Corse Net Infos - Pure player corse

Xylella Fastidiosa : José Bové va interpeller la Commission européenne


Rédigé par Nicole Mari le Mercredi 19 Novembre 2014 à 22:43 | Modifié le Mercredi 19 Novembre 2014 - 23:30


Devant l’urgence de la situation et le risque de voir la bactérie, qui ravage les Pouilles, dévaster la Corse, Femu a Corsica, a demandé au député européen, José Bové, de saisir la Commission européenne sur l’état d’avancement du dossier de la Xylella Fastidiosa. Le groupe nationaliste modéré, qui a déjà posé une question orale à l’Assemblée de Corse (CTC) en septembre, réitérera à la prochaine session, début décembre, in lingua nustrale, pour demander à l’Exécutif de prendre des mesures urgentes. Mardi, à Corte, l’ODARC a rendu compte devant tous les acteurs concernés des conclusions du Symposium de Gallipoli, qui s’est tenu du 22 au 23 octobre 2014, dans les Pouilles italiennes au cœur de la zone infectée et dont Corse Net Infos s’est fait largement l’écho.


José Bové, député européen du groupe Les Verts-ALE (Alliance Libre européenne), membre notamment de la commission Agriculture et développement rural (AGRI) de l’Union européenne.
José Bové, député européen du groupe Les Verts-ALE (Alliance Libre européenne), membre notamment de la commission Agriculture et développement rural (AGRI) de l’Union européenne.
Il y a urgence. Désormais presque tout le monde en Corse en est convaincu. La réunion, organisée mardi à Corte par l’ODARC (Office de développement agricole et rural de la Corse), pour rendre compte des principaux enseignements collectés par la délégation corse au Symposium sur la Xylella Fastidiosa, l’a bien démontré. Le collectif créé s’est mobilisé, l’ODARC s’est engagé, les préfets des deux départements ont pris des arrêtés d’interdiction de ventes sauvages de plantes importées… Sans vraiment, il est vrai, engager des moyens humains et financiers pour les appliquer ! Mais la conscience du péril s’arrête aux frontières de l’île. L’Italie, démunie devant le désastre, semble incapable d’y faire face. Paris et le ministère de l’agriculture jouent la montre et attendent, dans une habitude bien française, de voir venir. Suite à une question orale posée en septembre par Femu a Corsica, l’Exécutif régional, par le biais de l’ODARC, a écrit aux ministres de l’agriculture et de l’environnement, afin qu’ils interviennent auprès de la commission européenne. Sans résultat.

Une obligation de réponse rapide
Les Nationalistes modérés ont, donc, décidé de repasser à l’attaque en deux temps.
Ils ont, d’abord, demandé l’aide de José Bové, député européen du groupe Les Verts-ALE (Alliance Libre européenne), membre notamment de la commission Agriculture et développement rural (AGRI) de l’Union européenne. L’altermondialiste, engagé sur tous les fronts verts, a accepté d’interroger au plus vite, par lettre directe ou par question écrite, la Commission européenne sur l'état d’avancement au niveau européen du dossier de la Xylella Fastidiosa. Cette procédure officielle met la Commission dans l'obligation de répondre dans un délai assez court.
 
Un choix politique
« Vu l’urgence, il n’y a pas de temps à perdre ! Nous choisissons d’accélérer ! La procédure veut que la demande provienne des Etats-membres. Nous n’avons pas vocation, de par la loi, à passer par-dessus l’Etat. Mais, nous prenons le parti d’agir en attendant que Paris veuille bien entrer dans le match. Visiblement, sa politique est dans la réaction tardive plutôt que dans l’anticipation, et vu le peu d’empressement de la politique italienne en la matière, nous faisons, donc, le choix éminemment politique de poser le débat par l’intermédiaire d’un député, ami de la Corse, issu des rangs du militantisme syndical agricole et membre du groupe ALE-les Verts avec lequel nous sommes liés », explique Saveriu Luciani, conseiller territorial de Femu a Corsica qui a fait, avec l’ODARC, le déplacement dans les Pouilles.
 
Mettre en quarantaine
Dès la prochaine session de la CTC, qui se tiendra les 4 et 5 décembre prochains, il posera, au nom de Femu a Corsica et in lingua nustrale, une seconde question orale au président de l’Exécutif, à l’ODARC et à l’Office de l’Environnement, exigeant cinq mesures urgentes. Il redemande, d’abord, la mise en quarantaine de l’île : « En conformité avec la motion qui a été votée lors de la dernière session, nous leur demandons s’ils sont prêts à interpeller Paris et l’irlandais Phil Hogan, commissaire européen chargé de l’agriculture et du développement rural, sur l’urgence pour l’île de jouir d’une dérogation restrictive sur l’importation de végétaux, mais aussi sur d’autres mesures, telles que la mise en quarantaine ou l’importance du renforcement des contrôles ? ». Puis, d’informer les acteurs concernés en « initiant une action politique forte contre la bactérie, en organisant rapidement une campagne d’information et de sensibilisation généralisée sur la question sanitaire ».
 
Etablir un diagnostic
Ensuite, de vérifier s’il n’est pas déjà trop tard, si l’île n’est pas déjà infectée par la bactérie, en organisant avec le concours de tous les Offices et services concernés, les organismes professionnels, l’INRA et l’université de Corse en lien avec l’ANSES et l’EFPA, un diagnostic phytosanitaire territorial. Femu a Corsica demande aussi à l’Exécutif de coordonner une cellule de crise avec les organismes concernés afin de renforcer les contrôles et de créer des moyens pour lutter contre cette bactérie. Enfin, de mettre à l’ordre du jour de la Commission des compétences législatives et règlementaires, dans le chapitre concernant la réforme du statut de l’île, une note concernant le transfert de la compétence sanitaire à la CTC.
Réponse dans une quinzaine de jours…
 
N.M

La délégation insulaire envoyée par l'ODARC au symposium de Gallipoli : Saveriu Luciani, conseiller territorial Femu a Corsica, Barbara Carayol, animatrice du syndicat Oliu di Corsica et Daniel Sainte-Beuve, responsable des filières végétales auprès de l’ODARC.
La délégation insulaire envoyée par l'ODARC au symposium de Gallipoli : Saveriu Luciani, conseiller territorial Femu a Corsica, Barbara Carayol, animatrice du syndicat Oliu di Corsica et Daniel Sainte-Beuve, responsable des filières végétales auprès de l’ODARC.
Quistione a bocca posta da Saveriu Luciani a nome di u gruppu Femu a Corsica
Ogettu : Xylella fastidiosa - Dumanda di misure urgentissime
 
« Mese fà, u nostru gruppu v’hà postu una quistione à bocca in sessione nant’à u batteriu Xylella fastidiosa chì si rode l’aliveti di u meziornu urientale di a penisula taliana. Listessu ghjornu, l’eletti di st’Assemblea vutavanu a muzione di Femu A Corsica chì dumandava d’interpelà u Statu francese è l’Auropa, fenduli piglià à tramindui unepoche di misure preventive d’urgenza. Ma per faccila più corta, ùn accosteremu quì u so cuntenutu tecnicu. 
In lu frattempu, l’ODARC hà urganizatu a participazione d’una delegazione corsa à u simposiu di Gallipoli (22 è 23 d’ottobre di u 2014), cità situata propriu in core di a zona infettata, è u Sgiò Prefettu hà pigliatu un‘arrestatu chì, a sapete, ùn basta mancu à pena, s’ellu ùn hè per fà crede chì « u Statu face qualcosa ».
Cusì chì, a simana scorsa, simu andati à stu scontru internaziunale chì addunia centinaie di scientifichi, prufessori è universitarii auropei è americani, cum’è per indettu Alex Purcell, di l’Università di Berkeley, o i prufessori Francesco Boscia, di l’Università di Bari è Domenico Bosco, di l’Istituto di Virologia vegetale di Torinu. Simu andati per senteli, ma dinò per vede i danni cagiunati à l’alivi salentini.
Chì custattu ? Per via di u ritardu è di l’ineficacità di e misure pigliate da a Regione Puglia è da u Statu talianu, a xylella fastidiosa hè in traccia di ruvinà un’ecunumia è un patrimoniu multiseculare aldilà di u Salentu,. Peghju, u curdone sanitariu messu in attu ùn para nunda è s’allarga miraculi a zona infettata, cundannendu à morte allocc’à pochi mesi i 50 milioni d’alivi pugliesi, è cun’elli l’amanduli è i quarci di i cuntorni.
Sapemu infine da l’americani chì stu batteriu ùn si pò stirpà ma solu mezi per circà d’arreghjelu. Fattu si stà ch’ingiru à Lecce, ciò ch’elli chjamanu i spezialisti taliani « Complesso di dissicamento rapido di l'olivo », in termini scientifichi CODIRO, e lege o l’omi lu ùn  sanu nè parà nè cunfinà. S’hè cunclusu u simposiu di manera bella chjara : u batteriu arreca oramai a pena in capu à l’urganisimi sanitarii auropei (EFSA, EPPO, ecc.) è diventa una primura maiò per i stati di u Mediterraniu.
Voli sì voli nò, a dimu stamane quì, simu oramai à l’orlu d’una catastroffa sanitaria è eculogica ch’hà da impuzzichisce prestu prestu l’Auropa sana. È s’è n’andemu bè, vole dì chì stu periculu murtale francherà, à cortu andà, u mare per inceppassi in Corsica. S’ellu ùn si face nunda è s’omu aspetta torna, ciò ch’ellu accade oghje quallà, hà da accade ind’è noi, è più in furia ch’omu crede.
 
O Sgiò Presidente, i corsi temenu di vede ammalassi è more i so alivi, l’arburatura, l’ambiente è l’ecusistemi isulani.
Tandu, ancu s’è a cumpetenza ferma parigina, u scopu di l’eletti di a Corsica ferma quellu di a messa in ballu d’una pulitica fittusanitaria efficace è perinnizata.
Stamane dunque ci addirrizzemu à tempu à u Presidente di l’Esecutivu ma dinò à quelli di l’ODARC è di l’Uffiziu di l’Ambiente.
In cunsequenza è sempre in cunfurmità cù a nostra muzione vutata mese fà, svi dumandemu s’è vo site pronti à :
  • Interpelà Parigi è l’irlandese Phil Hogan, Cummissare Auropeu di l’Agriculturea è u Sviluppu rurale, nant’à l’urgenza per l’isula d’una derugazione ristrittiva di pettu à l’impurtazione di vegetali, è tant’altre misure cum’è per indettu messa in quarantana o cuntrolli rinfurzati ?
  • Indià un’azzione pulitica forte contr’à u batteriu, almanacchendu subitu una campagna d’infurmazione è di sensibulisazione generalizata nant’à sta quistione sanitaria ? 
  • Urganizà à cortu andà cù i servizii di l’ODARC è di l’Uffiziu di l’Ambiente, i servizii di l’Agricultura, l’urganisimi prufesiunali, l’INRA è l’Università di Corsica, in leia cù l’ANSES è l’EFSA, un diagnosticu fittusanitariu territuriale, per sapè s’è u batteriu hè digià quì o nò ?
  • Cuurdinà una « cellula di crisi », à tempu dinò di cuntrollu è di cura cù l’urganisimi citati più sopra ?
  • Mette à l’ordine di u ghjornu di a Cummissione di e cumpetenze legislative è regulamentarie, in u quatru di a riforma di u statutu di l’isula, stu capatoghju di a cumpetenza sanitaria ?  
A dicianu l’antichi : « À ch’hà tempu ùn aspetti tempu ! ». Hè ora di fà, di fà in furia è di fà in veru ».

A lire sur le sujet sur CNI :
- Xylella Fastidiosa : Chronique d’un désastre annoncé !  
- Xylella Fastidiosa : Le cri de colère et d’espoir des oléiculteurs du Salento
- Xylella Fastidiosa : La sauvegarde de l’olivier, « A Causa Nuova » de la province des Pouilles et Seul, un blocus pourrait sauver la Corse !
- Saveriu Luciani : « Il n’y a plus de temps à perdre, c’est une question de vie ou de mort ! »

-




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40978 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349