Corse Net Infos - Pure player corse

Après la signature du CETA : Un brocciu made in Toronto ?


Rédigé par le Mardi 8 Novembre 2016 à 19:00 | Modifié le Mardi 8 Novembre 2016 - 19:00


Les accords négociés par l’Union européenne avec le Canada (CETA) et les Etats-Unis (TAFTA) menacent la protection des produits agricoles labellisés au niveau européen. Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) est entrée en vigueur il y a quelques jours et il fait de nombreux mécontents


L'AC Ajaccio a fait passer le message à Lens et devant les caméras
L'AC Ajaccio a fait passer le message à Lens et devant les caméras
Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) est entrée en vigueur il y a quelques jours et il fait de nombreux mécontents : il ne retient, en effet, que 174 appellations sur environ 1 400 appellations d’origines et indication géographique protégée d'Europe. En France, à peine 20 % des produits labellisés sont reconnus dans cet accord. Les fromages notamment.
Et ces labels protègent les produits des imitations et les agriculteurs de la concurrence déloyale   

Sur les 50 appellations laitières françaises, il y en a que 28 de protégées. On se retrouve avec des appellations aussi prestigieuses que le fromage ossau-Iraty du Pays basque, le brocciu corse, les fromages de chèvre, le rocamadour, qui ne seront pas protégés. Au Canada, n'importe quel industriel pourra utiliser les noms de ces appellations et faire des imitations  


Parmi les fromages, certains ont eu plus de chance que d’autres. Le brie de Meaux est pour l’instant épargné. Mais pas celui de Melun, ni le gruyère, ni le brocciu de Corse, ni le Saint-Marcellin, ou la tomme des Pyrénées.  Avec ces accords, en l’état actuel, ces produits pourront être imités sans scrupule et sans limite par les partenaires commerciaux.
Alors un brocciu de Toronto ? Une saucisse de Morteau canadienne, un bleu des Causses américain… 

Le Ceta a été approuvé par les Etats membres de l’Union européenne le 18 octobre. France comprise (1)
Mais les producteurs auront deux mois pour attaquer pour "discriminations entre les producteurs" devant la Cour européenne de justice pour casser l'accord

----
(1)
Le 27 octobre 2016, les 28 pays de l'UE devaient signer le CETA. L'entrée en vigueur pleine et entière du traité dépend en effet des signatures des Etats membres et de l'approbation du Parlement européen. Mais suite au refus de la Wallonie d'autoriser la Belgique à parapher l'accord, le sommet qui devait accueillir sa signature a été annulé. Les entités belges ayant finalement trouvé un accord dans la semaine, la signature a pu avoir lieu le 30 octobre. (source http://www.touteleurope.eu)


U Brocciu, solu fattu in Corsica ! : L’ACA défend nos producteurs

La menace est assez concrète pour ne pas nous laisser insensible. Le « Brocciu » pourrait-être fabriqué hors de notre île et en quantité industrielle ! En cause, le nouveau traité commercial entre l’Union Européenne et le Canada (le CETA). Cet accord exclu notre fromage frais traditionnel des produits d’Appellation d’Origine Protégée (AOP). La Corse va être lésée de l’un de ses plus précieux savoir-faire.   

L’AC Ajaccio est un club sportif qui porte en lui les gênes de son territoire. De ce fait, il se pose aujourd’hui en défenseur naturel des produits et savoir-faire de la Corse qu’il représente au quotidien. Le Brocciu est menacé par la perte de son AOP qui garantit au consommateur que toutes les étapes de production ont lieu dans l’aire géographique délimitée de l’appellation. 

Il s’agit là d’un coup dur porté à nos producteurs puisque l’identité de leur produit est bouleversée et le respect de leur savoir-faire est bafoué. Fabriqué à partir de petit-lait de lait de brebis ou de chèvre, le Brocciu pourrait-être alors produit, transformé et élaboré ailleurs que chez nous. Inconcevable. Les produits corses sont désormais tous menacés, qu’adviendra-t-il de notre Brocciu, de notre charcuterie et de tout ce qui qui constitue notre identité ? La question se pose. 

Si l’issue du match pour le CETA qui se déroulait à Bruxelles (capitale de l’Europe) le dimanche 30 octobre était connue, la Corse n’a pas dit son dernier mot pour défendre l’authenticité et la typicité de son fromage. Nous nous faisons le porte-drapeau de nos producteurs, de notre terre et de nos savoir-faire à l’occasion du match RC Lens – AC Ajaccio (14ème journée de Domino’s Ligue 2 diffusée sur Canal + Sport). Notre équipe arborera un message sur la face-avant de son maillot : U Brocciu, solu fattu in Corsica ! 

Cette action s’inscrit dans le droit fil des valeurs défendues par le club depuis toujours : Promotion du territoire numérique corse (Dot Corsica), promotion de l’Université de Corse sur nos maillots, mobilisation pour un football social et populaire lors du partenariat avec les Restos du Coeur, Valorisation de la Langue Corse, Signature de la campagne Amnistia en faveur des prisonniers politiques, Défense du port de la Bandera sur les terrains de football… L’ACA est et restera un défenseur de son territoire et de son identité. 

Più forti insemi ! 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85560 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40960 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348