Corse Net Infos - Pure player corse

Air Corsica prend en charge sa commercialisation


Rédigé par le Mercredi 8 Juin 2016 à 14:36 | Modifié le Jeudi 9 Juin 2016 - 01:54


Evolution, mutation, challenge : ce sont les mots qui revenus le plus souvent mercredi matin à Poretta dans les propos de Jean Biancucci, président du conseil de surveillance d'Air Corsica à l'heure de présenter un changement majeur dans la vie de la compagnie : la commercialisation des vols Air Corsica qui, sur le bord, à bord était assurée, pour l'essentiel, par Air France, sera désormais le fait de la compagnie régionale.


Autour du président du conseil de surveillance Philippe Dandrieux, président du Directoire, Hervé Pierret, membre de ce même Directoire et Jean-Baptiste Martini, directeur commercial et Marketing, qui ont participé un peu plus tard à l'inauguration des locaux commerciaux à l'aérogare de Bastia-Poretta, ont rappelé comment afin d'offrir à ses clients le service de qualité qu'elle leur doit la direction "commercial et marketting" de la compagnie a été entièrement repensée afin d'accompagner cette nouvelle chaîne de commercialisation mise en place depuis plusieurs mois déjà.


Désormais la commercialisation, opérée  jusqu'alors par Air France, agent général d'Air Corsica,  est sur le "bord à bord" effectuée par Air Corsica ainsi que l'imposent les évolutions des nouvelles délégations de service public, effectives depuis Mars 2016. Mais c'est aussi, et surtout la maturité commerciale d'Air Corsica, qui va de pair avec ses objectifs de productivité,  qui a abouti à ce résultat : aujourd'hui la compagnie  traite directement la totalité des clients du"bord à bord" et des lignes hors le service public.
Une avancée notable, "un challenge" ainsi que l'a qualifié Jean Biancucci, qui va amener les équipes de la compagnie à passer en moins d'un an d'une commercialisation  de 30 à 100% de billets vendus sur le code d'Air Corsica, mais encore d'intégrer tous les outils et procédures  de distribution via les agences de voyage, les ventes en lignes, les groupes, d'autant que,depuis novembre 2015, toutes les agences de voyage françaises agréées IATA peuvent émettre des billets directement sur titres Air Corsica et non plus sur Air France.
"Mais nous ne sommes pas contre mais avec Air France" a rappelé au passage Hervé Pierret.


Air Corsica n'en a pas moins été contraint de s'adapter à cette évolution.
Dès lors il convient, comme allait le détailler, Jean-Baptiste Martini, faciliter au maximum la relation clientèle "avant et après".
Avec avant le vol un service individuel au client qui pourra acheter son billet via trois canaux sur le site www.aircorsica.com, par l'intermédiaire de l'accueil téléphonique (0 825 35 35 35) assuré par les agents de la compagnie basés à Bastia-Poretta - Calvi y participe aussi - et par l'accueil dans les comptoirs de vente de Corse, de Nice et de Marseille.
Un service, base à Ajaccio, est également dédié au client professionnel (0 809 10 11 20) pour lui assurer une assistance commerciale adaptée (entreprises,  agences de voyages, groupes etc...)
Le dispositif est complété par un service adapté au transport des malades - billets CPAM, billets à caractère médical-  (0 809 10 11 30) ainsi que par le service "avant et après le vol", "un service sur mesure pour le client individuel en cas d'irrégularité", avec  en cas d'incident prise en charge du passager de bout en bout par une seule et même équipe ( 0 809 10 11 05).

Pour Philippe Dandrieux "il s'agit là d'un changement important" pour Air Corsica. "Les temps changent, notre compagnie aussi" en rappelant encore que la compagnie avait "pris, à cette occasion, un tournant historique."

En terminant Jean Biancucci n'a pas manqué, au-delà des aspects de l'évolution qui venait d'être évoquée, de mettre l'accent sur la qualité des hommes de la compagnie - " l'élément humain"-  sur leur savoir-faire fort de 25 ans d'expérience, de faire part de son "respect" aux employés "qui seront associés au challenge en cours" et de donner un coup de chapeau à la base Air Corsica de Bastia forte de 19 agents à la base technique, de 8 agents et de 3 CCD à l'accueil téléphonique des clients, de 6 agents au centre de formation, de 10 agents et 4 CCD au service catering et enfin  de 59 personnes à la base des personnels navigants.


A l'heure des questions, on a appris que ces changements n'allaient pas entraîner d'embauches supplémentaires, qu'il n'était pas davantage question de plan social même si le conseil de surveillance avait donné mission à un de ses membres de "faire une évaluation de la situation de la compagnie afin qu'au prochain conseil de surveillance il soit possible de préciser les choses et avancer'" 
"L'avenir de la compagnie c'est aussi qu'on le veuille ou non, une certaine forme de remise en cause"
a ajouté Jean Biancucci.
"Il faut être plus performants, plus dynamiques, plus en adéquation avec le marché ce qui ne veut pas dire pour autant que nous sommes sur une démarche  de copie ou de photocopie d'un low cost. Il s'agit de trouver notre propre voie, avec notre propre identité, avec la somme de savoir-faire que nous avons, avec un effort plus conséquent sur l'aspect commercial."



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Economie
Charles Monti | 03/06/2016 | 4063 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Economie
Philippe Jammes | 09/05/2016 | 3589 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 10