Corse Net Infos - Pure player corse

Dominique Bucchini : « Je conduis la liste des gens d’En-bas ! »


Rédigé par Nicole Mari le Samedi 10 Octobre 2015 à 22:08 | Modifié le Dimanche 25 Octobre 2015 - 11:12


C’est à Furiani que le Front de Gauche a choisi de présenter sa liste de rassemblement citoyen « A Corsica in cumunu » pour les élections territoriales des 6 et 13 décembre prochains. Conduite par Dominique Bucchini, président de l’Assemblée de Corse, la liste est constituée de syndicalistes, de militants et des 6 autres conseillers territoriaux sortants, à l’exception de Maria Guidicelli qui a rejoint le camp Giacobbi. Son objectif affiché est d’ouvrir une voie contre l’austérité et de mobiliser les mécontents afin d’obtenir le score le plus haut possible au soir du 1er tour. Explications, pour Corse Net Infos, de Dominique Bucchini, qui, élu à la CTC depuis 1982, entame sa 9ème campagne régionale.


Etienne Bastelica, Nanette Bruni, Mchel Stefani, Dominique Bucchini et Josette Risterucci.
Etienne Bastelica, Nanette Bruni, Mchel Stefani, Dominique Bucchini et Josette Risterucci.
- Comment définissez-vous votre liste ?
- C’est la liste des gens d’En-bas ! Nous sommes porteurs des aspirations de ceux qui souffrent parce que les gens de condition modeste vivent très mal l’austérité qui leur est imposée. Tous les gens que je rencontre, je le dis avec beaucoup d’honnêteté, ne parlent pas des problèmes institutionnels, mais du logement, d’un emploi pour l’enfant, de la vie chère, des transports moins chers… A travers la liste que je mène avec mes camarades et mes amis, qui est une liste d’En-bas, de salariés, de chômeurs, de retraités, de jeunes, de gens qui travaillent, de militants syndicaux, nous porterons ces thèmes-là dans la nouvelle Assemblée de Corse.
 
- C’était déjà vos thèmes, il y a 5 ans. Rien n’a-t-il, donc, évolué ?
- Oui, c’était nos thèmes, mais nous avons un peu avancé en 5 ans ! A la place qui est la mienne et avec la répartition des élus qui était faite, nous avons beaucoup avancé sur un certain nombre de thèmes. Par exemple, dans le domaine de la santé. Or, je rappelle que la Collectivité territoriale n’est pas compétente en matière de santé. Je prends un autre exemple : on a besoin de construire 12 000 logements en Corse. On en construit 350 par an. Pour notre part et pour aider les communes, nous avons, par rapport aux budgets précédents lorsque la droite était aux affaires, multiplier le budget de l’aide au logement par quatre. C’est bien la preuve que, plus nous, militants du Front de Gauche, serons nombreux, plus les problèmes sociaux pourront rentrer avec plus de force à l’Assemblée de Corse !
 
- Vous aviez demandé à la majorité territoriale de faire une union sur une base programmatique. Cela vous a été refusé. Auriez-vous pu partir sur une liste commune dès le 1er tour ?
- Non ! Pas du tout ! Il est normal en démocratie que chacun se présente. Je ne vais pas demander à Paul Giacobbi de devenir communiste ! Et Paul Giacobbi ne m’expliquera pas qu’il faut devenir PRG ou entrer dans une liste de rassemblement. Il est important que les gens fassent un choix à partir des propositions des uns et des autres. Après, dans un deuxième temps, et le 2ème tour le montrera, il faudra qu’on se réunisse et qu’on discute. Mais, l’attitude des militants du Parti communiste, depuis sa naissance, est, au-delà du respect que l’on doit aux gens et aux personnes, d’être contre la Droite et l’Extrême-droite.
 
- Vous avez fustigé les retournements de veste. Parliez-vous des ralliements d’élus de droite à la liste Giacobbi ?
- Je vous laisse libre de votre interprétation puisque je n’ai nommé personne. Je reprends le mot, que j’ai employé, qui est très fort, mais qui me semble juste : il y a de plus en plus de nomadisme politique. On ne le dira pas des militants du Parti communiste français.
 
- En 2010, votre liste a obtenu plus de 10% des suffrages au 1er tour. Espérez-vous atteindre de nouveau un tel score ?
- Je suis parti le premier. J’ai déjà fait quinze réunions publiques. Je suis en mesure de savoir combien de gens venaient avant à mes réunions et combien viennent maintenant. J’en tire les conclusions, mais je ne lis pas dans le marc de café. Nous allons nous battre pour faire le meilleur score possible parce que, par delà les relations personnelles que l’on peut avoir avec les uns et les autres et qui, pour ma part, sont bonnes, la politique est une question de rapports de forces.
 
- Comptez-vous faire alliance avec Paul Giacobbi ou d’éventuelles autres forces de Gauche au 2nd tour ?
- Je vous ai répondu de manière très claire : nous sommes contre la Droite et l’Extrême-droite. Ma famille naturelle est la Gauche. Il est tout à fait naturel, me semble-t-il, que, sur l’ensemble du territoire national et en Corse aussi, il y ait des discussions avec les formations de Gauche ou celles qui passeront la barre des 5%.
 
- Tout le monde s’accorde à dire que vous serez l’une des rares listes de Gauche à passer cette barre. Qu’en pensez-vous ?
- Si on le dit, c’est bien la preuve que la campagne et les thèmes, que nous portons, intéressent un certain nombre de personnes qui veulent nous y encourager puisqu’elles y adhèrent par leurs votes.
 
- Vous avez dit que sans base programmatique, une union de 2nd tour ne serait qu’électorale. L’accepterez-vous ?
- Aux élections de 2010, comme nous devions faire l’alliance au 2nd tour, j’ai été chargé, par mes amis et mes camarades, de contacter les formations de Gauche pour leur dire qu’il serait normal de définir un projet, quatre ou cinq bases, qui s’adresse aux gens. Elles ont refusé. C’est leur droit le plus absolu ! Dans ce cas, on fait une alliance électorale et non pas une alliance programmatique. Si on fait une alliance programmatique en mettant ce que l’on fera, les gens jugent ensuite si vous tenez ou pas vos engagements. Si on ne fait pas d’alliance programmatique, on varie au gré des évènements.
 
- Que ferez-vous cette fois-ci ?
- Si nous rencontrons les autres formations de Gauche pour le 2nd tour, et il n’y a aucune raison pour que nous ne les rencontrions pas, nous allons leur demander d’établir quelques axes de travail et d’engagements que nous prendrons pour la mandature et ce que nous  y ferons. Au Front de Gauche, nous sommes arc-boutés sur la défense du service public et de la SNCM et contre la fausse décentralisation de la collectivité unique qui est une concentration de pouvoirs dans les mains d’un seul homme. Nous allons nous battre, toutes voiles dehors, contre l’austérité pour plus de solidarité et pour la démocratie.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.
 

Les candidats de la liste "A Corsica in cumunu".
Les candidats de la liste "A Corsica in cumunu".
Liste PCF-Front de Gauche « A Corsica in cumunu »

1- Dominique BUCCHINI : Président de l'Assemblée de Corse
2-Josette RISTERUCCI : Conseillère territoriale, agent hospitalier Bsatia, syndicaliste, (Luri)
3- Michel STEFANI : Secrétaire régional du PCF, Conseiller territorial, Président des CFC (Pietranera)
4- Nanette BRUNI : Syndicaliste agent hospitalier Ajaccio, conseillère municipale d'Alata
5- Etienne BASTELICA : Conseiller territorial, Président du Groupe communiste et Front de gauche, Conseiller municipal Ajaccio
6- Viviane BIANCARELLI : Conseillère territoriale, conseillère municipale de Porto Vecchio
7- Francis RIOLACCI : conseiller municipal de Bastia, ancien adjoint au maire délégué à la culture, syndicaliste
8- Marie Jeanne FEDI : Conseillère territoriale, adjointe au maire de Vescovato, syndicaliste,
9- Gérard GAGLIARDI : Syndicaliste, ancien conseiller municipal de Basteliccacia
10- Rose - Marie PADOVANI : Travailleur social (Ajaccio)
11- Eric LUCIANI : Syndicaliste, fonction publique territoriale (St Florent)
12- Emmanuelle MARIINI : Syndicaliste, Education nationale (Bastia)
13- Jean-Louis AMIDEI : Infirmier libéral, ancien adjoint au Maire d'Ajaccio, ancien vice président de la CAPA
14- Jeanine MONDOLONI : Directrice d'école (Sartène)
15- Jean Marc PENCIOLELLI : Conseiller principal de l’Education nationale (Corté)
16- Dominique TORRE : Agent Air France, conséillère municipale (Furiani)
17- Daniel PLAY : Syndicaliste, groupe La Poste-Orange (Porto Vecchio)
18- Patricia GRIMIGNI : Syndicaliste, employée grande distribution (Ajaccio)
19- René FINI : Mutualiste, adjoint au maire de Furiani
20- Toussainte DEVOTI : Militante associative, Conseillère municipale de Bastia
21- Charles MARIANI : Retraité CNRS (Gravona-Ajaccio)
22- Catherine SORO : Employée (Deux-Sevi)
23- Thibault LUCIANI : Etudiant (Borgo)
24- Sonia PRUVÔT : Conseillère territoriale, syndicaliste (Bastia)
25- Ange CESARI : Syndicaliste, conseiller municipal d'Olmicia
26- Natacha PIMENOFF : Ancienne conseillère municipale d'Ajaccio, ancienne vice présidente de la CAPA
27- Stephane ROMITI : Animateur sportif, syndicaliste, conseiller municipal (Furiani)
28- Marie Thérese HUROT : Enseigante Lycée maritime (Corté)
29- Laurent CHIOCCA : Entrepreneur forestier, pompier volontaire, (Haut-Taravo)
30- Anissa- Flore AMZIANE : Responsable associative (Ajaccio)
31- Gregori ROMANI : Sapeur Forestier (Poggio di Nazza – Fiumorbu)
32- Marie Ange MORACCHINI : Ancienne conséillère municipale (Bastia)
33- Pierre-Ange MUSELLI : Etudiant (Ajaccio)
34- Caroline POGGI : Syndicaliste (Bonifacio)
35- Dominique GUGLIELMACCI : Marin SNCM (Calvi)
36- Julie BOCCHECIAMPE : Commerçante (Patrimonio)
37 Jean-François FERRANDINI : Agent de Maîtrise EDF, conseiller municipal de Petreto-Bicchisano.
38- Stephanie TRAMONI : Pompier professionnelle (Rizzanèse)
39- Horace NAPPO : Enseignant, animateur sportif, (Castagniccia)
40- Sophie DEMICHEL : Universitaire (Tavagna)
41- Philippe MURACCIOLI : Maire honoraire d’Ocana
42- Nadège SAVELLI : Militante associative (Vazzio, Ajaccio)
43- Cesar FAZZINI : Ancien président CMCAS - EDF
44- Eve POMMEPUY : Militante associative (Bastia)
45- Joseph AGOSTINI : Agent de Maîtrise, secrétaire de la section du PCF (Porto-Vecchio)
46- Marthe POLI : Aide-soignante, ancienne conseillère municipale d'Ajaccio (Deux-Sorru)
47- Jean SANTUCCI : Syndicaliste (Corscia - Niolu)
48- Fabienne SAVARY : Cadre territorial (Ville di Pietrabugno)
49- Maxime NORDEE : Secrétaire de la fédération du PCF de Corse du Sud (Ajaccio)
50- Louise ANTONELLI : Syndicaliste, La Poste (Balagne)
51- Paul Antoine LUCIANI : Conseiller municipal d’Ajaccio, ancien premier adjoint au maire, ancien Président du groupe communiste à l’Assemblée de Corse.
 



Territoriales 2015 | Municipales 2014 | Départementales 2015


Les plus récentes
Territoriales 2015
Manon Perelli | 13/12/2015 | 4065 vues
00000  (0 vote)
Territoriales 2015
Philippe Jammes | 13/12/2015 | 3757 vues
00000  (0 vote)
Territoriales 2015
Manon Perelli | 18/12/2015 | 3393 vues
00000  (0 vote)
1 sur 12