Corse Net Infos - Pure player corse

Assises de la Corse-du-Sud : 20 ans de réclusion criminelle pour Paul-Roch Martini, 5 ans avec sursis pour Gérard Martini


le Samedi 1 Février 2014 à 16:23 | Modifié le Samedi 1 Février 2014 - 17:30


C’est le verdict qui a été prononcé par la Cour d'Assises, tard dans la nuit de vendredi à samedi, à l’encontre de Paul-Roch Martini et de son père Gérard Martini. Le premier a été reconnu coupable de viol et de coups mortels sur sa compagne Joanna Tavera, décédée le 21 septembre 2010 au domicile de Cauro. Le second, Gérard Martini, a été reconnu coupable de non-assistance à personne en danger.


Les peines prononcées à l'encontre des deux hommes sont toutefois bien inférieures à celles demandées par l'avocat général au cours de son réquisitoire. La défense se dit « satisfaite de la peine prononcée ». (DR)
Les peines prononcées à l'encontre des deux hommes sont toutefois bien inférieures à celles demandées par l'avocat général au cours de son réquisitoire. La défense se dit « satisfaite de la peine prononcée ». (DR)
C’est au terme de deux heures de délibéré que le verdict est finalement tombé, tard dans la nuit de vendredi. Paul-Roch Martini a donc été condamné à 20 années de réclusion criminelle. Reconnu coupable de viol et de coups mortels sur sa compagne Joanna Tavera dans la nuit du 21 septembre 2010 au domicile de Cauro (Corse-du-Sud).

Des peines infligées bien inférieures à celles réclamées par l’avocat général lors de son réquisitoire vendredi soir
Cette condamnation est toutefois inférieure aux réquisitions de l’avocat général de la Cour d’Assises de Corse-du-Sud, qui dans son long réquisitoire vendredi soir avait réclamé 30 années de réclusion criminelle, soit la peine maximale encourue par Paul-Roch Martini.
Mais la qualification de « viol mortel » n’a pas été retenue par les jurés.
Par ailleurs, l’avocat de la défense Maitre Jean-Marc Lanfranchi avait plaidé l’acquittement de Paul-Roch Martini pour les faits de viol. Mais les jurés n’ont pas suivi cette requête.
Le père du meurtrier, Gérard Martini a, pour sa part, été reconnu coupable de non-assistance à personne en danger et condamné à 5 ans de prison avec sursis.
Là aussi, la peine prononcée par les jurés est inférieure aux réquisitions de l’avocat général qui avait demandé 5 années de prison, dont 2 ans fermes.

L’intense émotion de la famille de Joanna Tavera à l’énoncé du verdict
L’émotion a donc été particulièrement intense à l’énoncé du verdict. Et particulièrement pour les parents de la victime.
La mère de Joanna Tavera, Josiane Tavera, avait réclamé la vérité lors d’un face à face avec le meurtrier présumé de sa fille dans l’après-midi de vendredi. « Je veux la vérité, je veux savoir ce qu’il lui a fait » avait t-elle dit, en croisant le regard de Paul-Roch Martini dans le box (voir par ailleurs notre article complet).

« Je ne sais pas si c’est fini. Ma fille n’est pas là… J’ai beau chercher, elle n’y est pas, c’est tout…»
C’est donc un sentiment profondément ambivalent qui s’est emparé de Josiane Tavera à l’énoncé du verdict. « Je ne sais pas si c’est fini… Ma fille n’est pas là… J’ai beau chercher, elle n’y est pas, c’est tout, c’est tout… » a-t-elle dit, visiblement sous le coup d’un choc, éminemment compréhensible.
Un mélange hétéroclite de soulagement et de déception.
Le soulagement que soit enfin reconnus la responsabilité de Paul-Roch Martini dans le meurtre de sa fille Joanna et le véritable supplice vécu par la jeune femme.
Mais également de dépit à l’annoncé du verdict et des peines prononcées, bien inférieures à celles réclamées par l’avocat général lors de son réquisitoire.

Paul-Roch Martini n’a pas eu un seul mot envers la famille de Joanna Tavera…
Et quelque part sans doute aussi une amertume face au mutisme du meurtrier de sa fille, qui n’a pas eu un seul mot d’excuse ni de compassion envers les parents et les proches de Joanna Tavera.
Enfin, sur l’aspect de la procédure, les deux parties (partie civile et défense) ont 10 jours pour faire appel de ce jugement s’ils le souhaitent.

Yannis-Christophe GARCIA

> RÉACTIONS >
Maitre Jean-Michel Mariaggi, avocat de la partie civile
« Nous attendions quelques mots de l’accusé, nous ne les avons pas eu. Mais ce verdict nous donne la vérité de ce dossier. Joanna Tavera a bien été violée et battue à mort par Paul-Roch Martini ».

Maitre Jean-Marc Lanfranchi, avocat de la défense
« Compte tenu de l’émotion suscitée par ce dossier, nous pouvons être satisfaits de la peine prononcée ».

SAVOIR +
Lire également notre chronique de la première et seconde journée du procès, de la troisième journée ainsi que notre article de rappel des faits




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 11:10 Après les incidents : ACA, une décision courageuse

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Justice
Philippe Jammes | 23/06/2016 | 6429 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 6