Corse Net Infos - Pure player corse

"Serpentex" jusqu'au 27 Mars à Solenzara : "Un surcroît d'activité qui profite au tissu économique"


Rédigé par le Mercredi 16 Mars 2016 à 17:52 | Modifié le Mercredi 16 Mars 2016 - 20:22


Depuis le début du mois de Mars la BA 126 Ventiseri-Solenzara vit au rythme de l'exercice "Serpentex". Un exercice international qui concentre dans la région un millier de personnes avec des effets induits directs sur l'économie locale. Les explications du colonel Marc Le Bouil.


Le colonel Marc Le Bouil
Le colonel Marc Le Bouil
- Que représente cet exercice pour la base et pour la région?
- Pour la base, c'est un exercice majeur d'entraînement et de préparation opérationnelle. Pour la région, un surcroît d"activité naturelle aussi bien sur la base aérienne que tout autour. Je pense notamment à l'hôtellerie et aux restaurants - il y a quand même 800 personnes qui sont là pendant plus de 3 semaines. L'impact économique n'est pas facile à traduire, mais "Serpentex" représente un incontestable surcroît d'activité sur une période qui n'est pas la plus favorable sur le plan touristique.

- A la base aussi ça bouge ?
- Oui, mais cela est au cœur de notre fonctionnement. La base est faite pour travailler sur ces pics d'activité : elle doit être capable de faire venir 800, 1 000 militaires pour, à partir de ses structures, soit conduire des opérations , soit réaliser des exercices majeurs de préparation opérationnelle - c'est le cas de Serpentex aujourd'hui comme ça été le cas au mois d'Octobre pour l'exercice Gorgonne.

- Pourquoi Solenzara ?
- Cette base à l'avantage d'avoir dans son environnement  de très beaux espaces d'entraînement. Des espaces maritimes et des espaces au-dessus de la Corse.  Et  elle a toujours eu cette vocation, et elle l'a développé, d'accueillir, parce que elle a les moyens de le faire, de gros exercices avec des structures de commandement mais aussi de conduite des opérations. Et puis on sait, aussi, que le tissu économique autour de la base permet d'absorber cette activité, de loger des personnes, de les restaurer.  A travers cet exercice nous poursuivons également toutes les actions de partenariat avec l'environnement local de la base où elle est bien insérée. Il y a, c'est vrai, plus de bruit que d'habitude et il y a des nuisances sonores que l'on ne peut pas nier, mais on les limite aux justes besoins.  On profite aussi de cet exercice pour faire venir, dans le cadre du lien Armée-Nation, des jeunes élèves des établissements avoisinants. On leur montre ce qu'est l'esprit défense et ce que sont les opérations militaires aujourd'hui.

- Que diriez vous aux personnes qui se plaignent des nuisances ?
- Il faut qu'il sache que nous étudions systématiquement chacun des vols qui s'effectuent ici de façon à limiter ces nuisances, aussi bien à travers la bonne hauteur de vol, de la bonne vitesse, des zones de passage - il ne faut pas qu'elles se situent à la hauteur des zones peuplées et qu'elles ne se déroulent pas toujours au-dessus des mêmes endroits. Il y a, sur tous ces plans, un travail de suivi très important et nous allons à la rencontre des gens qui se plaignent, afin de déterminer précisément avec elles  ce qui s'est passé et si les nuisances constatées sont intervenues dans un cadre d'activité normale ou pas.

L’ exercice de préparation opérationnelle des forces aériennes « SERPENTEX » a débuté le 7 mars et s’achève le 25 mars sur la base aérienne 126 de Solenzara. 

Les objectifs de cette préparation opérationnelle sont d’assurer l’interopérabilité des forces  françaises et de les entraîner en interarmées et en interalliés aux procédures actuelles d’appui aérien. 12 nations participeront à SERPENTEX, dont 10 de l’OTAN.

 

Dans le domaine de l’appui aérien rapproché, SERPENTEX est la référence européenne des exercices interarmées et interalliés. Il vise, à former les équipages au sol et en vol avant un déploiement sur un théâtre d’opérations extérieures. En termes d’appui aérien rapproché (CAS–Close air support), SERPENTEX est devenu incontournable pour éprouver les équipages des chasseurs ainsi que les spécialistes du guidage aérien au sol, les contrôleurs aériens avancés (Forward Air Controller – FAC).


Cette édition de SERPENTEX inclue notamment des missions de type de transport aérien tactique et d’attaques combinées avec des hélicoptères. Elle vise à maintenir les compétences interarmées acquises dans le domaine des engagements de contre-insurrection et de contre-terrorisme, mais développe aussi des modes d’actions plus offensifs.

 

L’armée de l’air déploie pour cette édition de nombreux moyens aériens dont les Rafale, des Mirage 2000D, Mirage 2000N, Mirage 2000-5, Fennec, C160, Casa, drone Harfang, E 3F (awacs) et au sol plusieurs équipes JTAC (Joint Terminal Attack Controller - équipes de contrôle et d’appui aérien français et étrangers ) ainsi que des commandos parachutistes de l’air (CPA). 

Parmi les nations étrangères, les F18 espagnols, AMX et KC-767 Italiens, Hawk britanniques, B52 américains, F16 belges et Learjet allemand.






Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85349 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40811 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345