Corse Net Infos - Pure player corse

10 ans de recherches sur l'Histoire des familles corses


Rédigé par le Vendredi 15 Juin 2012 à 10:00 | Modifié le Mardi 6 Novembre 2012 - 10:19


Les deux étages de la Maison de la Corse de Marseille bourdonnaient comme une ruche au tout début de ce mois de Juin où l'association  Recherche sur l'Histoire des Familles Corses célébrait son dixième anniversaire. Dans chaque pièce, les murs comme les tables et les bureaux témoignaient de l'activité de l'association et de ses  adhérents. Plusieurs écrivains, conférenciers, artistes  avaient tenu à concourir à la célébration de cet anniversaire.


10 ans de recherches sur l'Histoire des familles corses

De nombreuses personnalités ont également honoré de leur présence la manifestation. On citera René Olmetta vice-président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jacques Rocca Serra, adjoint au maire de Marseille,  Patrick Padovani, également adjoint au maire de Marseille accueilllis par Jean Grazi, président de la  Fédération des Groupements Corses de Marseille et des Bouches-du-Rhône et du comité de coordination des Corses de l'extérieur et par Christiane Padovani, présidente de la RHFC.
Sur place nombre d'expositions retanaiet l'attention.

La Corse d "Il y a 100 ans" revivait pour nous au travers des quelques trois cents  photos réunies par les adhérents de l'association, représentant pratiquement toutes les régions de Corse, ses habitants, ses villages, ses viles. 

La Corse était également illustrée par un impressionnant panneau garni de figurines portant les costumes traditionnels régionaux tirées du livre "le costume traditionnel corse de Rennie Pecqueux-Barboni, et précédé par un mannequin de chaque sexe vêtu d'un costume traditionnel ancien prêté par des adhérents, le tout réalisé par Danielle D'Accorsi, de la RHFC

 

Grâce au professeur Marie-Pierre MARCHINI, le collège Simon VINCIGUERRA affichait sous le titre « Vieux lycée de Bastia » les nombreuses promotions d'élèves et les enseignants qui ont défilé dans ses murs depuis le début des années 1900…jusque dans les années 60.

On pouvait encore remonter dans le temps jusqu'au XVIeme siècle avec Michèle PENTAGROSSA adhérente, au travers des panneaux qui présentaient les sagas des familles de quelques grandes figures corses qui ont réussi et contribué à la prospérité de Marseille comme à la renommée de la France hors des frontières, telles celles des LENCHE, d'ORNANO, PORRATA, LIBERTAT, NAPOLLON, CIPRIANI GASPARI, FRANCESCHI, ROUX DE CORSE... et des alliances qu'elles ont nouées avec de grandes familles provençales comme les de FORBIN, de PONTEVES, de GARDANNE, RIQUETTI de MIRABEAU, de CASTELLANE, de FORESTA,  de GLANDEVES,  BORELY, de COVET-MARIGNANE…

 

Mais on pouvait aussi voyager dans le monde et notamment vers l'Amérique du Sud avec Marie TOMINI, adhérente, grâce aux panneaux présentant les familles de certains de nos compatriotes dans leur seconde patrie: Ainsi, par exemple:  les GIAFFERI au BRESIL, les MORELLI-LAVEZZI au CHILI, les TOLLINCHE à PORTIO-RICO, les DEFFENDINI, RAFFALI ou encore HURTADO-FELCE au Vénézuela, avec pour certaines leur arbre généalogique reconstitué en partie grâce à l'aide de la RHFC.

 

Nos contemporains corses de Marseille n'étaient pas oubliés avec un coup d'oeil sur des fragments de vie des corses du Panier au travers de photos des années 50-60 : apéritif au bar tenu par un compatriote du même village, concours de boules dans la cour de la Vieille Charité avant sa réhabilitation, réunion politique de la SFIO, repas donné en l'honneur de Juliette GRECO, de père corse  au Panier etc...

 

L'île de Corse ne pouvait pas être évoquée sans passer par la voie maritime: Grâce à l'exposition de l'Association FRENCH LINES, présentée par Christelle HARRIR,  nous avons pu mieux connaître  l'histoire des liens entre la  TRANSAT et la Corse depuis la fin du XIXeme siècle et voir l'évolution des différents navires en service sur cette ligne.

La TRANSAT a transporté  les passagers de et vers la Corse depuis 1880,  d'abord comme escale sur la route vers les ports du Maghreb,  aux côtés notamment de la Compagnie FRAISSINET et d'autres encore, et ce jusqu'en 1948, année où le gouvernement français décida de confier le transport des passagers à la seule TRANSAT au détriment de la Compagnie FRAISSINET.

Cette décision a représenté un virage pour la Compagnie, notamment avec des innovations  au niveau de la flotte comme par exemple la création des ferries, construits dès 1958 et mis en service dès janvier 1960 sur la ligne de Corse, les navires traditionnels continuant à desservir le Maghreb.  Cette évolution couplée avec les indépendances des pays du Maghreb s'est traduite par une inversion du volume du trafic passagers entre le Maghreb et La Corse. A partir de 1976, la TRANSAT fusionnée entretemps avec la Compagnie MIXTE, donnait naissance à une nouvelle compagnie: la SNCM.

      
L'ART était aussi à l'honneur: Florence HUTTER peintre, et Marianghjula ANTONETTI-ORSONI, poète et adhérente de la RHFC, nous ont fait profiter de leur exposition croisée:  Peinture et poésie, «  porte di Casinca aperte a puesia » avec des tableaux aux couleurs tendres et gaies et des poésies inédites.

 

Les associations culturelles corses

Ainsi, l'Association PETRE SCRITTE qui depuis 1989, inventorie le patrimoine historique, architectural et religieux des 18 communes du CAP CORSE et y consacre publications, conférences, visites guidées...,

Le C.E.R.H.L (Centre d'Etudes et de Recherches  Historiques de LUMIO (Balagne)  qui étudie l'histoire du village depuis l'époque préhistorique, sous différents angles: patrimoine religieux, architectural, coutumes, évolution de la vie au village, de son commerce de son artisanat...

 

L'Association pour l'Etude de l'Histoire  et la Généalogie de MONTICELLO (Balagne) qui partage ces mêmes objectifs et travaille aussi sur la généalogie de certaines familles qui remonte parfois jusqu'au 15eme siècle,  tout cela faisant l'objet de publications, dont certaines dues à Bernard NEGRETTI, l'un de nos adhérents qui la représentait.

 

Enfin, l'Association Culturelle et Sportive d'ERSA (Cap Corse)  avec ses nombreuses publications – contenant  un bon nombre d'articles de notre adhérent Claude CAZEMAJOU PIZZINI -  sur l'histoire du Cap Corse, de ses marins, de ses tours génoises, des descendants des capcorsins émigrés aux Amériques et qui reviennent aux sources, comme l'a si bien montré le film « Hello Cuginu » ...

 

La généalogie dans tous ses états
Sur le stand de la RHFC, on pouvait trouver toutes les publications faisant état des travaux de recherche des adhérents: Relevés par commune, recensements, monographies des villages, livrets sur les corses de différents pays d'Amérique du Sud, bulletins semestriels ...

Tout visiteur interéssé pouvait bénéficier des conseils et des informations délivrés par les différents ateliers animés par nos adhérents:  qu'il s'agisse de débuter sa généalogie avec jean-Michel DREUMONT de s'initier à la lecture et au relevé d'actes anciens des XVIIe et XVIIIe siècles écrits en latin ou en italien avec Lucie BARRAL, Antonia BARTOLOMEI, ou à la recherche sur internet, de se familiariser avec les logiciels de généalogie ou d'accéder à la base de données de l'association pour essayer de retrouver des ancêtres avec Anne-Marie BUTTAFOGHI ou de découvrir avec Marielle CECCONI comment la psychogénéalogie peut aider à mieux décripter l'origine de certains de nos comportements ou le lien entre des évènements de notre vie et de celle  de nos ancêtres.

Toujours dans le cadre de la généalogie, en perspective pour juin 2013, à Pietranera, sous le Haut Patronage de Jacky PADOVANI, Maire de San Martino di Lota et premier vice-président du conseil général de Haute-Corse, l'organisation par la RHFC d'une rencontre entre les nombreux porteurs du patronyme PADOVANI afin mieux cerner son origine, échanger  sur l'histoire de leurs familles et sans doute rencontrer des cousins.

Enfin, on pouvait examiner les arbres généalogiques de certains de nos adhérents,  particulièrement impressionnants, remontant  jusqu'aux années 1700.

Marie-Françoise MARANINCHI-ATTARD, auteur du livre «Le Panier, village corse à Marseille » expliquait dans sa conférence sur les « Lieux de mémoire de la migration corse à Marseille »  l'arrivée des jeunes corses, qui venaient chercher un travail, ou un embarquement sur un bateau auprès de compatriotes de leur village déjà installés à Marseille, majoritairement dans le quartier du Panier, le jeu des solidarités, les amicales, tout ce qui permettait de garder un lien fort avec le village et la Corse.

Rémi LACASSIN et Alexandre JACQUIN ont consacré un livre à la tragédie du stade de FURIANI et à ses conséquences «   FURIANI - 20 ans ».  Cet ouvrage à but caritatif a été publié par un collectif de journalistes bénévoles de la section Provence de l'Union des Journalistes de Sport en France, dont les  bénéfices récoltés par la vente serviront à l'achat de lits médicalisés pour des hôpitaux de Marseille ou de Corse.

Josette CECCALDI  était là avec deux de ses ouvrages: « Les CECCALDI » et « EVISA et le SIA » et présentait son nouveau livre : « Les seigneurs de LECA et leurs descendants (CANAVELLI-COLONNA)» qui sera présenté en Corse au cours de l'été 2012, toutes oeuvres qui donnent une large place à la généalogie,

Avec le livre de Rennie PECQUEUX- BARBONI « Costumes de Corse - Pannu è panni» un autre aspect de la culture corse était visible au travers des magnifiques couleurs et  textures des tissus de ces costumes, par ailleurs mis à l'honneur sur des panneaux de l'exposition.

Dans ses ouvrages intitulés «100 marseillais» publiés en trois tomes, Luc ANTONINI, journaliste, écrivain... et généalogiste, nous permettait de mieux connaître les grandes familles provençales mais aussi leurs descendants, restés dans notre ville ou ayant quitté la région et  les liens  du sang, souvent insoupçonnés, qui les unissent. Parmi eux, bien entendu  des corses.

 

Les projections

Le film documentaire « DES NAVIRES, DU RHUM ET DU CACAO » de la réalisatrice Malena RONCAYOLO née à CARACAS, raconte l'histoire de l'immigration de familles corses dans les îles des Caraïbes, sur le continent sud-américain, et en particulier au Vénézuela depuis la fin du XVIIe siècle. Les différentes générations d'émigrants corses sont associées à l'histoire et notamment l'histoire économique de ce pays  via l'exploitation et le commerce du cacao, principale ressource,  jusqu'au boom du café et du pétrole et à l'exploitation minière.  Ces corses se sont très rapidement intégrés dans leur nouveau pays et ont largement contribué au développement  du Vénézuela dans tous les domaines.

 

Jean-Louis DEVEZE est venu présenter le FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE  LAMA (Haute-Corse) qui fêtera sa 19eme édition du 28 juillet au 3 août 2012. Grâce au travail de quelques passionnés de cinéma aidés des habitants du village pour monter ce festival, ce petit village a accueilli les plus grands noms du cinéma national et international. Ce festival  a su allier culture et ruralité et chaque été, ses quatre sites de projection accueillent en plein air et sous les étoiles les festivaliers qui viennent apprécier longs-métrages inédits, en avant-première ou rarement diffusés, courts métrages et documentaires, d'origine française, européenne ou locale. Le festival comprend aussi des conférences, tables-rondes, programmes pour les enfants, animations musicales...

Cette journée très dense a permis à tous, adhérents comme invités de s'enrichir de tous ces aspects de la culture corse,  assurément bien vivace, et à partager amitié et convivialité, dont le point culminant fut la Veghja corsa, animée par les chants traditionnels corses de Jo MORACCHINI et de son orchestre.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 13940 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8552 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
Michela Vanti | 03/12/2016 | 7438 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 28