Corse Net Infos - Pure player corse

SNCM : Manifs à Ajaccio pour dire "Non" au redressement judiciaire !


le Vendredi 19 Décembre 2014 à 19:31 | Modifié le Samedi 20 Décembre 2014 - 01:50


Concurrence déloyale, dumping social et fiscal, privatisation voire scandale financier, les 2 000 travailleurs n’ont pas fini d’en voir de toutes les couleurs au fil des jours, des menaces et des réunions qui n’en finissent plus de finir. Des centaines de salariés pourraient perdre leur emploi et la Corse l’outil indispensable à la mise en œuvre du service public de continuité territoriale. L’heure est grave pour la Corse et la région PACA, sinistrées par le chômage et la crise économique. Vendredi matin, après l’Assemblée de Corse, les manifestants se sont dirigés vers la préfecture de région. Ambiance


SNCM : Manifs à Ajaccio pour dire "Non" au redressement judiciaire !
Banderoles, feux de Bengale, musique et chants patriotiques, ils étaient plusieurs dizaines devant  les grilles de la préfecture de région pour manifester leur mécontentement avec en tête de la délégation, Frédéric Alpozzo accompagnés des principaux cadres de la CGT.  Selon les plus pessimistes, la perte d’emploi pourrait en fait s’avérer une véritable saignée et cela porterait le nombre d’emplois menacés à 4000 à travers l’ensemble des prestataires affectés par la perte d’activité. En Corse il est question de 1200 emplois, de l’avenir de l’école de marine, de perte sèche pour la SITEC émanation de la CTC qui gère la billetterie. Sans oublier pour autant d’autres activités comme la blanchisserie ou la fourniture de produits de consommation et de restauration qui sont concernées directement.

Des solutions existent
Pour la section d’Ajaccio du PCF, le gouvernement et la CTC font fausse route en expliquant que le redressement judiciaire serait la solution idéale pour sortir la SNCM de l’impasse. Les travaiilleurs ne sont pas d’accord : « Aujourd’hui, on se rend compte que cette vérité, conforme aux choix de Veolia et Transdev, est un mensonge mortifère pour nos emplois et le service public de continuité territoriale. Plus que jamais, il faut stopper cette marche à l’abîme dans la solidarité et dans l’action les plus larges autour des travailleurs victimes de cette politique ultralibérale et avec les organisations syndicales engagées dans la défense de la SNCM. Alors que s’ouvre la période d’observation, par sa force, ce mouvement social et populaire permettra de sauver l’emploi et le service public. En ce sens le gouvernement doit reprendre la main pour :
  • - Garantir la continuité de la SNCM par l’intervention de la Caisse des Dépôts au capital de Transdev et donc sa sortie immédiate du Redressement judiciaire
  • - Régulariser la participation de la CDC au capital de la SNCM
  • - Préserver l’emploi en Corse et sur le continent en imposant le respect des règles du pavillon français premier registre pour tout armateur opérant sur les lignes de la continuité territoriale
  • - Défendre les contentieux jusqu’au bout des cinq prochaines années de procédure afin de garantir le maintien de l’attribution de la DSP au groupement CMN-SNCM et d’obtenir l’annulation des dernières décisions de l’Union Européenne pour la défense de toutes les compagnies publiques maritimes et aériennes, SNCM-CMN et AIR CORSICA-AIR France, et des emplois qu’elles génèrent.

Frédéric Alpozzo : "Notre modèle social va disparaître"

La délégation a été reçue vendredi matin par le groupe communiste de l’Assemblée de Corse et s’est rendue aussitôt devant les grilles de la préfecture de région rejoindre l’ensemble des manifestants.

Le patron du syndicat des marins CGT a expliqué les raisons de l’annulation de ces entretiens : « Simplement en raison de l’absence du président de l’Office des Transports, mais la commission de l’Office des Transports aurait dû normalement nous recevoir compte tenu des graves conséquences que cela aura pour la SNCM et les 2000 salariés sans oublier les entreprises induites mais également sur la DSP.
« Aujourd’hui, nous considérons qu’il n’y a pas de repreneur sérieux  pour la SNCM et qu’il ne peut y avoir de repreneur sérieux sans entrer les conditions qui ne sont pas réunies. C'est-à-dire avoir un repreneur pour la SNCM dans le cadre d’une restructuration certes, mais s’il n’y a plus de compagnie, cela signifie que le contrat de service public ne tient plus la route juridiquement. Cela veut dire aussi que pour « échapper » au contentieux que je qualifierai de « bidon » de l’Union Européenne porté par Corsica Ferries, on va abandonner des pans entiers d’activités et il faudrait que la nouvelle entreprise ne ressemble plus à quoi que ce soi par rapport à la SNCM. En clair, il faudra séparer les activités malgré les emplois que cela représente pour Marseille et pour la Corse, et abandonner Toulon, Nice et Marseille en période estivale. On devrait être fixé à partir de lundi prochain au sortir du comité d’entreprise. Le calendrier qui est fixé avec une remise des appels d’offres à repreneur jusqu’au 19 janvier et ensuite, pour le dépouillement, il faudra attendre fin janvier début février. »

- Que peut-on dire aujourd’hui ?
-  Aujourd’hui on est dans une issue illégale qui va produire une offre de reprise « bidon » pour arriver à la liquidation et au démantèlement de la SNCM. Ce qui est sûr, c’est que dans ces conditions, nous rejetterons une telle issue. Les personnels seront en situation de refuser et les licenciements et l’absence d’avenir et donc d’arrêter totalement l’activité. »


- Et la privatisation ?
-  Nous avons déjà mené le combat en 2005 et elle a eu lieu en partie. Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans l’idéologie du capital en premier lieu, mais qu’on veuille garder la minorité de blocage avec les salariés, à savoir 34% du capital public. On n’est pas opposés à l’entrée des collectivités au capital mais c’est elles qui ne veulent pas aujourd’hui ; le président du Conseil Exécutif souhaite voir disparaître cette compagnie, ce qui n’est pas de son ressort et qui relève de prise illégale d’intérêt et de volonté de favoriser la compagnie concurrente low cost. Aujourd’hui, il y a une société qui existe, on a demandé de gros efforts aux salariés, on a perdu beaucoup d’emplois depuis dix ans, la flotte a été divisée par deux, ça n’a que trop duré. Nous n’accepterons pas de fausse solution qui conduisent à la destruction, ce qui est en train de se passer. Ce qui va disparaitre, c’est notre modèle social…
J. F.  


Le STC aussi
150 marins du STC on manifesté eux aussi devant les grilles de la CTC  pendant que l'Assemblée de Corse était réunie en session ordinaire.
"Nous n'accepterons pas d'être sacrifiés sur l'autel de la nouvelle privatisation qui s'annonce", a déclaré le délégué STC marins Alain Mosconi qui prédit "des actions en janvier". Il a fait part de son "opposition farouche à un mécanisme qui ferait de nous des marchandises que l'on achèterait et vendrait au gré des intérêts financiers extérieurs à nos intérêts de salariés et de Corses" a déclaté Alain Mosconi dont le syndicat a reçu le soutien des nationalistes de l'Assemblée.
Pour lui, "le seul outil capable de répondre aux besoins des usagers" est une "compagnie maritime publique corse" appartenant intégralement à la CTC, du type de Air Corsica pour le transport aérien.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:57 Appietu a fêté la Sant’Andria

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85472 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40913 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347