Corse Net Infos - Pure player corse

Les municipales de Porto-Vecchio validées


Rédigé par le Jeudi 23 Octobre 2014 à 23:50 | Modifié le Vendredi 24 Octobre 2014 - 00:06


Le tribunal administratif de Bastia a rejeté, jeudi matin, la demande d’annulation de l’élection du conseil municipal de la commune de Porto-Vecchio. Il explique son jugement sur son site.


Les municipales de Porto-Vecchio validées
En ce qui concerne les élections municipales de Porto-Vecchio, M. Angelini, qui demandait cette annulation, avait fait état de nombreuses irrégularités. Le tribunal administratif a estimé que la plupart d’entre elles n’étaient pas établies.
Ainsi et notamment, il a estimé qu’il n’était pas démontré que les opérations de révision des lites électorales auraient donné lieu à des manœuvres ou à des fraudes, de ce que la campagne électorale du maire sortant aurait méconnu les dispositions du code électoral qui prohibent les campagnes de promotion publicitaire des réalisations d’une collectivité pendant les 6 mois précédant le scrutin ou qui interdisent l’utilisation des moyens de la municipalité. Il a également admis que les allégations selon lesquelles des électeurs auraient été influencés par des dons, des promesses ou des pressions n’étaient pas prouvées.
Saisi d’une contestation du contenu d’un tract mettant en cause M Angelini au sujet de l’annulation du plan local d’urbanisme de la commune, il ne s’est pas prononcé sur le caractère exact ou non des informations contenues, il s’est limité à vérifier qu’il n’était ni injurieux ni diffamatoire, qu’il ne dépassait pas les limites admises de la polémique électorale, et qu’il n’introduisait pas irrégulièrement un nouvel élément dans le débat électoral.
De même, le tribunal administratif a admis que le scrutin avait été organisé et s’était tenu dans des conditions régulières, sous deux réserves.
La première irrégularité tient à ce que l’urne du bureau de vote n° 4 avait été ouverte à deux reprises dans la journée dans des conditions et pour des raisons non précisées. Toutefois, il a estimé que cette irrégularité a été sans incidence sur les résultats du scrutin du fait qu’il n’était soutenu que cette ouverture n’aurait pas été effectuée en présence des assesseurs des deux listes et du public, ou qu’elle aurait donné lieu à une manœuvre. En particulier, le nombre d’émargements coïncide avec le nombre d’enveloppes trouvées dans l’urne.
La seconde irrégularité tient à ce que, dans le bureau de vote n° 5, le dépouillement du vote ne s’est pas déroulé dans les conditions fixées par les dispositions de l’article L 65 du code électoral. En effet, normalement, une fois les émargements comptabilisés, il est procédé à l’ouverture des urnes et au recensement des votes émis. Notamment, l’ouverture de l’urne et les opérations de dépouillement doivent se dérouler en présence du public, les scrutateurs doivent être désignés parmi les électeurs présents ou désignés par les candidats et, enfin, l’ouverture et la lecture des enveloppes doivent être faites par les scrutateurs. L’article R. 63 du même code électoral précise que le public doit pouvoir circuler librement autour des tables de dépouillement. Le tribunal a admis qu’il était établi que le public a été exclu de la salle au moment de l’ouverture de l’urne, que l’ouverture des centaines d’enveloppes a été faite par le président du bureau de vote et ses colistiers et que le président lisait lui même les bulletins avant de les passer aux scrutateurs. Mais il a noté dans son jugement qu’il n’était pas soutenu qu’il avait été procédé à l’ouverture de l’urne hors la présence des assesseurs des deux listes, que des fraudes auraient été commises à cette occasion ou, d’autre part, que ceux-ci auraient protesté contre cette manière de procéder ; qu’il n’était pas non plus soutenu que des scrutateurs n’auraient pas été désignés ou que ceux-ci n’auraient pas procédé à la vérification des bulletins et au décompte des suffrages.
Toutefois, dans l’ensemble de ces circonstances et compte tenu de ce que 618 suffrages séparaient les deux listes, soit 7,66 % des 8 064 suffrages exprimées, le tribunal administratif a estimé que ces irrégularités avaient été sans incidence sur les résultats du scrutin.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 01:21 U Levante : rassemblement samedi à Sotta

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85534 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40954 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348