Corse Net Infos - Pure player corse

L'édito de Jacques Renucci : Le mirage catalan


Rédigé par Jacques RENUCCI le Vendredi 13 Octobre 2017 à 23:35 | Modifié le Vendredi 13 Octobre 2017 - 23:30


La perspective d'indépendance de la Catalogne devient aléatoire. Elle a contre elle le gouvernement espagnol, l'Europe et les marchés financiers. La région n'a qu'un seul tort : celui d'être trop riche


L'édito de Jacques Renucci : Le mirage catalan
Le référendum catalan devait être à la face du monde l'illustration d'un radieux élan démocratique, la concrétisation de la volonté des peuples à disposer d'eux-mêmes, avec un processus pacifique et harmonieux menant à l'indépendance. Aujourd'hui, cette perspective se fait de plus en plus aléatoire, et les dirigeants catalans font face à une coalition de forces contraires qui pourrait bien faire avorter leur projet.  


A l'intransigeance de Madrid s'ajoute le rejet de l'Europe, dont on comprend plus que jamais qu'elle est plus celle de l'économie mondialisée que celle des individus. Pour intégrer la communauté européenne, le pays postulant a besoin du vote à l'unanimité des pays membres – il est donc écrit que, quoi qu'il en soit, l'Espagne mettra son veto à l'entrée de la Catalogne, un scénario catastrophe pour Barcelone.  


Au Royaume-Uni, lorsqu'il a été question de l'indépendance de l'Ecosse, David Cameron a laissé s'organiser le référendum... C'est l'Europe qui a fait le travail de dissuasion pour que le statu quo soit préservé.  
Le gouvernement de Madrid, héritier du colonialisme militaro-religieux de sinistre mémoire, a été plus brutal, ce qui a accru la sympathie internationale pour les séparatistes. Mais l'élan est vite retombé, au nom du droit, au nom de la force, au nom de la concaténation des économies. Les banques fuient Barcelone, les grandes entreprises transfèrent ailleurs leur siège social... Le risque de dévisser en bourse est pour elles plus fondamental que le soutien initial à une démarche que ce puissant capitalisme régional aurait souhaitée sans accroc.  


On disait partout aimer Carles Puigdemont, le chef du gouvernement catalan, mais lorsqu'il formule une demande de médiation internationale, personne ne répond, on fait semblant de ne pas l'entendre. Dans son camp, on se divise sur la stratégie à adopter, entre jusqu'au-boutisme, négociation et capitulation. Signe des temps, la possible proclamation de la république catalane a même été rejetée lors du congrès du SNP, le parti nationaliste écossais, qui débutait le 8 octobre à Glasgow, au nom du légalisme. Bref, ça flotte et ça craque de toute part.  


Entre naïveté et malignité, les médias ont invité les responsables nationalistes de l'île à parler de la Catalogne, avec évidemment une projection sur la Corse. Sans tomber dans des pièges parfois grossiers, les élus territoriaux ont souligné la différence de nature et d'échelle entre les deux situations. Que la scission se réalise, et l'Espagne perdrait trois places au classement mondial, passant de la treizième à la seizième. Quant à la république catalane, elle constituerait un pays équivalent au Portugal ou à la Grèce. On est loin de tout cela.  


Pour conforter son analyse, Jean-Guy Talamoni a assuré qu'un processus d'indépendance ne peut être viable que si la région concernée est économiquement indépendante. Encore faut-il qu'elle ne le soit pas trop, et que le pays quitté ne perde pas de sa richesse. L'Angleterre lâche Chypre et Malte, qui ne pèsent rien, mais garde l'Ecosse. C'est le même problème qui se pose aujourd'hui à l'Espagne. L'Europe est dans une logique similaire : elle refuse l'Ecosse ou la Catalogne, mais accepte la Slovénie ou le Montenegro, qui ne menacent aucun équilibre.  


En somme, une Corse riche, ce serait le seul critère qui le moment venu pousserait la France à lui refuser l'indépendance. Qu'elle reste comme elle est et elle a toutes ses chances.
Pour cela, nous pouvons faire confiance aux élites qui nous gouvernent.




Corse | Entretiens | Elections | Institutions




Derniers tweets
Corse Net Infos : Poste de L'Ile-Rousse : Un protocole de sortie de crise proposé aux grévistes https://t.co/VDlZ2GxdUU https://t.co/qqTxrB5ksC
Mercredi 18 Octobre - 21:59
Corse Net Infos : Octobre Rose : Des étudiants du Lycée Nicoli de Bastia se mobilisent https://t.co/53xMGh0D9m https://t.co/SP2Rcm2Z0w
Mercredi 18 Octobre - 19:56
Corse Net Infos : Pollution dans les ports : La Corse pourrait devenir un territoire d’expérimentation https://t.co/FJXi8EOvLn https://t.co/rzWu5yuRog
Mercredi 18 Octobre - 19:36
Corse Net Infos : Sartene et Olmeto classées communes touristiques https://t.co/PBywSl6NMa https://t.co/mRtblxYLCS
Mercredi 18 Octobre - 19:31


Newsletter






Galerie
Pierre-Antoine Gatier, architecte
Le président coupe le ruban
GFCA-Poitiers
GFCA-Poitiers
Collège Maria Ghjentile
Collège Maria Ghjentile
comunauté
Mairie de Propriano
Arte Mare
Arte Mare
IMG_3483
IMG_3482
IMG_2896
IMG_2895
Finosello
Finosello