Corse Net Infos - Pure player corse

Haute-Corse : Le sénateur Joseph Castelli a été mis en examen


le Jeudi 28 Janvier 2016 à 12:31 | Modifié le Jeudi 28 Janvier 2016 - 23:51


Joseph Castelli, sénateur de Haute-Corse et ancien président du conseil général, a été finalement mis en examen jeudi matin par un magistrat-instructeur du pôle économique et financier de Bastia pour "recel d'abus de biens sociaux" et "corruption" dans le cadre d'une enquête ouverte sur les conditions de financement de sa résidence, située à Folelli. Le 29 octobre dernier, le Sénat avait levé son immunité parlementaire à sa demande. Deux entrepreneurs ont été également mis en examen dans l'après-midi. Joseph Castelli a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire contre le paiement d'une caution.


Haute-Corse : Le sénateur Joseph Castelli a été mis en examen
Joseph Castelli qui avait abandonné la présidence de l'ancien conseil général de la Haute-Corse, avait demandé lui-même par courrier au bureau du Sénat, la levée de son immunité parlementaire à  la suite de l'information du  "Canard enchaîné" selon laquelle la justice reprochait au sénateur d'avoir utilisé des fonds publics pour des travaux dans sa villa de Folelli, sur le territoire de la commune de Penta-di-Casinca dont il a été longtemps le maire. 
Le maire est ensuite devenu conseil général  puis président de l'assemblée départementale  en remplacement de Paul Giacobbi élu président du Conseil exécutif de Corse. 
A la tête du département Joseph Castelli a été confronté à l'affaire dite des "Gîtes ruraux", qui agite toujours l'assemblée départementale, puis à la disparition tragique de son directeur général des services Jean Leccia dont l'assassinat n'a toujours pas été élucidé.

 

Jeudi en fin de matinée, le sénateur de Haute-Corse mis en examen, a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire contre le paiement d'une caution de 200 000 € qui sera payable au 1er mars. La saisie de la maison de Joseph Castelli sera sans doute demandée par procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, ainsi qu'il l'a laissé entendre aux journalistes lors d'une conférence de presse.
 

Deux des trois chefs d'entreprise qui avaient été placés en garde à vue et, qui comme Joseph Castelli, nient les faits qui leurs sont reprochés, ont également été mis en examen pour corruption active et abus de biens sociaux. La justice leur reproche d'avoir contribué au financement de la maison du sénateur qui, en échange, auraient bénéficié de marchés de travaux publics de plusieurs millions d'euros pour le comptede la a communauté de communes de Casinca, et la mairie de Penta-di-Casinca, qui étaient dirigées à l'époque par Joseph Castelli.. 
Les deux entrepreneurs ont été laissés en liberté  contre le versement de cautions allant de 60 000 à 250 000 €


 





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 23:13 National Le CAB victime d'un doublé de Sangaré

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Justice
Philippe Jammes | 23/06/2016 | 6429 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 6