Corse Net Infos - Pure player corse

Francis Giudici maire de Ghisonaccia : "Je maintiens que l'ordre public était menacé"


Rédigé par le Mardi 13 Septembre 2016 à 21:36 | Modifié le Mardi 13 Septembre 2016 - 21:56


Francis Giudici, maire de Ghisonaccia et premier vice-président du conseil départemental de Haute-Corse, a réagi de la sorte à la décision du juge des référés du tribunal administratif d'annuler l'arrêté municipal qui avait "interdit jusqu’au 18 octobre 2016 aux plages et la baignade à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité ainsi que le port de vêtements pendant la baignade ayant une connotation contraire à ces principes"


Le tribunal administratif de Bastia a cassé l'arrêté que j'avais pris après les événements de Sisco.
Par respect des institutions, je me vois donc dans l'obligation de le retirer.
Je rappelle que ces arrêtés ont été pris, non pour stigmatiser une religion, mais pour préserver le bien vivre de la population et pour mettre un terme à des provocations révoltantes survenues après les drames que nous avons connus.

Je maintiens que l'ordre public était menacé et que les maires, élus de proximité, sont les mieux placés pour comprendre et anticiper ces situations.

Aux parlementaires de prendre désormais leurs responsabilités comme nous l'avons fait, pour faire évoluer le droit.

Cette décision de justice et celle du Conseil d Etat montrent surtout le décalage grandissant entre les lois votées, l'opinion médiatique, teintée de parisianisme et la réalité de la vie de nos concitoyens.

Le peuple n'en peut plus d'être l'otage d'une caste médiatique et d'un communautarisme sournois qui exploitent les failles de notre droit et le retournent contre nos valeurs en prétendant les défendre.

La force de la loi est la seule réponse qui vaille contre la volonté communautaire que veut nous imposer l'islam radical.

Ne pas le faire, c'est renoncer de nouveau et augmenter la colère et l'exaspération de nos concitoyens...

Pour ma part, il est préférable d'avoir été condamné pour avoir voulu préservé l'ordre public et avoir défendu une conception de la femme visible, libre et égale des hommes plutôt que de voir nier et condamner notre identité.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85330 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40807 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346