Corse Net Infos - Pure player corse

Prunelli-di-Fiumorbu : L’opposition dénonce un vote du budget « à la hussarde » et une gouvernance dictatoriale !


Rédigé par Nicole Mari le Dimanche 12 Avril 2015 à 22:57 | Modifié le Lundi 13 Avril 2015 - 02:02


L’opposition de Prunelli-di-Fiumorbu a quitté, vendredi soir, la séance du Conseil municipal pour protester contre la façon dont a été voté le budget. Les quatre élus d’Un Soffiu Novu per Prunelli, le Dr André Rocchi, Dominique Villard Angeli, Christian Paoli et Jean-François Ottomani, dénoncent un document mal ficelé, truffé d’erreurs et incomplet, des ajouts de dernière minute dont ils n’ont pu prendre connaissance, et, surtout, la gouvernance dictatoriale du maire, Pierre Siméon de Buochberg. Explications, pour Corse Net Infos, du Dr André Rocchi, leader de l’opposition.


Le Dr André Rocchi, leader de l'opposition d’Un Soffiu Novu per Prunelli au Conseil municipal de Prunelli-di-Fiumorbu.
Le Dr André Rocchi, leader de l'opposition d’Un Soffiu Novu per Prunelli au Conseil municipal de Prunelli-di-Fiumorbu.
- Que s’est-il passé, vendredi soir, lors du Conseil municipal ?
- Nous devions, vendredi soir, voter le budget de la commune et donner notre approbation sur les comptes, compte administratif, compte de gestion, compte d’exploitation. Notre commune ayant dépassé 3500 habitants, la présentation de ces comptes demande beaucoup de sérieux et de professionnalisme. En particulier, le budget qui est un élément essentiel dans la gestion d’une commune. La réunion consacrée à son examen, peut-être, la plus importante de l’année, devait présenter un budget sous forme croisée et fonctionnelle, selon les articles R-2312-3 et R-2312-4 du code général des collectivités.
 
- Qu’est-ce qu’une présentation croisée ?
- Une information fonctionnelle du budget doit être croisée avec des informations statistiques, fiscales, notamment le potentiel fiscal, des informations financières, notamment des ratios, et des modalités d’organisation du budget. A la place, nous avons reçu un budget très mal ficelé avec des erreurs, des omissions et des irrégularités. Nous avions, donc, besoin de débattre de ce budget avec l’ensemble du Conseil municipal. Le budget ne nous a été communiqué que 5 jours avant la réunion. Nous avons, tous les élus de l’opposition, travaillé, tous ensemble, comme il se doit, chapitre par chapitre, article par article.
 
- Vous dénoncez des erreurs budgétaires. Lesquelles par exemple ?
- Ce sont des erreurs de comptabilité ! Par exemple, des sommes très importantes étaient reportées deux fois. Ce budget n’est pas sincère ! Il n’est pas recevable en l’état !
 
- Pourquoi avez-vous quitté la réunion du Conseil municipal ?
- Quand nous sommes arrivés à la réunion, ce budget mal fait était composé de nouveaux documents que nous n’avions jamais eus en notre possession ! C’est strictement illégal ! Nous l’avons signalé au maire en lui disant qu’il était très difficile pour nous de débattre dans ces conditions. Mais, comme nous sommes, quand même, de bonne foi, et prêts à travailler dur, nous lui avons, d’emblée, demandé de nous laisser un petit instant pour lire ces documents avant de voter le budget. Ce petit délai d’étude et de réflexion nous a été refusé ! Les dernières feuilles ajoutées, il ne nous a même pas été permis de les lire ! Le maire a mis en demeure les élus de voter immédiatement le budget ! Sans autre forme de débat ! Il a fait cela à la hussarde !
 
- Les élus de la majorité ont-ils accepté de voter sans débat ?
- Tout à fait ! Une grande partie d’entre-eux nous ont dit, d’emblée, qu’ils n’avaient pas lu le budget. Ils l’ont néanmoins voté à l’unanimité ! A chacun d’en faire les déductions qui s’imposent !
 
- Qu’avez-vous, alors, fait ?
- Nous avons juste eu le temps de dire que nous étions contre. Lorsque le maire, qui doit s’absenter pendant le vote du budget, est revenu, il a voulu continuer avec la même rapidité, la même négligence et le même mépris. Donc, nous lui avons dit que nous arrêtions notre participation à ce Conseil municipal qui était trop entaché de fautes. Nous nous sommes levés et nous sommes partis ! Ce qui s’est passé est extrêmement grave ! Nous voulons en informer la population car l’avenir budgétaire de notre commune est largement engagé ! En plus, la méthode tout à fait dictatoriale du maire est totalement inacceptable et n’a rien à voir avec les lois de la République !
 
- Le maire prétend que vous n’avez tout simplement pas assisté au Conseil municipal…
- C’est ce qu’il prétend ! Il a photographié la salle et dit « l’opposition choisit la politique de la chaise vide ». C’est une nouvelle manipulation pour faire croire que nous n’étions pas là ! Mais nous étions tous présents ! Nous ne pratiquons pas la politique de la chaise vide ! Mais là, nous ne pouvions pas cautionner davantage un système qui nous met au pied du mur et qui nous prend carrément pour des bouts de papier !
 
- Ce comportement, que vous dénoncez, est-il fréquent ?
- Dans l’histoire de la commune, c’est la première fois qu’un Conseil municipal se passe comme ça !
 
- Pierre Siméon de Buochberg est maire depuis 2008. Est-ce la 1ère fois qu’il agit de cette façon ?
- C’est la première fois qu’un budget, sous le règne de Mr Siméon de Buochberg, est discuté avec une opposition !
 
- Depuis un an que vous êtes élus, quelles relations entretenez-vous avec la majorité ?
- Nous avons fait preuve de bonne volonté puisque nous avons, quand même, voté de nombreux dossiers à l’unanimité. Nos idées, que nous avions développées dans notre programme, ont souvent été reprises. Par exemple, les abribus. Nous ne pouvons que nous féliciter que le maire reprenne une partie de nos idées ! Nous avons voté ses propositions, chaque fois que nous les pensions positives pour la population. Chaque fois que ces propositions n’allaient pas dans le sens de l’intérêt général de la population, nous nous sommes abstenus ou nous avons voté contre.
 
- Le climat n’est donc pas tendu ? 
- Le climat a toujours été assez dictatorial de la part du maire qui, régulièrement, dit : « C’est comme ça parce que je le décide ! ». Mais bon ! En nous empêchant de lire les documents que nous avons votés, il franchit une nouvelle étape dans l’imposition de ses vues et de sa gestion ! Il est notoire que l’on dit de certains maires qu’ils font des scores africains, nous, nous avons une gouvernance de république bananière !
 
- Les toutes récentes élections cantonales, si disputées, ont-elles aggravé le climat ?
- Je pense que le fait de vouloir mettre en place une démocratie participative est contraire à sa façon de gérer la commune ! Il gouverne selon son diktat, selon son bon vouloir ! Il gouverne seul !
 
- Pour en revenir au budget, allez-vous en rester là ou envisagez-vous des actions en recours contre ce vote ?
- Dans un premier temps, nous devons en informer la population. Il est très important que les gens sachent ce qui se passe afin que nous ne passions pas pour des complices de cette gestion. Dans un second temps, il est évident que nous emploierons des moyens légaux. Nous confierons à qui de droit ces budgets entachés d’irrégularités pour qu’ils soient analysés. Nous tenterons, aussi, de faire annuler cette délibération.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85330 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40807 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346