Corse Net Infos - Pure player corse

François Orlandi :"Soutien et confiance aux 2 cadres mis en examen"


Rédigé par le Mardi 12 Juillet 2016 à 17:11 | Modifié le Mardi 12 Juillet 2016 - 17:43


Le Conseil départemental de la Haute-Corse a accordé, mardi, la protection fonctionnelle à 2 de ses cafres mis en examen dans un dossier d'emplois fictifs. François Orlandi, qui auparavant avait rendu hommage à José Gandolfi et Marie-Claire Poggi, conseillers départementaux invalidés, a expliqué pourquoi. Les élus d'Inseme par Bastia se sont abstenus au moment du vote


François Orlandi :"Soutien et confiance aux 2 cadres mis en examen"
Si pour l'essentiel la session du Conseil départemental de la Haute-Corse s'est penchée sur le rapport d'activité de la collectivité départementale puis a entendu et questionné Alain Thirion, le préfet de Haute-Corse, sur le rapport d'activité 2105 de l'Etat dans le département (Voir par ailleurs) la réunion a débuté par une déclaration de François Orlandi.
Le président de l'assemblée à, tour à tour, rendu hommage à José Gandolfi et Marie Claude Poggi, conseillers dont l'élection vient d'être invalidée par le Conseil d'Etat, affirmé son soutien aux 2 cadres mis en examen, évoqué la transparence dans laquelle travaille le Département ainsi que l'implication de l'ensemble de celui-ci dans la co-construction de la future Collectivité unique…


Mais à l'heure du vote, entériné, de la protection fonctionnelle à Marie-Hélène Djivas et Jean-François Leoni, les 2 cadres mis en examen, Vanina Le Bomin n'a pas manqué de donner le sentiment du groupe Inseme per Bastia, qui s'est abstenu au moment du vote, à ce propos.


"Les sessions se suivent et se ressemblent malheureusement. Nous sommes régulièrement amenés à nous prononcer sur l’octroi d’une protection fonctionnelle d’agents mis en examen dans des affaires qui se succèdent.
Nous avons apporté notre soutien lors de la précédente session aux cadres mis en cause et dénoncé une mesure d’éloignement qui nous paraissait disproportionnée au vu des éléments et des personnes mises en cause.

Cependant de nouveaux éléments ont été portés à notre connaissance via la presse, et même si nous condamnons la méthode qui bafoue le secret de l’instruction, nous ne pouvons que revenir à une position beaucoup plus réservée.

La présomption d’innocence a souvent été bafouée envers les nationalistes sans que nous n’entendions beaucoup de voix s’élever a l’époque pour réclamer une justice sereine et impartiale.
Cela reste notre souhait quelques soient les personnes mises en cause.
En revanche les faits, eux, sont bien réels . Et ce ne sont ni les nationalistes ni la presse qui en ont écrit le scénario.
Ce ne sont pas la plupart des élus ici présents non plus.
Mais les nier relève soit de l’hypocrisie soit de la solidarité politique.
Pour toute ces raisons nous ne participerons pas à ce vote dans la mesure où l’enquête est en cours et la justice tranchera
Nous préférons quant à nous, consacrer notre temps et notre énergie à la construction d’un avenir digne et démocratique pour notre jeunesse et notre pays."





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 20:25 Bastia : La première rencontre CAB-MAC

Jeudi 1 Décembre 2016 - 21:33 Coup d'envoi de "Natale in Calvi 2016"

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85085 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40732 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344