Corse Net Infos - Pure player corse

Un employé de la CAB se dit victime d’ostracisme politique


Rédigé par Nicole Mari le Samedi 22 Décembre 2012 à 21:47 | Modifié le Dimanche 23 Décembre 2012 - 01:37


José Giabiconi, employé à la Communauté d’agglomération bastiaise (CAB), accuse la Mairie de Bastia de l’avoir écarté d’une promotion interne à cause de ses opinions politiques et du soutien qu’il a affiché envers Gilles Simeoni, lors des dernières élections législatives. Le Président de la CAB, Emile Zuccarelli, incriminé, a refusé de répondre.


Un employé de la CAB se dit victime d’ostracisme politique
C’est, en tenue de travail et entouré des militants d’Inseme per Bastia, que José Giabiconi a tenu à dénoncer cette situation.
« Tous mes collègues de travail ont eu une promotion interne, sauf moi. Alors que je suis quelqu’un de sérieux, d’honnête et de travailleur. J’ai 12 ans d’ancienneté et des états de service irréprochables. Le seul motif que l’on m’a reproché, c’est d’avoir ouvertement soutenu Gilles Simeoni aux dernières élections. Mes chefs de service m’ont fait comprendre que des élus de la mairie de Bastia, qui siègent à la CAB, ont mis un veto à ma promotion ».
Agent technique, José Giabiconi devait passer « agent principal, classe 2 » avec une augmentation de salaire. Cet avancement, à quelques années de la retraite, était très important pour ce père de famille de 55 ans qui, depuis, ne décolère pas.
« Je suis un homme libre. J’ai le droit de m’exprimer, de fréquenter et de voter qui je veux. S’ils veulent me menacer comme ça, ça ne marche pas ! Ce sont des pratiques que la mairie de Bastia fait depuis des années. On s’attaque à la liberté individuelle. C’est de la discrimination ! ».
Un autre agent aurait subi la même sanction pour les mêmes raisons, mais n’a pas souhaité témoigner. « Je m’exprime à titre personnel. Mais, nous étions deux promouvables à ne pas avoir eu de promotion. L’autre agent aurait été vu en train de poser des affiches pour Gilles Simeoni, alors que ce n’est pas le cas. Moi, je l’ai fait et je le dis. On m’a fait payé ma présence aux meetings et mon soutien ».
José Giabiconi entend introduire un recours au Tribunal administratif pour « essayer de récupérer ce qui me revient de droit ».
Craint-il d’autres représailles ? « Avant, j’étais inscrit à l’encre rouge, maintenant, je le suis à l’encre noire ! Mais, ça ne me dérange pas ! Personne ne me fait peur ! ».
Directement visé, le Président de la CAB, Emile Zuccarelli, a refusé de répondre à ces accusations, se contentant de botter en touche. «  Il y a des instances qui examinent ces promotions. Je ne vais pas en discuter devant l’opinion. Que les syndicats se penchent là-dessus, c’est leur rôle, mais ce n’est pas de la compétence de Mr Simeoni qui n’est même pas à la CAB. Arrêtons ! On est à un niveau dérisoire ! ».
 
N.M.




Dans la même rubrique :
< >

Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes