Corse Net Infos - Pure player corse

Inclusion scolaire : Partenariat entre Académie, Département de Corse-du-Sud et ARS


Rédigé par José FANCHI le Mardi 19 Septembre 2017 à 21:57 | Modifié le Mardi 19 Septembre 2017 - 22:14


L’Académie de Corse, l’Agence Régionale de Santé et le Conseil Départemental de la Corse du sud ont signé hier une convention de partenariat et la mise en place d’une démarche innovante pour la scolarisation des élèves présentant des Troubles Envahissants du Développement


Les signataires de la convention
Les signataires de la convention
La signature de la convention de coopération s’est déroulée à l’école St Jean où la délégation a été accueillie par Mme Damiani, directrice de l’établissement, en présence de MM. Laurent Marcangeli, maire d’Ajaccio, Pierre-Jean Luciani, président du Conseil Départemental de la Corse du Sud, Philippe Lacombe, Recteur de la Corse, Gilles Barsacq, directeur général de l’ARS et nombre de personnalités liées à l’Education nationale, aux politiques Sociales et affaires scolaires.


17 classes spécialisées
La scolarisation des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire constitue un enjeu de société majeur. Il s'agit non seulement d'offrir la possibilité à ces enfants de suivre des apprentissages adaptés à leurs besoins et potentialités mais aussi d'évoluer au contact d'autres enfants, dans une logique d'inclusion.
Il existe aujourd’hui 17 classes spécialisées pour la prise en charge de ces enfants, chacune d’elle sera dotée de tablettes numériques équipées d’une application éducative adaptée aux besoins des enfants en situation d’autisme. Les enseignants de ces classés spécialisées bénéficieront d’un accompagnement individualisé et d’une formation leur permettant d’être sensibilisés aux méthodes récentes, grâce notamment à des outils numériques adaptés et des robots éducatifs innovants.
Ce projet, comme chacun sait, est mené dans le cadre d’un partenariat étroit entre le Conseil Départemental de la Corse-du-sud, l’Education Nationale et l’Agence Régionale de Santé. 

Ils ont dit…

Chacun des participants à la convention s’est exprimé sur le sujet pour saluer l’initiative et le travail réalisé au cours des dernières années.
Laurent Marcangeli : « A travers l’accueil à l’école, il y a la volonté de la ville d’Ajaccio de voir également l’accès à tous les services publics pour ces enfants atteint de troubles autistiques. Les classes spécialisées sont nombreuses dans les différentes écoles et mon désir est de voir l’inclusion de ces enfants plus accessible encore y compris pour d’autres enfants atteints d’autres maladies et pour cela, il nous rendre nos bâtiments publics plus accessibles à tous. C’est une très bonne chose. »
Philippe Lacombe : « Nous sommes au cœur d’une convention de partenariat importante. Il y a eu une grosse bagarre pour le maintien des contrats aidés, d’autant que la première modification ne nous convenait pas du tout. Nous avons été suivis par les différents services de la préfecture et de l’éducation nationale. L’enjeu est extrêmement important car il doit garantir l’égalité des droits et des chances à tous les enfants. »
Pierre-Jean Luciani : « Les politiques du handicap, sont au cœur de l’action du Département de la Corse du sud et en sont une priorité. A ce titre, la scolarisation, en milieu ordinaire, des enfants en situation de handicap revêt une importance particulière à mes yeux et constitue un enjeu de société majeur. Il s'agit non seulement de leur offrir la possibilité de suivre des apprentissages adaptés à leurs besoins et potentialités, mais aussi, d'évoluer au contact d'autres enfants, dans une logique d'inclusion, au sein de classes spécialisées.
L’Ecole Saint-Jean, dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, en est d’ailleurs une parfaite illustration. Je veux d’ailleurs saluer l’investissement remarquable de Madame DAMIANI et de l’ensemble du personnel auprès des enfants et de leurs familles.   Enfin, je  dis toute ma gratitude à Madame FELICIAGGI, à qui revient cette initiative. Je la remercie sincèrement pour tout le travail qu’elle effectue dans ce secteur si sensible. »
Gilles Barsacq : « Le choix de l’école inclusive part d’un bon sentiment. Tous les enfants doivent bénéficier d’une scolarisation en milieu ordinaire, bien que ce soit extrêmement difficile à réaliser dans certains cas. Ce partenariat entre nos institutions est une bonne chose. Nous travaillons sur le sujet du handicap et aujourd’hui nous avons cette mise en lumière d’un sujet qui a nécessité un long travail. Nous avons a essayer tous ensemble de favoriser la capacité d’accueillir et le plus possible en classe ordinaire tous ces enfants concernés par ces troubles. »
 
     
Paro le phoque
Baptisé PARO, ce bébé phoque interactif est déjà utilisé en thérapie chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le robot est littéralement chargé de capteurs, à savoir que la peluche est capable de réagir aux interactions et de simuler des sentiments. Le robot peut ainsi se blottir contre quelqu'un ou au contraire s'agiter, selon les cas de figures. C'est la première fois que cette expérience, destinée à rompre l'isolement mental de personnes atteintes de troubles cognitifs, sera menée en Corse auprès d'enfants autistes. 
M. Barsacq, le directeur général de l’ARS nous en dit plus :  "Nous cherchons tous les moyens d’apaiser ces enfants et dans ce cadre nous allons pour la première fois en Corse mettre à disposition ce petit robot (...) un outil qui permet d’établir le contact entre l’équipe pluridisciplinaire et les enfants. Les traits de cet animal (forme, fourrure, sons) inspirent confiance, alors que des animaux domestiques peuvent être rattachés à des risques de griffure ou de morsure. Un phoque comme PARO amène la curiosité, stimule l’éveil et sa forme réconfortante permet aux malades de le serrer dans leurs bras sans appréhension."

Développé dès 1993 pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés, le phoque PARO équipe depuis 2014 plus de soixante-dix Ehpad, Centres Hospitaliers et autres établissements de soins.
Il y a quelques mois, Corse Net Infos s’était fait l’écho de cette nouvelle avec la conseillère départementale Isabelle Feliciaggi, à l’occasion d’un reportage au cours duquel elle s’était exprimée longuement sur les avantages de cette thérapie.
J. F. 

Le président Luciani, visite l'atelier
Le président Luciani, visite l'atelier




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 23:43 ACA : La belle réaction en Lorraine (2-2)

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie



Derniers tweets
Corse Net Infos : #territoriales2017 #Corse @jmmondo Jean-Martin Mondoloni : « Le #PADDUC a ruiné les Corses ! Ma priorité sera de le… https://t.co/OPo0bzClBl
Samedi 18 Novembre - 01:07
Corse Net Infos : Attentat à l'Isolella https://t.co/iP0ZS2XWXf
Vendredi 17 Novembre - 23:58
Corse Net Infos : Sartenais-Valinco-Taravo : Collecte de jouets au profit des Restos du Cœur https://t.co/AgJIg34sKF https://t.co/bfLTbSv0PM
Vendredi 17 Novembre - 23:28
Corse Net Infos : 30 anni fà, Ghjuvan’Battista Acquaviva https://t.co/ODX0HYOqKf
Vendredi 17 Novembre - 23:08



Newsletter







Galerie
GFCA
GFCA
Core in Fronte
Core in Fronte
Fior di Stella
Fior di Stella
DSC_0015
DSC_0012
parcours-marche
parcours-jeunes2
sommes redistribués
chiffre de l'alternance
Patrimonio : Gîtes œnotourisme
Patrimonio : Gîtes œnotourisme
Fnaca
Fnaca