Corse Net Infos - Pure player corse

Créations d’entreprises : "Femmes, osez davantage"


Rédigé par Michela Vanti le Mardi 8 Mars 2016 à 23:08 | Modifié le Mercredi 9 Mars 2016 - 10:20


Pas question de parler des femmes chef d'entreprise que le 8 mars, mais pendant cette journée internationale de la femme, comment ne pas penser à la parité homme-femme dans le milieu entrepreneurial? Malgré les progrès, les femmes souffrent encore d’un déficit d’image dans le monde de l’entreprise ? Et si créer sa boite c’était une façon pour contourner le sexisme du monde du travail ? Un débat autour de ces questions s’est décliné ce mardi à Biguglia sous le signe de l’entreprenariat au féminin.


Créations d’entreprises : "Femmes, osez davantage"
Chaque année, en France 200 000 femmes se lancent dans l'aventure de la création d'entreprise. Selon l’Insee les entreprises féminines crées en Corse sont plus nombreuses et souvent plus pérennes que sur le continent. Malgré les difficultés et les obstacles elles sont nombreuses les femmes insulaires à relever le défi de créer son entreprise.
A l’occasion de la Journée internationale de la femme le Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des familles (CIDFF) et la Coopérative d’activités et d’emploi A Prova en partenariat avec la Mission départementale aux Droits des femmes (DDCSPP), ont organisé une conférence dédiée à l'entrepreneuriat féminin dans le but de construire des échanges et des liens entre les entreprises « roses », de connaitre les outils financiers pour créer et les possibilités de formation et de qualification. Cette rencontre qui s’est déroulée ce mardi au Centre Agis de Ceppe, à Biguglia et  a été l’occasion d'évoquer les enjeux et les difficultés de la création d'entreprise quand on est femme.


Que ce soit l’ouverture d’un atelier de pâtisserie où d’une plus grande boite de production et vente de produits de beauté, le point commun des femmes présentes à cette journée était le même : saisir une opportunité et se mettre en avant. Mais même si on parle beaucoup de l’entrepreneuriat au féminin, elles sont encore peu à oser le faire : les femmes ne représentent en effet que 30 % des entrepreneurs corses alors qu’elles constituent 47 % de la population active.
« On parle beaucoup d’égalité homme-femme, mais elle est loin d’être acquise dans pas mal de domaines parmi lequel celui de l’entrepreneuriat », constate Mme Grilli, Directrice du CIDFF de Haute Corse.
Si les femmes réussissent mieux que les hommes à l’école et si la proportion de diplômées dans la population y est plus élevée, surtout en Corse, cela ne se retrouve pas dans le monde du travail comme en témoigne Amélie qui a subi cette inégalité quand elle travaillait dans une usine bastiaise comme conductrice de machines. "A responsabilité et poste égaux avec un homme qui a été engagé en même temps que moi, j’ai découvert par hasard que non seulement il avait progressé dans l'entreprise mais il gagnait plus que moi et même si on a un peu augmenté mon salaire, j’ai toujours gagné moins que lui." Aujourd’hui grâce au conseil de  la coopérative A Prova, cette jeune femme incarne la création d’entreprise portée par les femmes. Formée en restauration du patrimoine et diplômée en peinture, elle est maintenant peintre en décor et depuis novembre dernier elle a son entreprise.


Malheureusement selon les témoignages de la salle, 105 ans après la création de la journée internationale de la femme, les discours (rétrogrades?) assénant que la gent féminine connait plus de difficultés pour créer sa société sont encore d’actualité. «  Il y a beaucoup de femmes chef d’entreprise qui lancent leur petite société pour créer leur propre emploi mais elles se confrontent à des difficultés -  affirme Catherine Fradin Tranger diététicienne et représentante du club Business Woman qui a créé sa société Delly’Diet -  j’ai l’impression qu’on est quand même moins soutenues en tant que femmes ».
« Les femmes doivent oser pour créer leurs entreprises. Trop souvent encore, ce sont les femmes, elles-mêmes, qui doutent de leurs capacités à se lancer – affirme Mme Giselle Thierry di Gennaro, responsable de l’antenne de la Haute Corse di A Prova - Connaitre les outils financiers pour créer et les possibilités de formation et de qualification c’est primordial, mais il faut surtout savoir oser, tout simplement. ».





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 21:26 Et si on mangeait du grillon pour ce réveillon?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346