Corse Net Infos - Pure player corse

Ouverture des 4è Rencontres de l’enfance et de l’adolescence à Ajaccio


le Jeudi 15 Novembre 2012 à 21:52 | Modifié le Vendredi 16 Novembre 2012 - 01:06


La parentalité, ses enjeux, ses spécificités et ses problématiques au cœur de la société. Telles sont les thématiques qui sont présentées et débattues depuis jeudi soir et jusqu’à vendredi, dans le cadre des 4è Rencontres interprofessionnelles de l’enfance et de l’adolescence à Ajaccio. L’occasion pour tous les professionnels et intervenants du secteur mais également pour les parents, de se rencontrer et d’échanger sur ce qui fait concrètement la joie et parfois la difficulté d’être parents.


Les acteurs et socioprofessionnels du secteur de la petite enfance se réunissent jusqu'à vendredi à l'initiative du CNFPT et de la ville d'Ajaccio, pour aborder tous les enjeux liés à la parentalité. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Les acteurs et socioprofessionnels du secteur de la petite enfance se réunissent jusqu'à vendredi à l'initiative du CNFPT et de la ville d'Ajaccio, pour aborder tous les enjeux liés à la parentalité. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
« La parentalité, être ou ne pas naître parent » : c’est sous cet aspect essentiel que se sont ouvertes les 4è rencontres interprofessionnelles de l’enfance et de l’adolescence à la salle des congrès d’Ajaccio. Durant 2 jours, l’ensemble des professionnels de ce secteur présenteront les grandes questions de vie et de société qui tournent autour du statut beau mais complexe de "parent". L’occasion également de faire se rencontrer tous les acteurs qui oeuvrent au quotidien pour l’amélioration de la vie familiale en s’investissant pleinement dans leur tâche, mais également les parents qui pourront profiter pleinement des multiples conseils apportés par ces spécialistes.

Conférence précédée d’une minute de silence en hommage à Jacques Nacer

Le maire d'Ajaccio Simon Renucci a ouvert ces Rencontres après une minute de silence en hommage à Jacques Nacer, abattu hier soir à Ajaccio. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Le maire d'Ajaccio Simon Renucci a ouvert ces Rencontres après une minute de silence en hommage à Jacques Nacer, abattu hier soir à Ajaccio. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
C’est à l’initiative du Centre National de la fonction publique territoriale (CNFPT) et de la ville d’Ajaccio que ces rencontres se déroulent pour la 4è fois, avec un succès bel et bien au rendez-vous et une attente forte. « Ces rencontres en général et cette 4è en particulier marchent très bien. Les différents agents territoriaux au service de l’enfance et de la jeunesse se rencontrent, débattent et avancent ensemble » explique Catherine Maymard, chargée de la Communication au CNFPT. Et ce qui fait précisément l’efficacité de ces rencontres, c’est précisément l’interaction permanente et multiforme de l’ensemble des acteurs du secteur et des parents, qui, selon l’adage qui veut que « de la confrontation naissent les idées », fait bouger les lignes et améliore le quotidien de la vie familiale. « La vraie mission du CNFPT est vraiment d’accompagner les politiques publiques dans leur mission au service du public » ajoute Catherine Maymard.
La conférence, animée par Catherine Sellenet, Professeur des universités en Science de l’Education et chercheur, a été précédée par une minute de silence à la demande du maire d’Ajaccio Simon Renucci,  en hommage à Jacques Nacer, abattu hier soir dans sa boutique.

« Œuvrer dans un climat de confiance et d’échange »
Puis le maire d’Ajaccio (et délégué régional du CNFPT) a rappelé l’importance de ces rencontres pour l’ensemble des socioprofessionnels en charge de l’enfance et de l’adolescence mais aussi pour les parents. « Nous inaugurons ce soir la 4ème session des journées professionnelles de l’enfance et de l’adolescence.  Ce rendez vous est devenu incontournable pour tous les professionnels concernés qui viennent ici étayer leur savoir et leur réflexion.
C’est pourquoi ces journées sont construites en partenariat avec le CNFPT qui est notre organisme de référence en matière de formation » a affirmé Simon Renucci.
Avant de rappeler les évolutions nécessaires de prise en charge des questions de l’enfance, eu égard aux évolutions de la société. « Aujourd’hui les schémas familiaux ont changé et on ne peut faire l’économie de ces changements lorsqu’on souhaite aborder la question de la parentalité, du soutien à cette parentalité et plus généralement de l’accompagnement de l’enfant. Parents et professionnels sont plus que jamais partenaires et lorsque les parents confient leur enfant à la crèche, à l’école, au centre de loisirs ou toute autre structure, il est souhaitable que cela se fasse dans un climat de confiance et d’échange. ».

Accompagner les familles au quotidien

« Tout l’engagement et le positionnement du personnel territorial va bien dans ce sens d’accompagnement des familles au quotidien » Marina Luciani. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
« Tout l’engagement et le positionnement du personnel territorial va bien dans ce sens d’accompagnement des familles au quotidien » Marina Luciani. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Et c’est précisément sur la déclinaison de ces 2 impératifs que s’organisent ces rencontres. « Notre objectif principal au CNFPT en partenariat étroit avec la ville d’Ajaccio, est d’assurer ces missions à la fois en terme de formation mais aussi d’information. Nous favorisons ainsi l’accès aux divers intervenants, chercheurs et parents, sur le thème essentiel de la parentalité et de tous les thèmes transversaux inhérents à ce statut » explique avec passion Marina Luciani, conseillère en formation au CNFPT. Et d’ajouter : « Tout l’engagement et le positionnement du personnel territorial va bien dans ce sens d’accompagnement des familles au quotidien ».
 
1 000 agents territoriaux affectés au secteur de l’enfance
Et le personnel territorial spécialement dédié à l’enfance et l’adolescence se décline sous de multiples facettes : du personnel des crèches en passant par les écoles et autres structures de soutien et de prise ne charge des difficultés rencontrées par les familles, ce ne sont pas moins de 1000 agents territoriaux qui sont employés à accompagner nos enfants et leurs parents en Corse, représentant ainsi 10% de l’effectif total des agents territoriaux. Tous oeuvrent au quotidien, dans un climat social impacté par la précarité et les difficultés, pour que les familles conservent une harmonie la plus juste possible et en filigranne, un épanouissement personnel autour de la structure familiale. Laquelle est bien le rempart ultime aux dérives que l’on observe souvent ces dernières années.

Nombreuses actions opérées dans les structures d’accueil

Le public d'âge divers, a assisté à la conférence avant de prendre part au mini débat qui a suivi. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Le public d'âge divers, a assisté à la conférence avant de prendre part au mini débat qui a suivi. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Des difficultés, il en existe de nombreuses et l’évolution de la société dans laquelle nous vivons n’y est pas étrangère. « Il est apparu de nouvelles configurations familiales (parents isolés, familles recomposées) qui nécessitent un accompagnement en aidant les gens et en apportant du soutien aux parents. Nous mettons ainsi en place de nombreuses actions dans les diverses structures d’accueil avec le souci permanent de cibler au plus juste les familles en difficulté et ainsi de leur venir en aide » explique Dominique Appietto, médecin et directrice de la petite enfance à la ville d’Ajaccio. Des agents territoriaux, des médecins, mais aussi des accompagnateurs dévolus à l’analyse des problématiques, comme les missions de Marie-Ange Santana, chargée de mission parentalité à la ville d’Ajaccio.

Car prévenir est toujours mieux que guérir comme chacun le sait. Agir en amont en détectant les problèmes permet d’anticiper et de proposer des solutions adaptées et efficaces aux multiples difficultés que peuvent rencontrer un jour ou l’autre les familles. Et lorsqu’il s’agit d’un public aussi fragile que les enfants ou les adolescents, aider à la fois les parents et leurs enfants en fédérant un réseau de professionnels, en vue de créer une synergie et ainsi d’améliorer le climat familial, c’est avant tout une belle et fort louable mission.
Et c’est sans doute là aussi que le terme de "mission de service public" prend pleinement son sens !
 
Yannis Christophe GARCIA

QUESTIONS A... Catherine Sellenet

Catherine Sellenet, Professeur des Universités en Science de l'Education a animé la conférence. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Catherine Sellenet, Professeur des Universités en Science de l'Education a animé la conférence. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
- CNI : Concrètement, quel est le but de ces rencontres et à qui s’adressent t’elles ?
- C.S : Le but essentiel est vraiment de répondre aux diverses préoccupations des parents, des familles en général. Vous savez, globalement les parents ont le souci de bien faire et ils cernent bien tous les enjeux de la parentalité. Et ceux-ci sont nombreux ! Ils se posent beaucoup de questions autour de l’éducation, de la sécurité de leurs enfants. La parentalité, c’est une œuvre d’Art à réussir !

- CNI : Justement, la famille a-t-elle évolué au cours de ces dernières années, et si oui dans quel sens ?
- C.S : Plutôt que le terme évoluer, je préfère celui de métamorphoser. Et clairement oui, la famille s’est métamorphosée au fil du temps. Et c’est précisément cette métamorphose, ses causes et ses conséquences et surtout la bonne compréhension de celles-ci par tous, qui sont l’enjeu essentiel. Et le but de ces conférences. Pour aller plus loin, je dirais que la famille a changé de visage ces dernières années. A la fois dans son mode de fonctionnement mais aussi dans sa structure. Toute la difficulté et surtout l’enjeu est bien de savoir si cette métamorphose va nous mener vers des lendemains qui chantent ou pas.

- CNI : La précarité et les difficultés sociales ont-elles un impact sur cette métamorphose de la structure familiale ? Et si oui, la conduisent t’elles à effectuer une métamorphose positive ou inversement négative ?
- C.S : Je crois qu’il ne faut pas forcément voir les choses de cette façon, en termes de positif ou négatif. Il est indéniable que la précarité touche énormément de familles de nos jours. L’enfant lui, occupe toujours une place centrale dans la structure familiale, mais concrètement il faut pouvoir en assumer les conséquences et subvenir à ses besoins. La difficulté majeure est là.

- CNI : Justement, en Corse la structure familiale, clanique, a un poids considérable et, spécificité insulaire plus prononcée que sur le continent, il y a le statut bien connu de "l’enfant roi". Que pensez-vous de cela ?
- C.S : (sourire) Qui dit "roi" dit qu’il y a un assujettissement. Je ne pense pas vraiment que les parents soient assujettis à leurs enfants et en tout cas ce n’est ni le rôle des parents et encore moins celui des enfants. Il faut bien comprendre qu’autrefois, on n’avait pas du tout la même conscience et surtout la même conception de la famille. Aujourd’hui, il est clair que l’on réfléchit beaucoup plus au sein de la cellule familiale sur son statut, ses attentes. Les parents ont beaucoup plus de savoir qu’avant sur le développement de l’enfant.

Interview réalisée par : Yannis Christophe GARCIA 
 
Information et renseignements
* www.corse.cnfpt.fr et www.ajaccio.fr
* Vendredi 16 novembre : de 9h à 17h15 à la salle des congrès d’Ajaccio (conférences, débats et clôture des rencontres par le maire Simon Renucci)







Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 13921 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8549 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
Philippe Jammes | 09/06/2016 | 6214 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 28