Corse Net Infos - Pure player corse

Le « Field Trial De Letia» inscrit au calendrier international des épreuves de gibier tiré


Rédigé par le Samedi 8 Octobre 2016 à 22:57 | Modifié le Dimanche 9 Octobre 2016 - 00:25


En 1994, des passionnés d’utilisation de chiens d’arrêt et des amateurs de sport canin se sont regroupés pour créer un concours. Se sont jointes à eux des personnes soucieuses d’animation dans un village de l’intérieur de l’île. Était ainsi fondée l’association « Field Trial De Letia» dont le président et le vice-président Jean-Louis Rossi et Jean-Michel Nizzi et les bénévoles ont organisé l’édition 2016 les 29/ 30 septembre et les 1/2 octobre dans les Deux Sorru.


 Le « Field Trial De Letia» inscrit  au calendrier international des épreuves de gibier tiré
Cette association a eu pour but à l’origine, d’organiser le « Field Trial Des Deux Sorru » et d’en faire la promotion. Dès 1994, le « Field trial des deux Sorru » s’est inscrit au calendrier des épreuves nationales de gibier tiré de la Société centrale canine. Deux ans plus tard son inscription au calendrier international des épreuves de gibier tiré consacre la réussite de ses premières éditions.
Son objectif initial est rapidement complété par le soutien sur le terrain de chasseurs locaux intéressés par la prise en compte d’un espace naturel à gérer et par une frange active de la population qui y voit un moyen de promotion touristique et économique de notre micro-région.

 
Une organisation en trois temps
Chaque année, les organisateurs de cet événement majeur de la cynophilie corse sont à pied d’œuvre pendant des mois. En effet, le travail se décompose en plusieurs phases.
 Lors de la première phase, les organisateurs choisissent les territoires appropriés au bon déroulement de ce type de concours. Tâche relativement ardue car les terrains doivent être accessibles en voiture, permettre aux chiens de courir aisément et fournir des refuges aux oiseaux afin qu’ils puissent rester sur site. Ensuite, il faut constituer les équipes de juges et de guides tireurs.
La seconde phase consiste à boucler le budget. Tâche difficile chaque année car les dépenses sont conséquentes : achat des perdreaux, prise en charge des déplacements des juges, de leurs repas ainsi que de ceux des guides tireurs, achats des récompenses…
Lors de la troisième phase les organisateurs doivent réceptionner toutes les inscriptions et concevoir les « catalogues ». Un catalogue est une petite revue reliée où figurent toutes les informations nécessaires aux participants : nombre de concours, localisation de ces derniers, nom des juges, nom des guides, nom des chiens, nom des propriétaires et des conducteurs des chiens par concours. La dernière phase porte sur le concours proprement dit.
 
Le Field Trial sur gibier tiré un concours qui se rapproche le plus de l’action de chasse.
En effet, l’oiseau peut être tiré par le guide tireur (et non le conducteur du chien) si le travail du chien est considéré parfait par le juge. Pour que tous les participants soient à égalité de chance, les terrains doivent être « chargés » chaque matin. Pour cela, les équipes de guides posent et endorment à l’aube 2 perdrix par chien sur les parcours. La préparation des terrains achevée, il faut alors attendre les juges ainsi que les concurrents. Ces derniers ont une quinzaine de minutes pour essayer de mettre en présence leurs chiens et décrocher un classement. Le rôle du guide tireur est dans un premier temps de donner les indications aux juges qui vont permettre de trouver les oiseaux. Dans un second temps, si le chien a bien travaillé son émanation et qu’il n’a pas bougé sur l’arrêt, de conclure l’action par le tir du perdreau.
Si le tireur réussi à toucher la perdrix, le chien est envoyé au rapport sinon il est effectué un rapport appelé « à froid » sur un oiseau mort. Il est à noter que les jugements sont très stricts et que peu d’oiseaux peuvent être tirés. En moyenne, seulement 3 à 4 oiseaux sont soumis aux tirs des guides sur la vingtaine d’oiseaux lâchés. Sur un concours peuvent « passer » entre 6 et 12 participants, les participants peuvent concourir sur plusieurs terrains ce qui laisse parfois, dans la matinée, des plages d’inactivité propices aux discussions.
Ainsi au fil du temps se créent des liens entre juges, participants et guides qui vont au-delà du concours lui-même. Lorsque tous les chiens prévus sur le catalogue sont passés les juges et guides tireurs se retrouvent au secrétariat où les résultats sont enregistrés. Il est évident que la journée est ponctuée par le verre de l’amitié et un repas en attendant la proclamation des résultats.
 
Une épreuve aujourd’hui reconnue, un atout touristique et économique en plus
Elle se déroule en automne et est maintenant un rendez-vous attendu dans les deux Sorru, en Corse et sur le continent. Son inscription au calendrier national et international motive chaque année la venue, des quatre coins de notre île mais également du continent et de l’étranger, d’une centaine de chiens et de leurs propriétaires. Le jury qualifié par la société centrale canine pour apprécier cette épreuve est composé de juges internationaux français, italiens, espagnols et même canadiens.
De nombreux articles dans la presse locale et les revues spécialisées du continent assurent une véritable promotion touristique de notre région. De plus, le passage quatre jours durant de tous les concurrents, accompagnants, passionnés avertis, juges et organisateurs induit également une économie non négligeable « hors saison » dans notre région rurale. La nécessité de lâcher du gibier (perdrix rouges) et d’avoir des chiens bien dressés pour pouvoir espérer une récompense au concours aide les métiers du chien et de la chasse localement (dresseurs, éleveurs de chiens, éleveurs de perdrix).
 
Le respect des lieux de chasse par une gestion de l’espace et des espèces
L’entretien des pistes d’accès aux concours satisfont les éleveurs et les chasseurs qui soucieux de préserver et d’organiser la chasse se sont organisés en société de chasse. Ainsi, les chasseurs létiais, partenaires à part entière de l’organisation ont créé une « zone expérimentale de gestion de l’espace et des espèces » sur les terrains où se déroulent les épreuves. Ils aménagent des sources, ouvrent ou entretiennent des sentiers, ont procédé au gyrobroyage de dix hectares d’épineux et ont effectué avec l’aide des services du Conseil Général de Corse du Sud des feux dirigés à but cynégétique.
Les membres de l’association, tous bénévoles, ont organisé cette édition 2016 du « Field trial des deux Sorru » avec toujours autant de passion. Il est difficile chaque année de réaliser cette entreprise. Néanmoins, l’aspect pédagogique de telles manifestations n’est pas négligeable. Appréhender la chasse autrement est l’un des objectifs du Field. Amener les chasseurs à l’amour du chien plus qu’à la prise elle-même est un challenge qui mérite d’être relevé. Le jeu en vaut la chandelle car il est certain que notre sport ne pourra être pérennisé qu’en ayant une attitude responsable et citoyenne vis à vis des générations futures.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85317 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40799 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345