Corse Net Infos - Pure player corse

Journées de sensibilisation à la sécurité routière en Corse-du-Sud


Rédigé par le Mercredi 9 Avril 2014 à 22:10 | Modifié le Mercredi 9 Avril 2014 - 22:13


Dans le cadre du plan d’action départemental de Sécurité Routière 2014, plusieurs journées de formation et de sensibilisation à la sécurité routière ont été organisées en partenariat avec la préfecture de la Corse-du-Sud et le Lions club, dans des établissements scolaires de Porto-Vecchio, Bonifacio, Levie, Propriano et Ajaccio. Après le collège du Finosello lundi, c’est ce mardi au collège Arthur-Giovonni, en présence de Rémi Bastille, directeur de cabinet du préfet, de Guy Monchaux DASEN et Rodriguez Agosthino, référent sécurité routière, que les élèves ont été sensibilisés aux règles de circulation et aux risques de la route à Ajaccio.


Des ateliers pour les classes de troisième et quatrième

Journées de sensibilisation à la sécurité routière en Corse-du-Sud
Ce ne sont pas moins de huit ateliers qui ont été mis en place afin de sensibiliser les jeunes scolaires à l’insécurité routière, notamment sur des sujets comme l’alcool, la vitesse, l’importance du port de la ceinture et du casque, les bons comportements en deux-roues ou encore dans un car scolaire, la prévention des conduites liées à la prise d’alcool et de drogue, l’absence de vigilance lors de l’utilisation d’un téléphone portable, et le don d’organes.  De la théorie les adolescents sont passés à la pratique grâce à des appareils comme le module choc, les simulateurs conduite auto/moto, les parcours avec lunettes qui simulent les effets de l’alcool sur la vision, l’évacuation d’un car scolaire qui ont leur ont  permis d’être confrontés à des situations qu’ils ne pensaient aussi violentes et dangereuses. 

Des hommes et des associations au service de la sécurité des jeunes

L’implication de la police nationale, des associations Info écoute dépendance, Prévention routière, ADATEEP et Prévention MAIF ainsi que du personnel infirmier venu parler du don d’organe donne a ces journées de sensibilisation à la sécurité routière non seulement de l’information, mais des témoignages, de l’écoute et de l’échange sur des thèmes qui finalement sont le quotidien de nos enfants. Une façon à la fois performante et ludique qui pourrait leur permettre d’acquérir d’autres réflexes de conduites, de changer leur croyance sur leur invincibilité face à la vitesse ou bien l’alcool, mais aussi de savoir que perdre la vie ne serait pas le plus terrible face aux différents handicaps qu’un accident, par défaut de sécurité, pourrait engendrer.
 

Pierre Vesperini président de la Maif Prévention nous parle de ces actions

Pierre Vesperini Président de l'association Prévention Maif
Pierre Vesperini Président de l'association Prévention Maif
- Pierre Vesperini, vous êtes président de l’association Prévention Maif qui initie et finance des opérations sécurité routière au sein des établissements scolaire de la Corse du sud. Quelles sont-elles ?
- Elles sont nombreuses et sont axées sur la sécurité routière et la sécurité domestique développant  les risques majeurs. Une première opération nationale et relative à la sécurité domestique Bobo Doudou intervient une année sur deux dans le département et regroupe tous les élèves du cycle 1. Ce sont six à 800 enfants qui sont formés sur deux jours à la CCAS de Porticcio.
Les autres actions nationales se décomposent en deux grands projets, le permis piéton et le permis cycliste. Le premier concerne les classes de  CE2. La Corse-du-Sud est le seul département où près de 100 % des enfants l’ont obtenu. Le permis cycliste concerne plus particulièrement les classe de CM2 dont la participation a permis à 75% des élèves d’être reçu.
Les formations de ces deux permis sont faites avec des kits pédagogiques  à l'attention des élèves et des enseignants. La police et la gendarmerie interviennent assurant entre 6 et 8 séances de formation.
 
- Une remise officielle des permis piéton et vélo est organisée chaque année ?
- En effet, une grande fête pour tous ces enfants, en présence des autorités préfectorales et de l’éducation nationale et des partenaires concernés. C’est une reconnaissance tant pour les enfants, que pour les enseignants et les formateurs. Une façon de mettre en valeur l’acquisition d’un comportement responsable et citoyen lorsqu'il se déplacera à pied au vélo. C'est un peu comme si il avait un premier permis.
 
- On pourrait penser que ces permis sont délivrés à tous pourtant ce n'est pas le cas, quelles sont les conditions pour réussir ?
- C’est très simple, à l’issue de la formation chacun devra valider au moins 12 réponses justes sur les 20 proposées.
 
Quels partenaires vous accompagnent lors de ces actions ?
- Ces actions se font en partenariat avec les représentant de l’éducation nationale, la préfecture, les services de gendarmerie et de police, les élus locaux, les associations….Ils interviennent lors des journées de sensibilisation à la sécurité routière comme aujourd’hui ou dans les collèges pour l’aide aux enseignants lors de la préparation de l’attestation de sécurité routière en classe de 5ème pour le premier niveau et de 3ème pour le second. Ce dernier à une importance capitale puisque sa validation est officielle et obligatoire pour pouvoir passer l’AM (ancien BSR pour la conduite des -50 cm³).
 
- Les enseignants ont-ils une part active dans ces actions ?
- Oui et elle tient à cœur à la prévention Maif. Une formation d’enseignants référents sécurité routière des établissements scolaires du second degré est organisée  deux fois par an sur Ajaccio et Bastia. Mise en place par Denis Delplanque, correspondant académique à la sécurité routière elle est dispensée dans le cadre de la formation continue. Des enseignants Prévention MAIF leur donne un complément d'information et plus particulièrement des documents pédagogiques pour aider à cette formation.
 
- Et les associations ?
- Elles sont nombreuses et mériteraient un chapitre entier. Je n’en citerais pourtant qu’une puisque nous sommes liés par une convention : l’ADATEEP (association départementale pour l’amélioration des transports éducatifs de l'éducation publique) c'est-à-dire le transport scolaire des enfants. L'objectif est d'aider les enfants à avoir une conduite responsable dans et autour du car de façon à éviter certains accident.
 
- Quelle démarche doit  faire une école pour pouvoir bénéficier de l'opération?
- Concernant les permis vélo et piéton, il suffit de solliciter les responsables de la Prévention MAIF ou de l'éducation nationale qui prendront contact avec les enseignants pour que la formation puisse être dispensée assez rapidement.
Dans le rural et pour le permis piéton aucune démarche n’est à effectuer, les gendarmeries se chargent de distribuer les kits de formation. Pour le permis cycliste c'est sur sollicitation de l'éducation nationale par les classes intéressées.
Pour ce qui est des actions collège et lycée chaque établissement scolaire élabore un projet à l'éducation scolaire routière scolaire en début d'année. Dans le cadre de ce projet tout est ensuite coordonné avec la préfecture qui sollicite les différents partenaires
Cette année de nouveaux membres représentant pour la première fois la haute Corse ont été élus lors de la dernière assemblée générale. 


santi.corsenetinfos@gmail.com





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 17:42 Bastia : La Citadelle fait son marché de Noël

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85457 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40903 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346