au grand plan de formation corse mis en place depuis l’an passé dans l’Académie. Quant aux autres, des échanges de services sont mis en place avec les enseignantes de maternelle habilitées. Par ailleurs nous sommes très sensibles à la démarche zéro déchet, en effet cela fait des années que nous pratiquons le tri sélectif dans notre école c’est dans cette logique que l’année passée nous sous sommes inscrites au programme Ecoscola mis en place par le Syvadec. Ainsi, nous avons reçu notre labéllisation fin juin 2017.    

 

- Expliquez-nous en détail les actions menées en faveur de l'environnement et du tri.
- Nous recyclons bien évidemment le papier, ainsi que les emballages (containers présents aux abords de l’école), mais aussi les stylos et feutres par le biais de l’association Inseme, les cartouches d’encre et les vieux portables (LVL), les bouchons en plastiques, les boites à œufs (ferme d’Alzeta ), les piles (Syvadec), mais aussi beaucoup de matériel avec lequel nous fabriquons des objets mis en vente au profit de l’école à notre marché de Noël (ampoules, boîtes de sardines, bouteilles en verre, capsules de café, bouchons en liège...).     

 

- Au cours de cette rentrée 2017, le débat a été posé autour de la question des écoles en immersions, souhaitez-vous que votre école puisse devenir une école en immersion.
- Je pense que pour mon école le chemin est encore loin... Essayons d’abord de mettre en place une filière bilingue de qualité, formons nos enseignants dans cette optique. En 20 ans, depuis ma première rentrée scolaire en tant qu’enseignante, la Corse a bien évolué dans ce sens là ... Ma a strada è sempri longa... Spergu chì da quì à 20 anni ci ghjiunghjeremu ! Forza !





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie